Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Europe, Commission européenne
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le « Pacte vert » européen signé

Politique & Gouvernance

Publié le
mardi 10 décembre 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Signé à Bruxelles par la nouvelle Commission, le « Pacte Vert » européen pour la neutralité carbone en 2050 nécessitera plusieurs centaines de milliards d’euros d’investissements par an.

Le « Pacte Vert » visant la neutralité carbone d’ici 2050 a été signé par la nouvelle Commission européenne. Pour le vice-président exécutif de la Commission en charge de ce projet, le Néerlandais Frans Timmermans, il est une source de croissance et d’emploi.

Sans chiffrer précisément le programme qui doit être présenté, le commissaire vice-président a déclaré que ces investissements seraient « une combinaison d’argent public, d’emprunts, d’argent privé », dont les montants oscilleraient « entre 180 et quelque 300 milliards d’euros par an ».

Le premier continent

Pour M. Timmermans ce « Green Deal » « ferait de l’Europe le premier continent à prendre la question du climat à bras le corps mais aussi à se convertir à la nouvelle économie et cela conduirait à plus de croissance et plus d’emplois. »

Il a également souligné que « le coût du capital à l’heure actuelle n’est pas très cher » et qu’il fallait ainsi agir rapidement. Le Néerlandais a affirmé : « Notre idée est que tous les États membres s’engagent à être neutres du point de vue du climat d’ici 2050 », bien que trois pays soient encore très sceptiques face à ce pacte (la République tchèque, la Hongrie et la Pologne).

Cette neutralité carbone devra réduire au maximum les émissions de CO2 et compenser le reste grâce à des « dispositifs d’absorption », par les sols et les forêts par exemple.

À la suite de la publication d’un rapport de l’Agence européenne de l’environnement qui avait annoncé l’incapacité de l’UE à atteindre ses objectifs environnementaux en 2020 mais plutôt en 2030 et 2050, M. Timmermans a appelé la commission à « agir très rapidement » afin que l’Union Européenne puisse relever ces défis « sans précédent. »

La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas impossible.
(Frans Timmermans)

Si « tous les États membres sont à la traîne sur ce que nous avions promis de faire », « la bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas impossible ». Et pour y parvenir, la Commission suggère « d’investir massivement dans un grand nombre de technologies » tout en ne laissant « personne derrière. »

Parmi les propositions citées, celle d’un « grand programme de reforestation » a été soulignée, notamment dans le but d’améliorer la qualité de l’air qui est la cause de 400.000 décès d’Européens chaque année. Par ailleurs, Frans Timmermans a suggéré impérativement, l’isolation et l’équipement de logements avec des énergies renouvelables, sans pour autant « augmenter la facture ».

Alain Ducat avec AFP

Publié le
mardi 10 décembre 2019


Politique & Gouvernance
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires