KIEM 2050 : un projet architectural complet basé sur les principes de circularité

KIEM 2050 : un projet architectural complet basé sur les principes de circularité

Dès 2024, un ensemble d’immeubles sortira de terre sur le plateau de Kirchberg. Son ambition est de devenir un projet Cradle to Cradle phare au Luxembourg.

148 unités de logements – dont 135 abordables –, 8 unités de working-living, 5 unités de co-living, près de 3.000 m2 de surfaces mixtes et 5.000 m2 d’espaces verts forment les grandes lignes de ces 4 futurs bâtiments du boulevard Pierre Frieden. Sur le point d’être commercialisé par Immobel et Prefalux Home, KIEM 2050 est le résultat d’un partenariat public-privé entre le Fonds Kirchberg et les promoteurs immobiliers.

Le point de départ du projet remonte à 2016, lorsque le Fonds Kirchberg a lancé un processus de co-création visant à définir les visions et objectifs du projet et de discuter des qualités des futurs lieux de vie et de travail, au lieu de répondre directement aux demandes réglementaires et techniques d’un appel d’offres. Bureaux d’architectes, d’ingénieurs en génie civil et technique, d’architectes paysagistes… se sont réunis à plusieurs reprises pour réfléchir aux modes de vie de demain, aux ambitions qualitatives et à l’esprit du projet. À leurs réflexions se sont ajoutées celles issues d’un processus participatif citoyen préalablement mené.


« Le changement d’approche de travail a permis d’avoir une vision holistique pour le projet et d’implémenter les solutions innovantes et systémiques souhaitées. Ce choix d’un travail collaboratif entre équipes pluridisciplinaires, au lieu d’une mise en concurrence, était indispensable pour la réussite du projet. »

Fabienne Wagner, architecte du Fonds Kirchberg

À l’issue de ces rencontres inspirantes, une strategy map a été définie pour le développement du KIEM 2050, qui s’est déroulé en maintenant cette approche « autour de la table », avec, dans une première phase, les équipes de maîtrise d’œuvre (Witry & Witry architecture urbanisme, SeARCH Urbanism and Architecture, Betic SA, SGI Ingénierie et Areal Landscape Architecture) et, dans une seconde phase, les promoteurs immobiliers (Immobel et Prefalux Home).

Mixité et proximité sur le plateau de Kirchberg

Pensé pour une population prête à partager plus qu’une simple adresse, KIEM 2050 s’apprête à renforcer la mixité sociale et intergénérationnelle du plateau de Kirchberg : facilitant l’accès à la propriété, plus de 90% des unités d’habitation seront cédées à un prix inférieur à ceux pratiqués sur le marché libre (50% des logements sont réservés à des candidats acquéreurs avec enfants, 5% des appartements sont réservés aux personnes retraitées, 5 unités sont dédiées au co-living). Les professions libérales sont également invitées à intégrer le projet, grâce à 8 unités de working-living où chaque fonction dispose de son accès propre. 3.000 mètres carrés de surfaces mixtes accueilleront commerces, bureaux, services ou Horesca.

Par principe d’équité, les unités – de 1 à 5 chambres – seront par ailleurs attribuées par tirage au sort sur base des dossiers recueillis, en fonction non pas des revenus mais de la composition familiale, du lieu de travail et des critères précités.

Les espaces partagés viennent renforcer ce vivre-ensemble. À l’extérieur, les occupants trouveront 5.000 m2 d’espaces verts, dont 825 m2 de terrasses communes. À l’intérieur, 400 m2 d’espaces partagés seront mis à disposition des habitants. Les fonctions, qui seront finalisées avec les habitants, peuvent inclure salle de jeux, jardin d’hiver, bibliothèque, salle de yoga, salle polyvalente, etc. Une flexibilité d’utilisation et une mutualisation de certaines fonctions qui sont appréciées dans les concepts circulaires, puisqu’en plus de diminuer les coûts, elles permettent de limiter le gaspillage des ressources et de repenser les usages en fonction des besoins.

Exemple d'espace partagé dans le projet KIEM 2050 : un jardin d'hiver
Exemple d’espace partagé dans le projet KIEM 2050 : un jardin d’hiver - ©Immobel

La proximité entre lieu de vie et lieu de travail est également fondamentale dans ce projet des courtes distances et de mobilité douce. Seuls 82 emplacements de stationnement de voiture sont prévus, contre 368 pour les vélos, soit un emplacement vélo par chambre. À l’avenir, un arrêt de tram situé à 350m des immeubles fera le lien avec le reste du quartier et de la ville.


« La pensée circulaire a été tissée dans chaque fibre de KIEM 2050. Pour répondre aux défis environnementaux, économiques et sociaux, nous avons cheminé vers un modèle inclusif, résilient et économe, mais néanmoins généreux humainement. Un projet exemplaire qui soit capable d’intégrer toutes les fonctions essentielles en termes de services, de mobilité, de bien-être et de préservation des ressources. C’est un projet pionnier au Luxembourg qui s’inscrit dans une vision de la ville à long terme. »

Floriane Place, développeur du projet pour Immobel

Cradle to Cradle, pensé au-delà d’une vie

La certification C2C est attribuée à tout projet portant une attention particulière à la santé des matériaux (sans danger pour l’homme, ni l’environnement), à la circularité des produits, à l’air pur et à la protection du climat (notamment grâce aux énergies propres), à la préservation de l’eau et des sols et à l’équité sociale (Source : Cradle to Cradle Certified).


« Afin de répondre au mieux aux nombreux critères de sélection du Fonds Kirchberg et de l’équipe de maîtrise d’œuvre, Immobel et Prefalux ont intégré à l’équipe du concours un expert international de l’économie circulaire, Steven Beckers (Bopro). L’équipe du projet accompagnée par le groupement de maîtrise d’œuvre a travaillé en Bouwteam sur 7 axes à impact positif : le bien-être, l’eau, l’énergie, l’équité sociale, la mobilité, les espaces extérieurs et les principes de design circulaire. Les piliers humains et de transition écologique du développement durable sont ainsi appliqués de la conception à la construction jusqu’à l’exploitation. »

Communiqué d’Immobel du 7 juin 2023

Le bois et l’acier ont été retenus pour la structure, et l’emploi du béton uniquement pour les fondations. Thierry Santini, directeur développement immobilier Prefalux Home : « Le bois est une ressource naturelle. S’il est issu de forêts à gestion responsable et dans une localisation proche de la construction, il est le garant de la durabilité ».

La construction sera principalement vissée, ce qui présente plusieurs avantages, notamment un recours limité à des colles et donc peu d’inhalation de celles-ci, la possibilité de modulariser les espaces et de démonter le bâtiment en fin de vie pour le réemploi. Avec ces procédés, la diminution de l’empreinte carbone est significative. Le bois offre par ailleurs une qualité de vie agréable pour les occupants.


« La pré-construction en atelier des éléments permet de faciliter le travail du personnel de chantier, de porter toutes les attentions sur la qualité de réalisation et peut limiter l’impact des intempéries sur le délai de construction. Avec les architectes, des modules de trame de construction du bâtiment ont été définis pour permettre cette réalisation en usine, faciliter le transport sans passer par des convois exceptionnels et en tenant compte de la manutention sur chantier. »

Thierry Santini, directeur développement immobilier Prefalux Home

KIEM 2050 sera le premier ensemble de bâtiments résidentiels du plateau de Kirchberg à disposer d’un système de récupération des eaux grises. En pratique, les eaux des douches et lavabos seront filtrées et employées pour les chasses d’eau et buanderies. Dans un système classique, un tiers de l’eau potable est utilisé pour les toilettes, selon une estimation du bureau d’études techniques spéciales Betic ; un gaspillage qui sera ainsi évité.

KIEM 2050 au Kirchberg, un lieu où il fait bon vivre grâce à la mobilité douce et aux espaces verts
KIEM 2050 au Kirchberg, un lieu où il fait bon vivre grâce à la mobilité douce et aux espaces verts - ©Immobel

Une galerie technique située en sous-sol, complétée par des gaines verticales, favorise la mise en commun de ces méthodes de traitement des eaux grises, tout en garantissant une certaine flexibilité et adaptabilité à long terme. De ce fait également, 65% des pièces de logement n’ont pas d’installation technique dans les murs.

L’or bleu sera par ailleurs préservé en récupérant l’eau de pluie pour les besoins d’arrosage. Les espaces extérieurs verront pousser 80% de plantes d’origine indigène au sein d’un parc public au cœur de l’îlot. Ils seront équipés de bacs de compostage d’une capacité totale de 1.000 litres, dans l’espoir d’en récupérer 750 litres environ par année.

Le soleil sera source d’énergie grâce aux panneaux photovoltaïques installés en toiture, dans les proportions maximales autorisées par les réglementations en vigueur. Ces panneaux permettront d’alimenter directement les communs et de fournir le réseau en électricité locale verte.

Des puits canadiens assureront le rafraîchissement de l’air dans tous les appartements, par géothermie. Grâce à ce principe simple, l’air transite par la terre – afin d’être chauffé en hiver et refroidi en été – avant d’intégrer les ventilations double-flux présentes dans chaque appartement. La qualité de l’air intérieur s’appuie également sur des choix sains, tant pour les matériaux biosourcés Cradle to Cradle - tels que le parquet – que pour les finitions.

Le démarrage du chantier est prévu début 2025 pour une livraison en 2027. Le mode de construction en bois/acier implique une préfabrication des composants qui raccourcit la durée du chantier in situ.

La commercialisation des unités sera lancée le 25 mars. Pour plus d’informations, consulter ecoquartierkiem2050.com.

Par Marie-Astrid Heyde
Illustrations : Immobel

Article
Article
Publié le jeudi 21 mars 2024
Partager sur
Avec notre partenaire
Nos partenaires