Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
La Chambre des Métiers (Tom Wirion au centre) et le ministre Lex Delles, en charge des classes moyennes, ont présenté les chiffres et les défis de l'Artisanat
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Plus de 100.000 artisans en quête d’avenir durable

Politique & Gouvernance

Publié le
mercredi 11 mai 2022 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La Chambre des Métiers tire un bilan mi-figue, mi-raisin, de 2021. L’artisanat contribue à la transition énergétique mais le secteur manque aussi de main-d’œuvre.

Les chiffres de l’artisanat sont toujours un indicateur-clé de l’économie du pays.

Premier constat : les artisans sont plus nombreux que jamais. En 2021, le secteur employait 102.500 personnes, soit 4% de plus qu’en 2020, pour 8450 entreprises, en hausse de 5%. C’est tout sauf négligeable dans l’économie nationale : quelque 20% de l’emploi total et 21% des entreprises.

/

Infogreen

Un peu surprenant ? Pour reprendre le leitmotiv de la Chambre des Métiers en présentant ces chiffres de 2021, il faut cependant « Naviguer à vue dans une mer d’incertitudes. » La crise sanitaire a pu ébranler les bases mais les aides de l’État ont aussi pu maintenir le navire à flots. Il y a quand même eu de sacrées secousses : le « lock-down », des salariés malades de Covid, des contrats suspendus, la fameuse pénurie de matériaux, bois et métaux en tête, entraînant une solide tendance inflationniste… que le conflit ukrainien ne vient pas apaiser en 2022. On y ajoute les coûts énergétiques ou les dépenses de personnel qui grimpent à l’échelle de l’indexation des salaires, et on a une idée d’un secteur artisanal qui se sent coincé entre marteau et enclume.

Jouer la relance, avec des ambitions

La Chambre des Métiers observe aussi une pression supplémentaire, liée à une pénurie de main d’œuvre. Tout cela crée une volatilité et un manque de prévisibilité qui pose problème notamment dans l’accès aux marchés publics, au moment de rendre soumission. Et le tout fait craindre pour la compétitivité des entreprises du pays, qui n’ont pas des réserves financières inépuisables.

Il faut donc clairement jouer la relance. Et l’artisanat a des ambitions à faire valoir, notamment dans la transition énergétique. /

Pour le ministre des Classes Moyennes et du Tourisme, Lex Delles, « la décarbonisation de nos entreprises doit être considérée comme une opportunité afin de réduire la dépendance par rapport aux produits énergétiques fossiles et de protéger le climat et l’environnement. Ce constat vaut particulièrement pour le secteur de l’Artisanat qui joue un rôle clé dans ce contexte. En effet, les entreprises artisanales ont une double fonction : d’une part, elles peuvent décarboniser leurs processus internes et, d’autre part, elles contribuent de manière significative à la transition énergétique de notre société à travers leur travail, par exemple grâce à des constructions et des rénovations à haute performance énergétique ».

Accompagner l’évolution

Une guidance sera proposée par le Pacte climat pour entreprise, une initiative gouvernementale visant à accompagner les professionnels dans cette évolution nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique. Les professionnels pourront également faire appel à un conseiller homologué pour bénéficier d’une aide sur mesure subventionnée. « Le gouvernement est aux côtés des petites et moyennes entreprises et les accompagne dans leur processus de transformation durable à travers des mesures de soutien efficaces et ciblées. Il subventionne notamment un conseil sur mesure analysant les sources énergétiques utilisées et le potentiel d’économie des entreprises. Cette analyse sera financée à travers un voucher pris en charge à 100% jusqu’à un montant de 5.000 euros. Une telle mesure d’aide est d’ailleurs particulièrement bénéfique pour les PME », conclut Lex Delles.

Le secteur envisage cette approche durable comme étant la « seule qui rendra pérennes les activités des entreprises », note la Chambre des métiers. « L’artisanat durable passera également par la digitalisation des entreprises, mais également par l’investissement continu dans les compétences des salariés ».

Alain Ducat
Photos : Chambre des Métiers / MCMT

Publié le
mercredi 11 mai 2022


Avec notre partenaire

Chambre des Métiers
Politique & Gouvernance
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires