Votre logement au Luxembourg : les conseils de l'expert chauffage et sanitaire

Votre logement au Luxembourg : les conseils de l’expert chauffage et sanitaire

Partons à la rencontre des vrais acteurs de la construction immobilière au Grand-Duché du Luxembourg. Traçons le portrait des professionnels du bâtiment. Le but ? Répondre à toutes vos questions sur l’achat d’un logement, maison ou appartement. Nous allons lever chacun de vos doutes.

Vous souhaitez accéder à la propriété au Luxembourg ? Vous avez un projet immobilier ? Acheter une maison ? Vous souhaitez des renseignements sur la manière de procéder, les prix de l’immobilier ? Vers qui vous tourner pour répondre à toutes vos interrogations ? Un notaire ? Pas seulement. Vous devez prendre chaque élément en considération.

Du début de votre achat immobilier à la remise des clés (et même après), il vous faut le plus large tour d’horizon. Pour cela, donnons la parole à tous les maillons du développement immobilier luxembourgeois, de la promotion immobilière et de ses chantiers de construction.

Pour bien investir dans l’immobilier, améliorer vos conditions de logement ou pleinement profiter de votre habitation, leurs conseils sont essentiels. D’ailleurs, les recommandations de nos spécialistes du BTP intéresseront tout autant les propriétaires que les locataires ou les investisseurs.

Nous avons cherché à comprendre la conception d’une maison unifamiliale ou d’une écoconstruction à ossature bois, à travers le regard d’un ingénieur recherche et développement et d’une architecte. Puis, nous avons recueilli les précieuses préconisations d’un coordinateur central de l’ouvrage : le conducteur de chantier.

Maintenant, entrons dans les travaux. À Steinfort, le gros œuvre est terminé. Résultants de la réhabilitation d’un ancien bâtiment, les cinq appartements neufs entament leur dernière phase. On imagine déjà le quotidien prendre vie sur la surface habitable.

Intérieurs pendant le second oeuvre - Parties communes avec ascenseur (privé et direct pour le penthouse du dernier étage)
Intérieurs pendant le second oeuvre - Parties communes avec ascenseur (privé et direct pour le penthouse du dernier étage)

Dominique Fontaine installe le chauffage et les sanitaires. Comme chaque jour de travail depuis 26 ans. Il fait partie des équipes intégrées et locales Thomas & Piron qui permettent au promoteur immobilier de garder le contrôle sur la qualité de ses réalisations.

Il s’arrête l’espace d’un instant pour nous raconter sa relation avec le client, les évolutions technologiques du bâtiment résidentiel, les consommations d’énergie et d’eau, le confort thermique, les habitudes pour mieux vivre son logement neuf et beaucoup d’autres choses dans un échange sans langue de bois.

À quel moment du chantier de construction intervenez-vous ?

Mon rôle débute lors de ma rencontre avec le client. Nous faisons le tour du chantier, inspectons les emplacements prévus pour les différents sanitaires, les raccordements, les thermostats, etc.

Nous repérons les conduites d’eau, l’électricité ou le robinet extérieur. Je fais le tour avec le client pièce par pièce. Longtemps, nous avons localisé ensemble les radiateurs. C’est de plus en plus rare car nous généralisons désormais le chauffage au sol.

Nous appelons cette réunion de chantier, la « réunion d’encastrement » car les alimentations en eaux et les décharges sont encastrées dans les murs à cette occasion.

Bien que tout soit déterminé en amont par l’architecte et nos bureaux, le plan ne reflète pas toujours la réalité et les clients ne se figurent pas toujours ce que représente tel point rouge ou tel point bleu sur leurs plans.

Je matérialise les éléments, je montre la dimension et la position des WC, de la baignoire, de la ventilation, des tuyaux, etc. J’explique en détail pour éviter tout malentendu.

Quelles sont généralement les questions que les acheteurs vous posent ?

On répond à de nombreuses questions portant sur les positions de la machine à laver, du thermostat, de l’évier, des tuyaux, de la ventilation, etc.

Les principales questions concernaient l’emplacement et l’encombrement des radiateurs. Pour la majorité, « un radiateur 22 ou un radiateur 33 par 600 », cela ne correspond pas à grand-chose. Ce ne sera plus le cas puisque les planchers chauffants sont devenus la norme. Alors, pour le chauffage au sol comme pour le reste, je fais correspondre la réalité à la théorie.

Quelles sont les qualités requises pour être un installateur de chauffage compétent ?

Il faut que le métier vous tienne à cœur. À chaque installation, je cherche toujours à tirer les leçons des précédents chantiers pour améliorer mon travail. Il faut savoir s’adapter, on peut prendre deux maisons, même jumelées, elles seront toujours différentes.

C’est également le cas des clients, il n’y en a pas d’identique. Chacun porte son attention sur des points particuliers et variables. Alors, il faut se mettre à la place du client, trouver le meilleur compromis pour son confort quotidien.

Le contact avec le client nous permet de lui montrer en condition réelle comment le chauffage ou la pose des sanitaires peut lui faciliter la vie.

Appartement en construction à Steinfort, Luxembourg - Réalisation Thomas & Piron
Appartement en construction à Steinfort, Luxembourg - Réalisation Thomas & Piron - Fanny Krackenberger

Ce relationnel avec le client est une partie de votre métier qui vous plaît ?

Oui. Je préfère travailler comme cela, en étroite relation avec les clients, éviter toute confusion et coller au plus près de ses envies. C’est une volonté de Thomas & Piron de travailler ainsi.

Certaines sociétés encastrent les tuyauteries toujours au même endroit, d’autres concurrents de la maison unifamiliale ne laissent même pas l’accès du chantier au client parce que c’est une méthode de travail plus exigeante. Il faut pouvoir canaliser certains clients irrationnels qui partent dans tous les sens.

Certains clients vous demandent des choses impossibles à réaliser ?

Il y a quelques clients qui décident de bouleverser l’agencement originel. Très peu. Nous réalisons tout ce qui est faisable dans la limite des contraintes techniques.

Je peux vous donner un exemple de cette limite. Un client voulait intégrer sa pompe à chaleur sous son escalier. C’était pour lui un gain de place. J’ai dû lui démontrer que c’était impossible, la PAC aurait été inaccessible pour l’entretien et la maintenance.

Vous êtes aussi conseiller technique alors ?

Chez Thomas & Piron, oui. C’est la philosophie de l’entreprise. Dans notre méthodologie, nous invitons le client le plus tôt possible, dès le premier encastrement de tuyau. C’est loin d’être la règle dans le secteur du bâtiment au Luxembourg.

Toute l’équipe est attentive à la praticité et à la fonctionnalité du logement, il est nécessaire que l’aspect technique facilite le quotidien du client.

Installation ECS - Steinfort, Luxembourg
Installation ECS - Steinfort, Luxembourg

Vous êtes un chauffagiste – sanitariste expérimenté, vous avez vécu les grandes évolutions de la profession. Qu’est-ce qui a le plus changé dans vos procédés ?

C’est la partie technique qui a le plus changé. Avant, un chauffagiste devait savoir souder. C’était la base. Nous travaillons à présent avec des sertisseuses et des testeurs. Pour un jeune qui débute, souder n’est plus d’aucune utilité. En revanche, il va lui falloir un gros bagage technique et être bon électricien.

Le métier s’est déplacé d’un savoir-faire manuel vers plus de technicité. J’ai démarré avec de petites chaudières. Elles comprenaient les radiateurs, un thermostat, un circulateur et c’est tout. On l’installait en une journée quand actuellement, l’installation complète se prolonge sur une semaine entière. La partie électrique est la plus longue, même si de nos jours paradoxalement, les fiches simplifient le câblage.

Comment jugez-vous ces transformations ? Considérez-vous l’avancée technologique des systèmes sanitaires, des systèmes de chauffage hydronique comme un réel progrès ?

En imposant la pompe à chaleur, la ventilation double flux et certaines normes d’isolation, l’État a imposé des constructions plus chères et des prix de vente plus élevés. Toute cette technologie a un coût mais aussi des contraintes. Et celles-ci ne sont pas toujours très bien connues des clients.

Sans maison passive, PAC ou VMC double flux, on pourrait gagner de 15 à 20 % sur le prix de construction.

Les nouvelles technologies des bâtiments résidentiels engendrent donc des contraintes. Quelles sont-elles ?

Les nouveaux propriétaires habitués aux anciennes chaudières me disent, « mon radiateur est froid, il ne chauffe pas ». Si, il chauffe mais la pompe à chaleur ou tout autre système de chauffage actuel fonctionne en basse température. Il y a 15 ans, avec une chaudière mazout, l’eau du circuit chauffait à 65 degrés. Nous sommes dorénavant sur des températures de l’eau de 35 degrés maximum. La sensation de chaleur n’est donc plus la même.

Quand on livre la maison ou l’appartement, il est nécessaire de bien expliquer la chaufferie au client. On doit lui faire comprendre qu’avec une PAC ou tout autre système de chauffage basse température, il ne peut pas jouer avec son thermostat comme auparavant. Vous ne pouvez pas partir au travail le matin, baisser le thermostat puis revenir plus tard, remonter le thermostat et espérer retrouver la même température instantanément.

Pour le meilleur confort thermique de votre logement, il faut connaître les bonnes pratiques. La transition énergétique et l’isolation thermique doivent s’accompagner de changements d’habitudes.

Système de distribution d'énergie et pompes Meibes - Valves, pots de décantation, compteurs de chaleur et raccordements
Système de distribution d’énergie et pompes Meibes - Valves, pots de décantation, compteurs de chaleur et raccordements - Fanny Krackenberger

Vous avez des exemples concrets de bonnes pratiques pour un meilleur confort dans une maison avec une excellente performance énergétique ?

Dans un logement moderne disposant d’une isolation dernier cri et de la ventilation double flux, si les habitants continuent d’ouvrir les fenêtres par de fortes chaleurs, ils vont mal le vivre.

De la même manière, si les grandes baies vitrées ou les velux ne sont pas occultés en été, cela posera des problèmes pour baisser la température ou garder la fraîcheur.

Ensuite, il faut entretenir les filtres de la VMC double flux pour conserver la qualité de l’air intérieur. Pendant toute son cycle de vie. Pour le moment la législation impose la technologie mais pas son entretien. C’est un oubli.

La complexité technologique ne signifie pas que nous avons la paix. Avant, l’entretien se résumait au brûleur de la chaudière fuel. Aujourd’hui, il faut suivre l’installation de près. C’est le passage de la mécanique à l’électronique. On peut faire le parallèle avec l’automobile. La mécanique est plus rudimentaire, plus aisée à réparer quand l’électronique complexifie les choses.

Des personnes compétentes sont indispensables pour l’accompagnement, l’entretien et le dépannage des nouvelles technologies du bâtiment et les bons techniciens ne sont pas légion. C’est notamment pour cette raison que Thomas & Piron propose à ses clients des contrats d’entretien.

À quoi reconnaît-on ces bons techniciens ?

Un bon technicien, c’est quelqu’un qui connaît la machine. Au sein de Thomas & Piron ou Tomwood, on travaille avec un nombre restreint de marques partenaires dont une seule enseigne de pompe à chaleur.

Il vaut mieux un technicien spécialement formé sur une marque et qui maîtrise sa technologie. Quand tu as travaillé des centaines de fois sur le même produit ou la même gamme, tu effectues les paramétrages les yeux fermés.

Nous collaborons avec un cercle limité de fournisseurs et seulement avec ceux qui nous assurent de trouver demain toutes les pièces détachées nécessaires.

Vous considérez donc que les clients doivent mieux se renseigner sur les bons usages du chauffage moderne et des sanitaires ?

Certains arrivent avec de solides connaissances, ils se sont renseignés sur le web, ils ont regardé des tutos. Alors, de ce point de vue, vous devez être qualifiés et pointus. Vous devez faire preuve d’un grand professionnalisme face à ces clients avertis qui ont le mérite de nous obliger à une amélioration continue.

D’autres, en revanche… Quand on est en t-shirt dans une chambre à 24 degrés et qu’on me dit qu’il fait froid, je ne peux plus rien faire. À 24 degrés, la chaleur adéquate d’une chambre est largement dépassée. »

Les conseils de Dominique Fontaine pour mieux vivre les nouvelles technologies de l'énergie dans votre foyer
Les conseils de Dominique Fontaine pour mieux vivre les nouvelles technologies de l’énergie dans votre foyer - Fanny Krackenberger

Diriez-vous que les acheteurs de biens immobiliers au Grand-Duché sont de plus en plus concernés par leur consommation d’énergie et par son impact environnemental ?

Au Luxembourg, il n’y a pas encore de réelle prise de conscience des acheteurs immobiliers sur ces questions. Les habitants ne maîtrisent pas le chauffage de leur domicile et la consommation énergétique liée.

Ils ne me posent jamais de questions sur le thème de l’économie d’énergie alors que nous disposons d’outils. Nous avons par exemple créé un logiciel de calcul pour estimer leur consommation annuelle avec une installation combinée pompe à chaleur et panneaux photovoltaïque. Le pouvoir d’achat luxembourgeois détourne la plupart des acquéreurs de ces problématiques.

C’est l’argument économique plus qu’écologique qui interpelle. Le Grand-Duché est précurseur en matière de législation européenne et d’imposition 0 énergie fossile dans le nouveau bâti. La future valeur européenne intrinsèque de la maison luxembourgeoise arrive alors largement en tête de la compétition.

Vraiment ? Les opinions des acheteurs ne sont pas favorables aux écotechnologies dans leurs logements ?

Souvent, les gens râlent. On peut entendre : « pourquoi l’état veut encore nous obliger, mettez-moi une chaudière mazout ». Il faut expliquer qu’un promoteur agréé ne peut pas installer autre chose qu’une pompe à chaleur.

Installation ballon d'eau chaude
Installation ballon d’eau chaude

Tout l’intérêt du travail de la Klima-Agence, c’est d’agir sur les regards très négatifs concernant les obligations environnementales. Il faut sans cesse informer les gens et il faut apprendre à vivre dans une maison de classe énergétique A.

Prenons le ballon d’eau chaude thermodynamique. C’est un atout. Avec une température de chauffe peu élevée, on obtient des consommations restreintes. Mais il y a une contradiction. Les usagers consomment bien plus d’eau chaude qu’il y a deux décennies. On est passé de ballons de 150 litres à des ballons de 300 ou 500 litres. De manière générale, on fait très peu attention à sa consommation d’eau de ville ou sa consommation annuelle.

On préfère le confort de sa douche avec une colonne ou un multijet qui consomme de 40 à 50 litres d’eau à la minute. Au niveau de l’installation technique, il faut que ça suive et c’est un vrai défi.

C’est d’abord le confort avant la sobriété énergétique. Il y a encore beaucoup de travail de conscientisation.


🏡🏡🏡 Lisez aussi sur le sujet 👉 3 exemples concrets de logements neufs écologiques au Luxembourg avec les meilleures performances énergétiques


Et vous-même, comme professionnel du chauffage ECS, est-ce qu’au fil du temps les sujets énergétiques retiennent davantage votre attention ?

Je suis économe par nature donc les questions d’économie d’énergie m’ont toujours intéressé. Spécialement en période d’inflation de l’énergie. Les promoteurs immobiliers luxembourgeois comme Thomas & Piron systématisent les panneaux photovoltaïques parce que les subsides couvrent 62,5 % du prix de l’installation. C’est bien plus intéressant qu’en Belgique par exemple, où l’écologie coûte encore trop cher.

Dominique Fontaine à Steinfort, installateur chauffage sanitaire
Dominique Fontaine à Steinfort, installateur chauffage sanitaire - Fanny Krackenberger

Qu’est-ce qui vous plaît encore dans ce métier alors que votre retraite est en ligne de mire ?

Chaque jour est un autre jour. Je n’avais pas le caractère à être boulanger et à répéter les mêmes gestes avec le même plaisir.

D’une maison à l’autre, d’un client à l’autre, c’est toujours différent. Les configurations sont changeantes et nous sommes dans une constante adaptation. C’est contraignant mais jamais monotone.

Comment voyez-vous l’avenir de la profession ?

Il faudra devenir un expert de la pompe à chaleur. Pas le choix, même si une nouvelle technologie peut apparaître d’ici 15 ou 20 ans. Rien n’est jamais figé.

Propos recueillis par Sébastien MICHEL
Photos : Fanny Krackenberger


Cliquez dès maintenant et ⬇️

Ce sujet vous intéresse ? Inscrivez-vous sur notre liste de diffusion, pour connaître toutes les infos, les dernières actualités et les opportunités de la construction durable au Luxembourg. Cliquez ici.


Vous pensez qu’une maison en bois présente plus de risques en cas d’incendie ? Elle est moins solide qu’une maison en béton ? Vous pensez tout savoir du bois dans la construction ?

Alors ne manquez rien des indispensables articles sur les maisons écologiques en bois au Grand-Duché. Vous avez des questions, nos experts ont toujours les réponses. Bonne lecture !

➡️ Le bois est-il un facteur aggravant en cas d’incendie de votre logement ? Le feu se propage-t-il plus vite ?
➡️ Comment s’assurer qu’une construction bois est robuste et sans danger ?
➡️ Comparaison entre le prix de l’immobilier écologique et les prix de l’immobilier traditionnel
➡️ L’isolation thermique du bois est-elle performante ?
➡️ La maison neuve durable au Luxembourg est-elle plus chère ?
➡️ Quelle est la rentabilité d’un placement immobilier durable ?

Article
Article
Publié le lundi 11 décembre 2023
Partager sur
Nos partenaires