Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Cordis, union européenne, poissons en déclin, réchauffement climatique, réchauffement des océans, poissons, océans, surpêche, réchauffement planétaire, productivité, lmiter les captures, potentiel de nourriture
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le changement climatique entraîne la disparition des poissons

Santé-Environnement

Publié le
jeudi 14 mars 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Une étude montre que les populations de poissons sont sur le déclin sous l’effet du réchauffement des océans.

Les poissons sont une source majeure de nourriture et de revenus pour des millions de personnes à travers le monde. Le changement climatique exerce une influence négative sur ces deux facteurs.

Selon des conclusions publiées dans la revue « Science » le changement climatique met en danger les poissons du monde entier entraînant une diminution jusqu’à 35 % des populations dans les régions côtières proches de la Chine et du Japon. Le réchauffement des océans a entraîné un déclin mondial de 4 % des captures durables. Il s’agit de la plus grosse quantité de poissons pouvant être capturés sans épuiser les stocks sur le long terme.

« Ce déclin de 4 % paraît insignifiant mais cela représente 14 millions de tonnes métriques de poissons de 1930 à 2010 » a déclaré le Dr Chris Free chercheur principal et écologiste quantitatif à l’Université de Californie Santa Barbara au « The New York Times ». « Les poissons sont une source vitale de protéines pour plus de la moitié de la population mondiale et quelque 56 millions de personnes dans le monde sont soutenues d’une certaine manière par la pêche marine. » Il a ajouté : « Les écosystèmes de l’Asie orientale ont connu l’un des plus gros déclins en termes de productivité liée à la pêche. Et cette région est le foyer de l’une des populations humaines à la plus forte croissance des populations à forte dépendance des produits de la mer. »

Des scientifiques de l’Université de Rutgers aux États Unis ont utilisé des données obtenues à partir de 235 populations de poissons localisées dans 38 régions écologiques du monde entier. Cela représente environ un tiers de la prise mondiale signalée. Ils ont examiné comment la disponibilité des poissons sous forme de nourriture a changé de 1930 à 2010. Les plus grosses pertes en termes de productivité liée à la pêche s’observent dans la mer du Japon, la mer du Nord, les côtes ibériques, le courant de Kuroshio et les écorégions Celtic Biscay Shelf. Les zones les plus touchées sont la mer de Chine orientale et le courant de Kuroshio du Japon, où les stocks ont plongé de 15 % à 35 % au cours des 80 dernières années.

Des poissons se trouvent ils dans les eaux chaudes ? Accuser les températures grandissantes des océans

« Nous avons été stupéfaits de constater que la pêche du monde entier a déjà réagi au réchauffement des océans » a déclaré Malin Pinsky co auteur de l’étude et écologiste à l’Université de Rutgers à « USA Today ». « Il ne s’agit pas de changements hypothétiques à un moment donné. »

L’Asie orientale est le foyer des populations à la croissance la plus rapide et leurs demandes en produits de la mer sont très élevées. La diminution des stocks de poissons dans ces régions est inquiétante car, alors que les stocks continuent de s’effondrer, les pays de l’Asie orientale pourraient importer des poissons en provenance d’autres régions du monde. Ce phénomène entraînera une augmentation des prix. La surpêche accentue également les effets du changement climatique. La disparition des plus gros poissons entraîne la diminution de la capacité de reproduction d’une population et la rend plus vulnérable au réchauffement planétaire au fil du temps.

Cette recherche démontre que les poissons n’ont pas tous souffert du réchauffement des océans. En fait, quelques espèces ont tiré profit du réchauffement des eaux. Des bénéfices ont été observés parmi des populations de poissons dans la province de Terre Neuve et Labrador, la mer Baltique, l’océan Indien et le plateau continental du nord est des États Unis.

« Nous espérons que cela mettra en lumière l’importance de prendre en compte le fait que le changement climatique est responsable des changements liés à la productivité », a déclaré le Dr Free au « The New York Times ». « Les responsables du secteur de la pêche doivent trouver de nouveaux moyens innovants de prendre en compte ces changements. Cela inclut la diminution des limites des captures pour les années négatives de réchauffement des eaux, mais cela peut également inclure l’augmentation des limites des captures pour les années positives avec des eaux plus froides. Il va s’avérer très important de disposer de réglementations qui s’adaptent au changement climatique afin d’optimiser le potentiel de la nourriture. »

En s’adressant à « USA Today », il a donné davantage de propositions : « Nous recommandons aux responsables du secteur de la pêche de mettre un terme à la surpêche, de repenser la pêche et de prendre en compte le changement climatique pour les décisions relatives à la gestion des pêcheries. »

Source : Cordis

Publié le
jeudi 14 mars 2019


Santé-Environnement
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Santé-Environnement


Nos partenaires Santé-Environnement

Nos partenaires