Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
économie du bien commun, „Gemeinwohl-Ökonomie Luxemburg – GWÖ-Lux“, promotion de l’économie du bien commun au Luxembourg, entreprises, communes, injustice sociale, modèle économique actuel, environnement
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Une nouvelle association : Gemeinwohl-Ökonomie Luxemburg asbl

Qualité de vie

Publié le
mercredi 5 juin 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le lundi 3 juin fut présentée la nouvelle association „Gemeinwohl-Ökonomie Luxemburg – GWÖ-Lux“ – Économie pour le bien commun Luxembourg“. Cette association a pour but déclaré la promotion de l’économie du bien commun au Luxembourg et, plus particulièrement, convaincre des entreprises et communes, de participer éthiquement et solidairement dans l’économie et de publier des bilans du bien commun.

Pourquoi une nouvelle association concernant l’économie au Luxembourg ?

En effet, durant les dernières décennies, la situation globale s’est dégradée énormément et apeure des millions d’humains, souffrant en partie déjà de la situation actuelle. L’injustice sociale croît infiniment, la crise climatique est omniprésente, la perte de la biodiversité continue et la consommation des ressources naturelles reste trop élevée.

Évidemment, l’être humain en est le responsable mais la cause se trouve essentiellement dans le modèle économique actuel qui a pour seul but la recherche du profit monétaire et qui ne connaît pas de limite à la croissance, ce qui veut dire qu’il ne connaît pas de mécanisme pour freiner. Nombreux sont ceux qui ont peur de cette menace pour l’humanité et souhaitent reformer le système économique.

À côté de nombreuses initiatives, théories et modèles, l’économie du bien commun est un modèle déjà applicable. Son but est le bien-être pour tous, au lieu de la concurrence interminable et féroce, évoluant partout. L’économie du bien commun, pensé et développé par Christian Felber cherche à établir un modèle économique éthique ou le bien-être, de l’homme et de l’environnement, devient l’objectif premier de l’activité économique. Au centre de ce modèle ne se trouve plus la recherche du profit ni un bilan financier équilibré, mais l’influence du bien-être chez le plus grand nombre d’acteurs, gravitant dans et autour de l’entreprise et en coopérant avec les autres.

« Les 22 membres fondateurs de cette association proviennent de différents milieux, de l’entreprise, de l’administration et de la société civile. Ils estiment qu’il est nécessaire que l’économie du bien commun soit institutionnalisée au Luxembourg et que l’idée d’une économie différente, ayant comme modèle l’économie du bien commun soit diffusé. Nous voulons trouver les entreprises qui dresseront les premiers bilans, qui en tirent des enseignements et qui serviront de multiplicateurs », dit Raymond Aendekerk, le président de l’association.

« Nous mettrons gratuitement à la disposition des entreprises et des communes un questionnaire préliminaire ainsi qu’une matrice d’évaluation pour le premier bilan du bien commun » explique Gregor Waltersdorfer, conseiller pour le Luxembourg. Avec ces outils ils seront capables d’évaluer leur participation au bien commun. Plus concrètement, le bilan documente la contribution de l’entreprise et de la commune aux valeurs de dignité humaine, d’équité, de durabilité environnementale, de codécision et ceci face aux fournisseurs, aux bailleurs de fonds, aux employés, aux clients et aux filiales. Ce bilan peut être établi seul ou en groupe et lors de la phase d’initiation, un accompagnement professionnel permettra de gagner du temps et un audit final augmentera la crédibilité du bilan.

L’économie du bien commun veut réaligner le cadre juridique des entreprises et des communes, par exemple, grâce aux avantages fiscaux et à la priorité accordée aux marchés publiques, les produits issus d’une agriculture biologique et équitable devraient devenir moins chers que les produits conventionnels. Au Luxembourg la commune de Mertzig et le groupe OIKOPOLIS suivent déjà cette vision.

En 2014, le groupe OIKOPOLIS a publié sa première déclaration d’intérêt public. Cela fait d’elle une pionnière au Luxembourg , déclare Patrick Kolbusch, membre du groupe Oikopolis. De plus, BIOG, NATURATA, BIOGROS & Co sont à l’avant-garde d’une autre façon de faire des affaires, où l’action entrepreneuriale vise avant tout le bien commun plutôt que la maximisation du profit de quelques-uns. Il faut espérer que cette réorientation de l’économie apportera une contribution mondiale.

Le conseil d’administration : Raymond Aendekerk président, Marianne Kert trésorière, Alfred Groff secrétaire, membres Claude Fischer, Georges Kieffer, Carlo Mullesch

Adresse de l’association :
GWÖ-Luxemburg 4b, rue d’Olingen L-6832 Betzdorf
Contact mail : luxemburg@ecogood.org

Publié le
mercredi 5 juin 2019


Qualité de vie
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires