Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Creos, pollution lumineuse, projet interrégional NIGHT LIGHT, éclairage, éclairage public, lampes à incandescence, LED, lumière, lumière bleue, lumière jaune, mélatonine, Parc naturel de l’Our, pollution lumineuse, rythme circadien, sommeil
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un technicien de Creos au cœur d’un projet contre la pollution lumineuse

Énergie

Publié le
lundi 6 janvier 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Troubles du sommeil, problèmes de vue, dépression, voire diabète et cancers… La pollution lumineuse provoquée par l’éclairage artificiel a des conséquences insoupçonnées sur notre santé. Pour lutter activement contre ce fléau et valoriser davantage l’obscurité naturelle du ciel nocturne, sept pays européens partenaires – les Pays-Bas, la Hongrie, l’Espagne, le Danemark, la Slovénie, l’Italie et le Luxembourg – ont lancé le projet interrégional NIGHT LIGHT.

Huit régions sont concernées, dont le Parc naturel de l’Our dans l’Oesling. Pour l’aider à mettre en place une stratégie efficace contre la pollution lumineuse, le Parc naturel a reçu le soutien du ministère de l’Énergie et de l’Aménagement du Territoire. Il a créé un nouveau bureau de conseil régional pour l’éclairage et s’est adjoint en octobre 2019 les services d’un conseiller, Daniel Gliedner, technicien chez Creos.

Les LEDs, la solution d’avenir ?

« Ma mission est triple », explique ce spécialiste de l’éclairage depuis 27 ans. « J’aide les huit communes du Parc naturel à améliorer, avec l’aide de leurs techniciens communaux, leur éclairage public ainsi que celui de leurs bâtiments. Je me mets à la disposition de toutes les entreprises implantées dans la région, quelle que soit leur taille, pour trouver avec elles des solutions visant à réduire leurs émissions lumineuses ainsi que leur consommation électrique. Je sensibilise également, par des formations et des conférences-débats, les citoyens aux problèmes engendrés par la pollution lumineuse. »

Pour Daniel Gliedner, l’éclairage doit fonctionner selon les besoins réels, se concentrer principalement sur les endroits nécessitants de la lumière et faire appel à des technologies plus avancées comme les LEDs. Ces petites diodes électroluminescentes ont un rendement énergétique cinq à huit fois supérieur aux lampes à incandescence, ont une durée de vie pouvant dépasser les 15 ans et disposent d’une redoutable efficacité lumineuse. « Contrairement à l’éclairage actuel, elles vont davantage éclairer le sol et nettement moins le ciel. Elles permettent de sérieuses économies d’énergie. Leur investissement peut être amorti en quelques années seulement. »

Autre avantage et non des moindres : les LEDs peuvent avoir une influence bénéfique sur l’horloge biologique des êtres humains grâce aux nombreuses variations de couleurs qu’elles offrent. « En modulant celles-ci pour obtenir une couleur plus jaune, vous diminuez certains spectres de bleu qui empêchent la production de mélatonine, une hormone qui aide notre corps à maintenir son rythme circadien », commente Daniel Gliedner. « En d’autres termes, plus vous produisez de mélatonine, mieux vous dormez et moins vous en produisez, plus votre rythme biologique est déréglé. »

Si, sur le papier, les LEDs semblent être une solution facile à mettre en œuvre, il n’en est pas de même dans la réalité. « C’est une technologie complexe qui évolue très vite », reconnaît le technicien de Creos. « En dix ans, le prix de LEDs a certes baissé, mais, dans le même temps, les possibilités offertes se sont démultipliées. Il faut faire des choix tout en veillant à harmoniser l’éclairage au niveau des huit communes du Parc naturel de l’Our pour en simplifier la maintenance. L’installation de LEDs impose également que l’alimentation électrique réponde à de nouvelles conditions. »

Des gestes simples qui peuvent faire beaucoup

Cela dit, de nombreux gestes simples peuvent déjà être accomplis pour diminuer la pollution lumineuse, notamment au niveau des particuliers, estime Daniel Gliedner. « Les gens qui possèdent un jardin devraient se poser la question s’il est vraiment utile d’illuminer toute leur parcelle. Un jardin entièrement éclairé n’a jamais empêché les voleurs de cambrioler une maison. Installer des détecteurs de mouvement ou des minuteries limite l’éclairage artificiel. Il est préférable d’orienter ses luminaires vers le sol, soit de haut en bas, et éviter de les placer à une trop grande hauteur. Enfin, il vaut mieux privilégier dans la mesure du possible les LEDs qui diffusent une lumière jaune. Cette lumière est non seulement bénéfique pour notre santé, mais aussi pour celle des insectes et des oiseaux diurnes. Elle les attire moins et, de fait, les perturbe moins dans leurs déplacements de nuit. »

Actualité creonews, le blog des énergies en réseaux

Publié le
lundi 6 janvier 2020


Article de notre partenaire

Creos, transport et distribution d'énergie, Luxembourg, réseaux électricité, gaz naturel
Énergie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Énergie


Nos partenaires Énergie

Nos partenaires