Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
centrales énergétiques, consommation d'énergie, Ferroknepper Buderus, avenir connecté, IA, production, échange d'énergies, énergies renouvelables, système de chauffage, environnement, développement durable
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Des mini-centrales énergétiques connectées pour mieux consommer

Énergie

Publié le
mardi 23 octobre 2018 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Benoît Lespagnol, directeur général de Ferroknepper Buderus, croit en un avenir connecté où l’intelligence artificielle permet d’optimiser la consommation d’énergie, mais aussi sa production et son échange.

« La vision que j’ai sur la ville de demain, c’est celle d’une ville où les habitants vivent en harmonie entre eux, en préservant la qualité de leur environnement. Une ville où on n’essaye pas seulement d’éloigner la pollution, mais de la supprimer. Si je regarde les voitures électriques actuelles, elles ne font souvent que déplacer la pollution en dehors des centres-villes, mais elle existe toujours, car l’électricité nécessaire est encore en Europe en grande partie produite par des énergies fossiles. Le défi de la ville de demain, c’est donc en premier lieu de réduire énormément sa consommation d’énergie puisque la meilleure énergie, c’est celle qui n’est pas consommée !

Ensuite, un autre aspect important sera la connectivité. La ville de demain verra la mise en place de systèmes intelligents, d’une part pour améliorer encore le confort de ses habitants, d’autre part pour favoriser l’efficacité énergétique. L’intelligence artificielle aura un rôle important pour décharger ces aspects-là du quotidien des personnes. Pour le chauffage ou pour l’énergie en général, le bâtiment deviendra de plus en plus un producteur d’énergie et les systèmes seront capables de reconnaître et d’anticiper ses besoins. Ces systèmes existent déjà et se généraliseront, par exemple en utilisant, au sein de la maison, les possibilités de stockage de l’énergie produite, énergie qui sera nécessaire trois heures plus tard quand le soleil sera couché et que la maison va commencer à se refroidir. L’utilisateur aura bien sûr la possibilité d’intervenir s’il le souhaite.

Ainsi, le particulier ne sera plus qu’un simple consommateur d’énergie mais un prosumer, comme on dit en anglais : un producteur-consommateur. Les systèmes de chauffage vont évoluer en mini-centrales énergétiques. Ces petites centrales permettront au particulier de produire (essentiellement sur base d’énergies renouvelables), de consommer et d’échanger sa production thermique ou électrique. Je pense ici à un échange au niveau du voisinage, plutôt qu’à un réseau très large, pour lequel la mise en place d’une infrastructure de stockage est beaucoup plus complexe. Il y aura bien sûr une interaction avec la mobilité, avec la possibilité par exemple d’utiliser la batterie d’un véhicule électrique pour stocker de l’énergie de panneaux photovoltaïques. Ce sont des choses qui existent déjà mais sont amenées à se généraliser et à se développer. La maison sera capable de reconnaître que ses habitants sont sur le chemin du retour, et pourra automatiquement ajuster la température intérieure.

Buderus travaille beaucoup sur la cogénération à pile à combustible. Ce sont des centrales énergétiques qui fonctionnent à l’hydrogène, actuellement issu du gaz naturel. Le principe est d’avoir une pile à combustible chez soi, qui produit électricité et chaleur sans se découpler du réseau mais au contraire en gardant un échange avec le réseau. Cet outil donnera les moyens aux particuliers de produire, de consommer et de partager leur énergie, même s’il leur est difficile d’installer des systèmes à énergie renouvelable, comme une pompe à chaleur ou des panneaux solaires.

Pour que tout cela soit possible, nous sommes conscients en tant que fournisseur-acteur de notre rôle important d’accompagnement de la profession artisanale et des installateurs, principalement en ce qui concerne la transformation digitale. Du point de vue des énergies renouvelables, les la plupart des installateurs se sont déjà bien formés (photovoltaïque, solaire thermique, pompes à chaleur). Il faut maintenant développer des synergies. On a actuellement des électriciens d’un côté et des chauffagistes de l’autre, qui devront certainement fusionner pour donner lieu en quelque sorte à des ‘énergéticiens’, qui réfléchiront au transport de l’énergie à la fois par l’air, l’eau et l’électricité. »

Buderus Youtube Video Brennstoffzelle in der Praxis :

Marie-Astrid Heyde

Copyright photo : Marie-De-Decker

Publié le
mardi 23 octobre 2018


Article de notre partenaire

Ferroknepper Buderus S.A.
Énergie
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Énergie


Nos partenaires Énergie

Nos partenaires