1.000 femmes

1.000 femmes

Grâce à l’action d’une ONG et d’un groupe d’assurance luxembourgeois, un millier de Népalaises prennent leur vie en main, gagnent en autonomie et subviennent aux besoins de leurs familles.

La municipalité de Bethanchowk, zone rurale à deux heures de route de la capitale Katmandou, est peuplée de familles marquées par l’absence des pères. Poussés par le manque d’emploi, l’instabilité politique et la corruption, ils ont rejoint la Malaisie, le Qatar, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Japon ou encore la Corée du Sud pour y trouver du travail et, souvent, y refaire leur vie. Laissant derrière eux femmes et enfants à qui ils envoient de maigres sommes d’argent rarement suffisantes.

Dans le district de Kavre, l’élevage de bétail et la production de fruits et légumes sont les deux principales sources de revenus. Pour donner plus de moyens aux femmes de Bethanchowk de développer une agriculture résiliente, l’idée d’une coopérative a été lancée par Aide à l’Enfance de l’Inde et du Népal (AEIN) en 2021, rapidement rejointe par le Groupe Foyer dans le cadre d’un projet humanitaire.

Témoignage d’Amira Hellal, responsable du Groupe de travail humanitaire et attachée à la Direction générale du Groupe Foyer :

« Avril 2023, nous nous envolons pour Katmandou avec ma collègue Nathalie Hanus. Dès notre arrivée, le dépaysement est total et le lendemain matin nous partons à la rencontre des bénéficiaires. À près de 1.800m d’altitude, la nature environnante dans la région rurale est à couper le souffle et l’accueil qui nous est réservé par les bénéficiaires nous laisse sans voix : des cortèges humains, des colliers de fleurs, une joie sans pareille sur les visages pour nous exprimer leur gratitude. Des projets rondement menés mais un pays réellement dans le besoin. Une expérience enrichissante à tous les niveaux ! Avec le Groupe de travail, nous sommes fiers de travailler dans un Groupe tel que Foyer qui n’a pas peur de s’engager dans des projets humains de développement à long terme, porteurs de sens et qui contribuent à rendre notre monde meilleur. »

Women empowerment

« Une coopérative dédiée à 100% aux femmes, c’est quelque chose d’innovant pour un pays comme le Népal », explique la directrice Françoise Binsfeld, avant de citer la femme d’affaires américaine Andrea Jung : « Quand une femme gagne un dollar, le retour sur investissement est plus important. Elle investira dans ses enfants, dans leur éducation, leurs soins de santé et leurs besoins fondamentaux. L’impact du rôle d’une femme dans l’économie profite à l’ensemble de la société. »

Avec 400 actionnaires au début, et 1.008 fin 2023, cette initiative est un réel succès. L’on y devient actionnaire en achetant une part pour 3.000 roupies, l’équivalent de 22 euros. La « Rural Women Vegetable and Fruit Cooperative Ltd » donne alors accès à des prêts à taux avantageux leur permettant d’étendre leurs activités de culture ou de transformation alimentaire, à des formations sur la gestion des budgets, sur l’épargne et l’investissement, sur les outils numériques et les risques d’Internet, etc.

« Récemment, nous avons financé un véhicule afin qu’elles puissent se rendre directement sur les marchés de la région et jusqu’à Katmandou. En supprimant l’intermédiaire, elles constatent une augmentation de revenus de 40% », précise Françoise Binsfeld, qui s’y rend chaque année pour observer l’évolution du projet. Sur place, le suivi est assuré par Ramesh Twayana, un Népalais ayant vécu 20 ans au Luxembourg avant de retrouver sa contrée natale. La coopérative compte trois employées chargées des tâches administratives et exécutives, telles que les demandes de prêts et les visites de contrôle.

Témoignage de Menuka Timalsina, actionnaire :

« Je n’avais jamais pensé que je pouvais avoir une voix, mais maintenant je sais que je peux m’exprimer et être entendue. Cela ne me semble pas toujours réel lorsque je participe aux décisions financières de ma famille. Je gagne environ 50.000 roupies (362 euros) par saison grâce à l’agriculture. La coopérative m’a accordé des prêts pour mes investissements agricoles. Je peux maintenant offrir de meilleures opportunités à mes enfants. »

Envie de vous impliquer ?

Vu la réussite et le nombre de demandes continuellement en hausse, une nouvelle phase de 3 ans démarre dès 2024 pour diversifier les sources de revenus et renforcer cette chaîne de valeur de mini-entreprises. AEIN souhaite – entre autres - augmenter la capacité de la coopérative à accorder des prêts, favoriser l’inclusion et la participation égale de toutes les femmes de la municipalité, organiser des formations en apiculture, fabrication de chips, production de fumier composté, mais aussi en marketing et stratégie de marque, etc. Des formations qui peuvent être réalisées sur base de partages de compétences avec des partenaires luxembourgeois. L’appel est lancé…

Les investissements d’AEIN au Népal sont en grande partie possibles grâce à l’accord-cadre avec le ministère des Affaires étrangères et européennes qui finance ses projets à hauteur de 80% depuis 2005. Les donateurs privés et notamment le système de Payroll Giving lui permettent de compléter les budgets et de faire naître de plus en plus de success stories familiales à travers l’Inde et le Népal.

Video - From Harvest to Sale - Women Farmers Lead the Way :

Marie-Astrid Heyde
Photos : AEIN
Article tiré du dossier du mois « Regards de femmes »

Article
Article
Publié le mercredi 7 février 2024
Partager sur
Avec nos partenaires
Aide à l'Enfance de l'Inde et du Népal (AEIN)
Groupe Foyer S.A
Nos partenaires