Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Un management de l’énergie « simplifié »
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un management de l’énergie « simplifié »

Énergie

Publié le
vendredi 17 janvier 2014 à 13:30

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

« Ce que nous avons constaté, c’est que le service de management de l’énergie est considéré par nombre de communes comme assez complexe dans l’état actuel des choses », déclare Laurent Majerus, Energy Efficiency Manager auprès de la société Enovos Luxembourg, raison pour laquelle le fournisseur d’énergie a développé une nouvelle approche, le « plan climat énergie ».

L’objectif est toujours le même : maîtriser les consommations des bâtiments communaux

Le Pacte Climat est entré en vigueur en janvier 2013. Quels sont ses impacts sur votre société ?

Nous avons, dans ce cadre, mené une prospection intensive auprès des communes aux quatre coins du pays afin de leur proposer toute une série de services dans le domaine de l’énergie, aussi bien au niveau de leur patrimoine et que de leur territoire.

Après un an, nous avons constaté qu’une majorité de communes étaient dans une phase d’état des lieux par rapport au pacte climat. Maintenant, il s’agit pour elles d’entrer rapidement dans le vif du sujet, de passer à l’action en 2014

Ce que nous avons constaté, c’est que le service de management de l’énergie est considéré par nombre de communes comme ambitieux dans l’état actuel des choses, raison pour laquelle nous avons, en plus de celui-ci, mis au point un nouveau service, le plan climat énergie, qui est une version simplifiée et pragmatique de ce dernier afin de mettre rapidement en place un management de l’énergie

Pouvez-vous préciser ?

Nombreuses sont les communes qui souhaitent avancer étape par étape. Aussi, notre approche globale est redéfinie : nous allons désormais nous concentrer dans une première phase sur le patrimoine communal plutôt que sur l’ensemble des activités de la commune. L’objectif est toujours le même : maîtriser les consommations des bâtiments communaux, principalement des grands bâtiments énergivores tels que la mairie, l’église, les écoles ou encore les bâtiments sportifs.

Des actions simples et des investissements modérés permettent de réduire considérablement la facture énergétique, de 10% à 20%. Ce qui est également important, c’est de ne pas diminuer le confort d’utilisation du bâtiment, bien au contraire, puisque nous chercherons parallèlement à augmenter le bien-être des usagers.

Comment se déclineront ces actions concrètement sur le terrain ?

Il s’agit en premier lieu de déterminer les énergies auxquelles les autorités communales ont recours et d’analyser les factures énergétiques des dernières années.

En deuxième lieu, il revient de visiter les bâtiments communaux et d’observer les équipements qui y sont installés, tant en matière de chauffage que d’éclairage ou encore d’habitudes d’utilisation. Les conclusions nous serviront de base de travail pour la mise en place d’un plan d’action ad hoc sur mesure. Ceci est essentiel dans la mesure où les bâtiments et les équipements diffèrent considérablement d’une commune à une autre.

Dans ce plan d’action figurent la sensibilisation des usagers des bâtiments aux bons gestes en matière de maîtrise de l’énergie.

S’ensuit l’accompagnement de projets d’efficacité énergétique concernant les bâtiments communaux, c’est-à-dire se positionner en amont de ces projets, et ce, en toute indépendance.

Outre les bâtiments s’inscrivent dans ce plan d’action d’autres postes énergivores tels que l’éclairage public ou la flotte de véhicules communaux.

Pourquoi les communes ne mettent-elles pas en œuvre ces actions elles-mêmes ?

Nous avons pu constater que toutes les communes n’ont pas les ressources internes nécessaires pour mener l’ensemble de ces projets. En s’appuyant sur l’expertise d’Enovos Luxembourg dans l’énergie, les autorités communales obtiennent un meilleur rapport prix/prestations.

Au final, les communes peuvent espérer avoir un retour sur investissement en moins d’un an dans le meilleur des cas, même si la moyenne se situe plutôt autour des trois ans. Quoi qu’il en soit, c’est très rapide.

Vous évoquiez la volonté de certaines communes d’aller plus loin. Sont-elles nombreuses ?

Plusieurs communes sont intéressées par une approche plus globale, incluant l’approche territoire et les énergies renouvelables. Nous comptons ainsi conclure des contrats de performance énergétique pour lesquels nous avons des obligations de résultats.

Photo ©Marlene Soares pour LG Magazine

Publié le
vendredi 17 janvier 2014


Énergie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Énergie


Nos partenaires Énergie

Nos partenaires