Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Greenpeace, militants, réchauffement climatique, énergie propre, énergie renouvelables, gouvernemnt luxembourgeois
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Des militants de la lutte contre le réchauffement climatique appellent les ministres de l’énergie de l’UE à agir pour une révolution solaire de nos toits

Énergie

Publié le
mardi 12 juin 2018 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Des militants de la lutte contre le réchauffement climatique ont exhorté les ministres de l’énergie de l’UE, rassemblés à Luxembourg, à respecter leurs engagements climatiques et à cesser de restreindre les droits des citoyens à produire et partager leur propre énergie. Les ministres se réunissent deux jours avant les négociations finales avec le Parlement européen et la Commission européenne afin de discuter de la directive de l’UE sur les énergies renouvelables.

Le groupe de 35 militants en provenance de 8 pays [1] a confronté les ministres avec des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : “Our sun. Our power. Our future.” (“Notre soleil. Notre pouvoir. Notre futur.”) et “People-Powered Renewables = Climate Action” (“Energies Renouvelables Solidaires = Action pour le Climat”).

Les ministres ont été accueillis à leur arrivée à la réunion par les activistes au niveau de l’entrée principale du centre de congrès, du tunnel d’entrée souterrain et de la route d’accès située à l’arrière. Les militants ont également déployé au sol un soleil géant couvert de selfies accompagnés de message de la part de centaines d’Européens appelant l’UE à accélérer la transition énergétique vers des solutions renouvelables solidaires.

Ansgar Kiene, conseiller européen en matière de politique énergétique chez Greenpeace, a déclaré : « Lorsqu’ils évoquent le changement climatique, les politiciens aiment employer de grands mots, mais ils refusent de tenir leurs engagements lorsqu’ils en ont l’occasion. Sans une hausse rapide des énergies renouvelables, axée sur une révolution solaire des toits, l’Europe ne peut pas devenir un leader en matière de protection du climat. Les gouvernements doivent à la fois fixer des objectifs élevés en matière d’énergies renouvelables, et fournir les moyens de les atteindre. Tout comme vous ne pouvez pas faire de vélo sans roues, vous ne pouvez pas avoir l’un sans l’autre. »

La Belgique, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suède ont publiquement affiché leur soutien à la lutte contre le réchauffement climatique. Mais : « Même s’il soutient un objectif plutôt élevé pour 2030, le Grand-Duché est toujours à la traîne concernant la production d’énergie à partir d’énergies renouvelables, par rapport à notre consommation énergétique. Il est temps d’agir ! » précise Fränk Thinnes, chargé de campagne énergies renouvelables chez Greenpeace Luxembourg.

Les récents changements de gouvernements en Espagne et en Italie devraient avoir une incidence sur les négociations : le nouveau gouvernement espagnol a d’ors et déjà indiqué vouloir changer sa position, en encourageant désormais les énergies renouvelables, prenant ainsi ses distances du groupe des pays conservateurs, parmi lesquels figure notamment la Pologne. Un revirement d’opinion de la part de l’administration italienne pourrait d’autant plus diviser les gouvernements Européens. Au cours de la campagne électorale, le nouveau vice premier ministre ainsi que son ministre de l’energie ont défendu le principe d’une énergie renouvelable aux mains du peuple. En revanche, l’Allemagne, la Pologne et la Hongrie bloquent les efforts de l’UE visant à renforcer les objectifs en énergies renouvelables pour 2030 et à réduire les frais et formalités administratives décourageant les ménages et petites entreprises à investir dans ces énergies.

La position du conseil ainsi que le détail de la directive détermineront non seulement la place des énergies renouvelables ​dans le système européen d’énergie jusqu’en 2030 et au-delà, mais la possibilité pour les européens de générer, consommer, partager et vendre leur propre électricité. Plus d’énergies renouvelables réduirait les émissions de carbone et, d’après les prévisions scientifiques, un objectif de 45% d’énergie renouvelables pour 2030 permettrait d’aligner l’Union Européenne avec les engagements pris lors de la signature des accords de Paris.

Le conseil des ministres de l’union européenne s’est montré ouvert à la possibilité d’aller au-delà des 27% initialement prévus, mais réclame un recul du Parlement Européen sur son objectif minimum de 35%.

Les ministres européens et le Parlement sont également en désaccord sur les droits des citoyens, coopératives et communes à produire et commercialiser leur propre énergie. À l’heure actuelle, la position majoritairement adoptée par les ministres européens pourrait sérieusement pénaliser les personnes choisissant de générer leur propre énergie. Par exemple, les gouvernements pourraient imposer des taxes punitives et de lourdes restrictions sur la manière (où et comment) de produire et partager sa propre énergie, avec des fardeaux supplémentaires pour ceux qui ne possèdent pas leur propres toits, comme les locataires. Les gouvernements pourraient également affliger ces producteurs d’énergie à petite échelle avec les mêmes obligations de déclaration que les grandes compagnies électriques, s’ils diffusent la moindre quantité d’énergie dans le réseau.

La dernière session de négociation entre le Parlement européen, les gouvernements et la Commission européenne aura lieu le 13 juin à Strasbourg.

Notes :
[1] Belgique, Allemagne, Italie, Angleterre, France, Portugal, Pays-bas et Luxembourg.]

Communiqué Greenpeace Luxembourg
/

Publié le
mardi 12 juin 2018


Énergie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Énergie


Nos partenaires Énergie

Nos partenaires