Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
7 millions de décès prématurés sont liés à la pollution de l’air chaque année
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

7 millions de décès prématurés sont liés à la pollution de l’air chaque année

Qualité de vie

Publié le
mercredi 26 mars 2014 à 06:30

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Dans de nouvelles estimations publiées le 25 mars dernier, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indique que près de 7 millions de personnes sont décédées prématurément en 2012 (1 sur 8 au niveau mondial) du fait de l’exposition à la pollution de l’air. Ces chiffres représentent plus du double des estimations précédentes et confirment que la pollution de l’air est désormais le principal risque environnemental pour la santé dans le monde. On pourrait sauver des millions de vies en luttant contre la pollution de l’air.

Ces données factuelles indiquent la nécessité d’une action concertée pour rendre l’air que nous respirons plus propre

Les nouvelles données mettent en évidence en particulier un lien plus fort entre la pollution de l’air à l’intérieur des habitations et de l’air l’extérieur et les maladies cardio-vasculaires comme les accidents vasculaires cérébraux et les cardiopathies ischémiques, ainsi qu’entre la pollution de l’air et le cancer. Cela vient s’ajouter au rôle de la pollution de l’air dans l’apparition de maladies respiratoires et notamment d’infections respiratoires aiguës et de bronchopneumopathies chroniques obstructives.

Au niveau régional, les pays à revenu faible ou intermédiaire des Régions OMS de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental sont ceux qui ont enregistré la charge la plus lourde liée à la pollution de l’air en 2012, avec un total de 3,3 millions de décès prématurés liés à la pollution intérieure et 2,6 millions de décès prématurés liés à la pollution extérieure.

Des risques plus importants qu’attendus

« Un air plus propre permet de prévenir des maladies non transmissibles et de réduire les risques chez les femmes et les groupes vulnérables, y compris les enfants et les personnes âgées », déclare le Dr Flavia Bustreo, sous-directeur général de l’OMS chargé de la santé de la famille, de la femme et de l’enfant. « Les femmes et les enfants pauvres paient un lourd tribut à la pollution de l’air intérieur, car ils passent plus de temps à la maison à respirer les fumées et la suie que dégagent les fourneaux à bois ou à charbon mal ventilés. »

Pour le Dr Maria Neira, directeur du Département OMS Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé, « les risques dus à la pollution de l’air sont désormais plus importants qu’on ne le pensait, en particulier en ce qui concerne les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux. Peu de risques ont un impact supérieur sur la santé mondiale à l’heure actuelle que la pollution de l’air ; les données factuelles indiquent la nécessité d’une action concertée pour rendre l’air que nous respirons plus propre. »

Après avoir analysé les facteurs de risque et pris en compte les révisions de la méthodologie, l’OMS estime que la pollution de l’air intérieur a été liée à 4,3 millions de décès prématurés en 2012 dans les ménages cuisinant sur des réchauds à charbon, à bois ou à combustibles de la biomasse. [...] Dans le cas de la pollution extérieure, l’OMS estime que 3,7 millions de décès prématurés ont été dus à des sources urbaines et rurales en 2012 dans le monde.

La conséquence de politiques non durables menées dans de multiples secteurs

De nombreuses personnes sont exposées à la fois à la pollution intérieure et extérieure. En raison de ce chevauchement, il ne suffit pas d’ajouter l’une à l’autre la mortalité attribuée à ces deux sources, d’où l’estimation totale d’environ 7 millions de décès prématurés en 2012.

« Une pollution atmosphérique excessive est souvent la conséquence des politiques non durables menées dans les secteurs comme le transport, l’énergie, la gestion des déchets et l’industrie. Dans bien des cas, des stratégies plus saines seraient également plus économiques à long terme en raison des économies en dépenses de santé, mais aussi des bénéfices pour le climat », affirme le Dr Carlos Dora, coordonnateur OMS pour la santé publique et les déterminants sociaux et environnementaux de la santé. « L’OMS et le secteur de la santé ont un rôle unique à jouer en traduisant les données scientifiques sur la pollution de l’air en politiques susceptibles d’apporter des améliorations et de sauver des vies. »

Communiqué par l’OMS / Photo ©

Publié le
mercredi 26 mars 2014


Qualité de vie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires