Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Joëlle Welfring, ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, Administration de la nature et des forêts, Pro Silva Luxembourg, travailloscope, sylvicole, forêt, arbre, inventaire, écosystème, gestion durable des forêts, qualité de l’eau, qualité de l’air, protection du climat, résilience naturelle, changement climatique, état phytosanitaire, ANF, Klimabonus
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Renforcer la résilience de nos forêts

Politique & Gouvernance

Publié le
vendredi 2 décembre 2022 à 04:30

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, Joëlle Welfring, l’Administration de la nature et des forêts (ANF) et Pro Silva Luxembourg ont inauguré le premier « travailloscope » à Perlé/Rambrouch.

Le projet vise à renforcer la résilience de nos écosystèmes forestiers. En effet, la mise en œuvre de concepts sylvicoles résilients nécessite des gestionnaires avertis et formés. Afin d’initier les gestionnaires – tant publiques que privés – aux nouvelles techniques, des formations sont indispensables.

Qu’est-ce qu’un travailloscope ?

Un travailloscope est une sorte d’outil pédagogique pour des travaux forestiers dans les jeunes peuplements. Il s’agit d’un terrain d’exercice en forêt où, sur des stations définies, un certain nombre de troncs d’arbres (du stade de semis à perchis) ont été inventoriés, qualifiés et décrits en détail. Les participants au cours doivent apprendre à prendre des décisions relatives aux interventions forestières nécessaires, dans le but de cultiver une forêt mixte structurée en utilisant au maximum la dynamique naturelle de l’écosystème.

Le travailloscope permet d’aborder différentes problématiques :

  • Comment orienter les interventions sylvicoles dès le stade des jeunes peuplements forestiers dans le sens d’une gestion durable ?
  • Quelle stratégie de gestion des essences mixtes s’impose − spécifiquement en ce qui concerne le hêtre par rapport au changement climatique ?
  • Comment concilier la production future de bois de valeur avec le maintien de tous les services écosystémiques forestiers (protection de la biodiversité, protection de la qualité de l’eau, protection de la qualité de l’air, protection du climat, etc.) et l’augmentation de la résilience naturelle face au changement climatique ?

Le travailloscope s’adresse aussi bien aux professionnels (forestiers, bureaux d’études, ouvriers forestiers) qu’à un public sans connaissances préalables solides (propriétaires forestiers privés, étudiants en foresterie, etc.).

/
(au milieu, de g. à dr.) Frank Wolter, directeur de l’ANF ; Joëlle Welfring, ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable ; Laurent Schley, directeur adjoint de l’ANF

Contexte : état des forêts et loi sur les forêts

L’état phytosanitaire des forêts est préoccupant. Les inventaires de la santé des forêts réalisés annuellement montrent une aggravation particulièrement alarmante depuis les 5 dernières années. Ceci est causé par l’augmentation de l’intensité et de la fréquence des événements climatiques extrêmes dus au dérèglement climatique qui affaiblissent la vitalité des arbres et mettent en péril l’équilibre de l’écosystème forestier.

Pour protéger son patrimoine forestier et pour renforcer sa résilience face au dérèglement climatique, le gouvernement luxembourgeois a mis en place un ensemble de mesures en collaboration les acteurs du terrain – en voici quelques exemples concrets :

  • Sur le plan réglementaire, le ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable et l’ANF sont sur le point de clôturer les démarches législatives pour adopter une nouvelle loi sur les forêts. Plusieurs dispositions visent directement à renforcer la capacité des forêts à résister et à s’adapter au changement climatique.
  • Le projet de loi va également rendre obligatoire l’utilisation du fichier écologique des essences afin de garantir qu’au moins 50% des essences mises en place soient adaptées à la station, une condition essentielle de résilience.
  • Depuis 2018, le gouvernement a mis en place des nouvelles mesures incitatives sous forme de subventions. Il s’agit notamment d’aides pour des travaux de restauration des forêts endommagées dont les conditions d’application visent la constitution de nouvelles forêts mélangées adaptées à la station.

Afin d’inciter les propriétaires forestiers privés à pratiquer une sylviculture proche de la nature dans l’intérêt de la lutte contre le dérèglement climatique et de la restauration de la biodiversité, une prime « Klimabonus » a été mise en place en 2021. Plus de 20% des propriétaires éligibles ont déjà adhéré au principe.

Communiqué par le ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, l’Administration de la nature et des forêts et Pro Silva Luxembourg

Publié le
vendredi 2 décembre 2022


Avec notre partenaire

Administration de la nature et les forêts, (ANF), Ministère de l'Environnement, du Climat et du Développement durable, amélioration du patrimoine naturel du pays, Conservation de la nature, des ressources naturelles, de la biodiversité et des paysages, gestion durable des forêts publiques, Sensibilisation à la conservation de la nature et à la gestion des forêts
Politique & Gouvernance
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires