Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Un Européen sur trois risque d’être exposé à l’amiante, selon l’OMS
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un Européen sur trois risque d’être exposé à l’amiante, selon l’OMS

Architecture & construction

Publié le
mardi 5 mai 2015 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un tiers des Européens vit dans des pays qui n’ont pas encore interdit l’utilisation de toutes les formes d’amiante, a indiqué jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Nous exhortons tous les pays à remplir les engagements pris en 2010, et ce dès la fin de la réunion de Haïfa, et à élaborer pour la fin de l’année des politiques qui permettront d’éliminer les maladies liées à l’amiante en Europe. Il reste très peu de temps pour cela 

Dans les pays où l’amiante est interdit, la population continue d’y être régulièrement exposée car des opérations de retrait n’ont pas été effectuées dans tous les lieux où il avait été utilisé. L’exposition à l’amiante peut provoquer le cancer des poumons, des ovaires et du larynx, le mésothéliome et l’asbestose. La manière la plus efficace de palier à ce phénomène consiste à mettre un terme à l’utilisation de tous les types d’amiante, selon l’OMS.

Alors que se clôture une réunion de haut niveau sur l’environnement et la santé à Haïfa (Israël), les participants ont demandé instamment à tous les pays européens d’éliminer les maladies liées à l’amiante.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre près de 15.000 vies chaque année en Europe, surtout des travailleurs, en raison des maladies causées par une exposition à l’amiante. Chaque décès de ce type peut être évité », a déclaré Dr. Zsuzsanna Jakab, Directrice régionale de l’OMS pour l’Europe.

« Nous exhortons tous les pays à remplir les engagements pris en 2010, et ce dès la fin de la réunion de Haïfa, et à élaborer pour la fin de l’année des politiques qui permettront d’éliminer les maladies liées à l’amiante en Europe. Il reste très peu de temps pour cela », a-t-elle ajouté.

L’élimination des maladies liées à l’amiante a été l’un des principaux dossiers examinés à la réunion de Haïfa. Plus de 200 représentants de pays européens et d’organisations internationales et non gouvernementales ont participé à cette réunion afin de faire le bilan des progrès réalisés en matière d’environnement et de santé en Europe.

Selon le rapport « Progress toward the elimination of asbestos-related diseases » [Progrès accomplis en vue de l’élimination des maladies liées à l’amiante], présenté lors de la réunion, l’amiante est responsable d’environ la moitié des décès dus à des cancers contractés au travail. Selon de nouvelles estimations, les décès dus au mésothéliome dans 15 pays d’Europe coûtent à la société plus de 1,5 milliard d’euros par an.

Bien que 37 des 53 États membres de la Région aient interdit l’utilisation de toutes les formes d’amiante, 16 pays restants l’utilisent toujours, surtout pour les matériaux de construction, et certains continuent à en produire et à en exporter. Même lorsque l’on a cessé d’utiliser l’amiante, il reste présent dans l’environnement, a précisé l’OMS.

Les 16 pays qui n’ont pas encore interdit toutes les formes d’amiante sont : l’Albanie, Andorre, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Bélarus, la Bosnie-Herzégovine, la Fédération de Russie, la Géorgie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, Monaco, l’Ouzbékistan, la République de Moldova, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ukraine.

Photo : Une professionnelle de santé dans les Hôpitaux universitaires de Genève. Photo : OMS/M. Missioneiro

Communiqué par UN News Centre

Publié le
mardi 5 mai 2015


Architecture & construction
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires