Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Greenpeace, pollution plastiques, déchets, environnement, écologie, multinationales, développement durable, enjeux environnementaux, économie circualire, responsabilité, lutte, consommation, production
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Plastic is still coming

Green Planet

Publié le
jeudi 7 mars 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le mois prochain sortira la dernière saison de Game of Thrones. Profitant de l’immense attente à travers le monde que suscite cet évènement, Greenpeace s’est installée ce matin sur l’île de San Juan de Gaztelugatxe (à Bermeo dans le Pays Basque), lieu de tournage de Peyredragon (Dragonstone) dans la série, afin d’attirer l’attention sur une menace bien plus concrète que celle des Marcheurs Blancs (White Walkers) : l’avalanche de plastique à laquelle nous faisons face.

Greenpeace dénonce la production plastique mondiale

Une dizaine de volontaires a installé sur l’île un dragon gigantesque de plus de 4 mètres, qui symbolise les entreprises responsables de la pollution du plastique, dont la production atteindra 350 millions de tonnes (900% de plus qu’en 1980) d’ici 2020. La presque totalité du plastique qui envahit nos décharges, rivières, plages et océans, provient de dix entreprises, qui vendent toutes des biens de consommation courante. Ces marques contribuant le plus à la pollution plastique sont Coca-Cola, Pepsi, Mars, Danone, Nestle, Unilever, Mondelez, Colgate, Procter & Gamble, et Johnson & Johnson. Celles-ci engrangent des milliards de dollars de profit chaque année grâce aux produits qu’elles vendent emballées dans du plastique, tandis que nous, consommateurs, devons gérer et payer les conséquences de leur production déraisonnée.

Malgré les médailles que ces compagnies et d’autres continuent de s’attribuer pour avoir, selon elles, promu l’économie circulaire, elles n’ont aucun d’objectif clair de réduction de leur production de plastique à usage unique, ni même de partage de leurs données et engagements, ce qui sape complètement leur crédibilité en la matière.

Les solutions explorées par ces entreprises sont principalement fondées sur le recyclage et la recyclabilité, alors même que nous savons qu’il n’est pas possible de se sortir de la pollution plastique avec le recyclage seul. Les écosystèmes de toute la planète se noient dans les déchets, qui continuent pourtant chaque année d’augmenter. En 2015 seulement, 161 millions de tonnes de récipients plastiques ont été produits dans le monde, pour une utilisation moyenne de six mois.

Rien qu’en Europe, environ 25.8 millions de tonnes de déchets plastiques sont générées chaque année, dont seulement 30% seront collectés pour le recyclage. En fait, on estime même que seulement 9% du plastique jamais produit a bien été recyclé.

« Nous refusons que les multinationales se cachent derrière le recyclage, ni qu’elles continuent ce greenwashing hypocrite, en nettoyant les plages ou en remplaçant le plastique à usage unique par d’autres matériaux à usage unique. Nous voulons qu’elles acceptent leur responsabilité, en éliminant leurs emballages plastiques jetables, en investissant dans de nouveaux modèles et en adoptant les systèmes de recharges et de réutilisation » déclare Pauline Maes, chargée de communication pour Greenpeace Luxembourg.

Cette saison sera-t-elle la dernière du plastique jetable ?

Source : Greenpeace Luxembourg

Publié le
jeudi 7 mars 2019


Green Planet
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires