Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Multimodalité, investissements sur le rail au Luxembourg, année européenne du rail, François Bausch, Claude Turmes, MLarc Wengler, CFL, transport de voyageurs, pôle d’échange multimodal, interconnexions transfrontalières, Mir schaffe fir Är Mobilitéit vu muer, renforcer la mobilité, attractivité du rail, augmenter les capacités ferroviaires
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Une année du rail riche en projets

Mobilité

Publié le
mardi 30 mars 2021 à 14:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

2021 est vouée aux chemins de fer en Europe. Sur le terrain luxembourgeois, les grands chantiers actuels et futurs des CFL totalisent près d’1,5 milliard d’euros ! L’investissement s’accompagne d’une promotion de la mobilité douce et de la multimodalité.

La campagne « Mir schaffe fir Är Mobilitéit vu muer » (nous travaillons à votre mobilité de demain) est lancée et elle accompagne des chiffres qui parlent d’eux-mêmes quant au niveau d’investissement de l’État. Pour appuyer le lancement de 2021, année européenne du rail, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics, François Bausch, a aligné les chiffres et les projets pour l’infrastructure ferroviaire, la multimodalité, le matériel : on arrive à un total de 1,48 milliard d’euros pour les chantiers en cours et à venir.

Le ministre était flanqué du directeur général des CFL, Marc Wengler, et de représentants de la Commission européenne et du Parlement européen, Stephan Koppelberg et Christoph Schröder. Un symbole pour une année européenne placée sous le signe des chemins de fer, et alors que le Luxembourg, avec son voisin belge, a encore récemment plaidé pour un renforcement de l’investissement européen dans les projets transfrontaliers, en particulier pour (le quasi légendaire tortillard de) la ligne Bruxelles-Luxembourg.

Plus de mise, plus de cibles touchées

Il est clair que, ces dernières années, l’État luxembourgeois a investi considérablement dans l’infrastructure ferroviaire. « Le Luxembourg compte poursuivre ce programme d’investissement historique pour rester à la pointe des états européens avec un peu plus de 300 millions d’euros investis rien qu’en 2021 », souligne François Bausch. « En 2019, l’investissement de l’État dans l’infrastructure ferroviaire était de 448 euros par habitant et par an » note-t-il au passage. « On a devancé la Suisse, qui était championne en la matière » (NDLR : Le ministre Turmes le signale aussi dans son interview à notre rédaction dans le cadre du dossier en mois « énergie – ville »)

/

Autre donnée intéressante : le nombre de voyageurs misant sur le rail a connu une croissance de 85% au cours des 15 dernières années, pour atteindre 25 millions de personnes transportées en cumulé.

Les CFL investissent en parallèle dans le matériel roulant : une commande de 34 nouvelles rames chez Alstom viendra renforcer la flotte, pour quelque 400 millions d’euros (mise en service entre fin 2022 et 2025 de ces trains dernier cri, avec wifi, comptage automatique et données télémétriques).

Travaux et collaboration transfrontalière intensifiés

C’est donc une phase de travaux intensifiée et à moyen terme que propose le pays, avec pour premiers objectifs de d’augmenter les capacités au niveau des gares et des tronçons particulièrement fréquentés. Exemples de priorités, l’extension de la gare de Luxembourg - au cœur du réseau en forme d’étoile, là où convergent toutes les lignes - combine la mise à disposition de 2 quais et de 4 voies à quai supplémentaires avec la réorganisation entière de son plan des voies, pour améliorer la ponctualité et la « flexibilité » de la gare. On y retrouve aussi le remplacement de la passerelle entre les quartiers de Bonnevoie et de la gare aux quais.

Autre exemple : la poursuite de la logique de pôles d’échange pour connecter les lieux de vie et de travail, en mode multimodal. Pour faciliter le passage de la voiture au rail, 3800 places de P+R seront créées d’ici fin 2025. Rodange, pôle trifrontalier par excellence, voit ainsi 151 millions d’euros investis, pour notamment 1600 places de P+R (un tiers du budget) en service l’an prochain et une voie à quai supplémentaire pour une gare transformée à l’horizon 2023.

Grosse mise aussi sur la ligne supplémentaire entre Luxembourg et Bettembourg (partiellement cofinancée par les programmes européens), traditionnel lieu d’engorgement vers la France : 292 millions d’euros. Et encore 110 millions d’euros sur ligne entre Metz-Bettembourg (convention franco-luxembourgeoise signée en 2018, avec, ici aussi, 2 nouveaux P+R sur Thionville et Longwy ; vers 2030, cet axe devrait pouvoir accueillir, en rotation horaire, 8 TER, 1 TGV et un convoi de marchandises !

Faire circuler aussi l’info

Il y en a un train entier, des projets et, mieux, des chantiers programmés et budgétés. Et on voit que l’implication du Luxembourg ne se limite pas au réseau national. Le message est clair et transfrontalier : il faut contribuer davantage à l’attractivité du rail pour la mobilité de tous !

Et l’information y contribue aussi. Ainsi, la campagne « Mir schaffe fir Är Mobilitéit vu muer » fait circuler le message sur les travaux des CFL, les efforts entrepris et leurs impacts sur les voyageurs.

Toutes les informations pratiques, en temps réel, sont disponibles sur www.infotravauxcfl.lu.

Alain Ducat

Photo et illustration :
La future gare de Rodange (Blog CFL)
La présentation officielle du programme par François Bausch (CFL/Patrick Flammang)

Publié le
mardi 30 mars 2021


Mobilité
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Mobilité


Nos partenaires Mobilité

Nos partenaires