Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Ce déchet, mon ami
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Ce déchet, mon ami

Économie circulaire

Publié le
lundi 26 février 2018 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

En novembre 2017, la Chine connue comme étant le plus grand pollueur mondial a fermé ses portes à l’importation des déchets internationaux. Elle repose selon le ministère de l’Environnement chinois sur une volonté de « protéger les intérêts environnementaux et la santé des personnes ».

C’est maintenant définitif, l’Europe doit gérer les millions de tonnes de déchets qu’elle avait l’habitude de « refourguer » à ses voisins chinois. Le secteur mondial du recyclage risque d’être très impacté par cette décision.

D’après un rapport réalisé par l’Agence européenne pour l’environnement en 2015, 3,4 % des émissions de gaz à effet de serre européennes seraient dues à la gestion des déchets. L’empreinte carbone des déchets serait en réalité sous-évaluée.

« Déchet mon ami », paradoxe ? Selon la Banque mondiale, près d’1,3 milliard de tonnes de déchets solides par an sont générés dans le monde. Cela représente près de 25 000 « Titanics ». Ce nombre atteindrait 2,2 milliards d’ici à 2025.

Ces chiffres nous les connaissons déjà et dressent un état des lieux alarmant. « À tout problème, une solution », telle doit être notre devise et c’est certainement celle des acteurs de la gestion des déchets au Luxembourg qui mènent une politique de valorisation. C’est aussi le principe d’une tendance qui se renforce de plus en plus, celle de l’Upcycling. Le reconditionnement, lui, va vouloir remettre en état un appareil et souvent inclure une dimension sociale qui englobe les compétences de bénévoles ou de personnes réfugiées.

Et dans le fond, pourquoi ne pas aussi apprendre soi-même à donner une seconde vie à nos objets du quotidien en fréquentant un Repair Café, lieu convivial qui permet non seulement de se poser mais aussi de réparer nos appareils sous l’œil avisé d’experts dans divers domaines ? On peut ainsi lutter à son niveau contre l’obsolescence programmée.

C’est certainement aussi la conception des personnes qui ont décidé de générer le moins de déchets possible en commençant par leur foyer, leur garde-robe, leur façon de consommer en donnant l’envie à d’autres de suivre cette voie… c’est le mouvement Zero Waste.

Sara Liégeois

Découvrez le nouveau dossier du mois d’Infogreen : « Ce déchet, mon ami »

Publié le
lundi 26 février 2018


Économie circulaire
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Économie circulaire


Nos partenaires Économie circulaire

Nos partenaires