Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
changement climatique, environnement, technologies de recyclage de pointe, éliminer des substances dangereuses provenant du plastique, injecter des déchets plastiques industriels dans l’économie circulaire, NONTOX, plastique, déchets, recyclage, déchets d’équipements électriques et électroniques, DEEE, véhicule hors d’usage, déchets de construction et de démolition
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Décontaminer des déchets plastiques industriels pour alléger le fardeau de la planète

Économie circulaire

Publié le
vendredi 3 septembre 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Des technologies de recyclage de pointe éliminent des substances dangereuses provenant du plastique, ce qui contribue à injecter des déchets plastiques industriels dans l’économie circulaire.

Par une stratégie ambitieuse de recyclage des plastiques et une sensibilisation croissante du public, un avenir exempt de pollution plastique semble de plus en plus envisageable malgré des obstacles actuels. Par exemple, l’UE recycle déjà 32,5 % de ses 29,1 millions de tonnes de déchets plastiques. Mais qu’en est-il des plastiques qui ne sont pas recyclables à cause des substances dangereuses qu’ils contiennent ?

Le projet NONTOX, financé par l’UE, développe actuellement un nouveau procédé de recyclage qui augmentera les taux de recyclage des plastiques contaminés provenant des déchets industriels. L’attention est portée sur des plastiques provenant des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), de véhicules hors d’usage (VHU) et des déchets de construction et de démolition (CDW pour « construction and demolition waste ») qui contiennent des additifs et des composés dangereux tels que des ignifuges, des stabilisants et des enduits. Ces additifs et ces composants constituent actuellement une menace, et il est interdit que ces déchets plastiques industriels soient inclus dans l’économie circulaire, ce qui conduit à des options défavorables comme les dépôts en décharges ou l’incinération comme seules alternatives.

Le projet NONTOX a développé Extruclean et CreaSolv®, deux technologies distinctes pour éliminer les substances dangereuses provenant de flux de déchets plastiques issus de DEEE, de VHU et de CDW. Comme indiqué sur le site web du projet, l’objectif de ces techniques de recyclage est d’éliminer « des substances dangereuses et indésirables comme des ignifuges de matrices plastiques sans casser les chaînes polymères ».

Un aperçu de la technologie Extruclean

La technologie Extruclean consiste en un processus de lavage innovant pour décontaminer et recycler des emballages en plastique. Ce procédé est conduit par AIMPLAS, le Centre de technologie des matières plastiques situé en Espagne, qui est un partenaire du projet NONTOX. Le processus utilise deux extrudeuses connectées en série. Comme décrit dans un article publié sur « AZoCleantech », la première extrudeuse « injecte du dioxyde de carbone à l’état supercritique pour le faire pénétrer dans la matrice polymère des déchets, avant que l’orifice de dégazage sous vide de la seconde extrudeuse n’extraie les polluants volatils ».

Cette technologie élimine 86 % de polluants, avec une efficacité 70 % supérieure à celle des processus de nettoyage conventionnels. Elle consomme aussi moins d’eau et augmente l’efficacité des agents de nettoyage et de l’électricité utilisés en comparaison de la méthode de triple lavage et séchage qui consomme beaucoup d’eau et qui est utilisée actuellement pour éliminer les substances toxiques des emballages plastiques.

La solution CreaSolv®

Brevetée par Fraunhofer, un organisme de recherche appliquée allemand qui est partenaire du projet NONTOX, la technologie CreaSolv® a été adaptée pour les besoins du projet aux flux de déchets plastiques issus de DEEE, de VHU et de CDW. Le processus implique la séparation de composites plastiques et de déchets contaminés grâce à une méthode appelée extraction sélective. Cette méthode de recyclage mécanique, qui est basée sur la solubilité des plastiques, permet d’en récupérer des très purs. Des polymères cibles sont dissous de façon sélective dans un solvant, et les composés insolubles sont éliminés de façon mécanique. D’autres substances dissoutes sont alors éliminées au niveau moléculaire, en purifiant le matériau cible et en produisant des plastiques d’une qualité presque équivalente à celle d’une matière vierge. « Jusqu’ici, cette technologie a été approuvée pour la purification satisfaisante des flux de déchets provenant de VHU et, dans une moindre mesure, pour l’élimination d’ignifuges bromés provenant de ... [l’acrylonitrile butadiène styrène, un polystyrène résistant aux chocs] et de polyoléfines », décrit l’article.

Le projet NONTOX (Removing hazardous substances to increase recycling rates of WEEE, ELV and CDW plastics) est coordonné par le Centre de recherche technique VTT de Finlande. D’ici à 2022, l’équipe du projet espère avoir développé un processus de recyclage économiquement compétitif, capable de produire, à partir de déchets plastiques contaminés, des matériaux plastiques secondaires sains et de grande qualité.

Pour plus d’informations, veuillez consulter : site web du projet NONTOX
Source : CORDIS
Photo : © Sofi_Design, Shutterstock

Publié le
vendredi 3 septembre 2021


Économie circulaire
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Économie circulaire


Nos partenaires Économie circulaire

Nos partenaires