Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
2030.lu : bilan intermédiaire d’une initiative de participation citoyenne
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

2030.lu : bilan intermédiaire d’une initiative de participation citoyenne

Politique & Gouvernance

Publié le
vendredi 12 juillet 2013 à 09:15

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Lors de son lancement début mars 2013, l’initiative de participation citoyenne 2030.lu s’était fixée comme objectif de faire débattre de l’avenir du Luxembourg par un public plus large que les représentants institutionnels ; en l’occurrence la société civile. Par son concept ouvert et les moyens mis en œuvre, elle représente une première au Luxembourg. Outre les résultats concrets des différents workshops et forums, à savoir des idées, des réflexions et propositions venues du public et au sujet de l’avenir du Luxembourg, 2030.lu a présenté un bilan intermédiaire de son initiative en procurant des enseignements intéressants sur les possibilités et limites d’une telle démarche.

Les nouvelles formes de participation politique sont, partout dans le monde, en train de restructurer les relations entre la sphère politique et le citoyen

Marc Wagener, coordinateur général de 2030.lu et économiste auprès de la Chambre de Commerce a présenté les objectifs et concepts mis en œuvre par 2030.lu ainsi que les étapes franchies et les chiffres clés. Il a insisté de dire qu’il importait de passer outre les « usual suspects » et de faire intervenir les Luxembourgeois, les résidents étrangers, les frontaliers, les jeunes, les salariés, les entrepreneurs et les chômeurs dans ce grand débat abordant les grands défis du pays. Face aux nombreux défis auxquels le pays est confronté et face à un certain attentisme que quasiment l’ensemble des observateurs ont pu constater, la Chambre de Commerce était – comme beaucoup d’autres – convaincue qu’un large débat public faisait défaut. L’idée consistait à dire que notre pays pouvait mieux faire : mieux par rapport à la situation qui prévaut aujourd’hui et mieux en vue des grandes évolutions de notre société. Ceci est d’autant plus vrai que les gens veulent le changement et encore plus important, que les gens sont prêts au changement.

Or le processus participatif se devait d’être mis en pratique avec des règles du jeu très précises. Ainsi toutes les opinions exprimées ont la même valeur, la participation est gratuite et bénévole ; la liberté d’exprimer toutes les opinions est garantie et les expressions doivent être faites dans un esprit constructif avec le respect des autres. Marc Wagener a en outre précisé que la transparence était assurée par l’équipe opérationnelle de la Chambre de Commerce qui a été renforcée par deux experts extérieurs en 2012.

Patrick Ernzer, responsable pour la communication de 2030.lu et de la Chambre de Commerce a expliqué les mécanismes interactifs et de monitoring mis en œuvre pour garantir la transparence et la crédibilité de l’initiative. Ainsi s’est développé un processus constamment optimisé et basé sur les expériences vécues.

Un manifeste fédérateur pour l’avenir du Luxembourg

Les solutions et pistes proposées par les personnes de tout âge et de toute provenance seront publiées dans un recueil qui sera présenté à l’automne et distribué à toute personne qui en fait la demande ainsi qu’aux responsables politiques. Toutes les idées émanant de diverses sources (plateforme en ligne IdeaScale, courriel, Workshops, interviews, etc.) seront reprises dans ce recueil, sans sélection. Le rôle de 2030.lu se limitera à structurer l’ensemble pour qu’il reste lisible. Il est à noter dans ce contexte que l’ensemble de ces contributions est disponible sur le site Internet 2030.lu, l’initiative prenant le soin de documenter l’ensemble des étapes franchies et idées publiées et commentées.

2030.lu publiera en outre un manifeste court de maximum deux pages que chaque citoyen sera libre de signer ou non et qui sera un document fédérateur sur la vision d’avenir et le choix de société que les citoyens souhaitent faire pour l’avenir du Luxembourg.

La conférence s’est terminée sur l’intervention du Prof. Christian Schulz de l’Université du Luxembourg qui proposait un cadre conceptuel plus large et dressait notamment une comparaison avec des initiatives semblables à l’étranger ; intervention basée sur le fait que les nouvelles formes de participation politique sont, partout dans le monde, en train de restructurer les relations entre la sphère politique et le citoyen. Par la même occasion le Prof. Schulz a effectué une lecture critique de l’initiative 2030.lu.

Texte 2030.lu-Ambitions pour le futur / Photo impr.écran 2030.lu

Publié le
vendredi 12 juillet 2013


Politique & Gouvernance
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires