Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Boydens Engineering, Van Marcke, projet en BREEAM, électricité verte, durabilité, performance énergétique, panneaux photovoltaïques, construction
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un centre de distribution Van Marcke signé Boydens

Architecture & construction

Publié le
jeudi 20 septembre 2018 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le groupe belge Van Marcke a fait confiance à Boydens Engineering pour la conception et la réalisation de son nouveau centre de distribution EDC (Excellent Distribution to Customers). Neutre en énergie et en eau, il comprend une section logistique de 80 000 m2 et une section de bureaux et salles de formation de 8 000 m2.

Fondé en 1929 à Courtrai, Van Marcke est leader dans la distribution de matériel HVAC et Sanitaire pour les professionnels et les particuliers avec près de 83 magasins, 21 showrooms et 1 centre d’expertise. Sa présence au Luxembourg s’est concrétisée fin 2013 par la reprise de la société CFM (Comptoir des Fers et Métaux).

Situé dans la zone de transport de LAR South Kortrijk, Le nouveau centre permettra à la marque de continuer les enseignes de son réseau de vente et les professionnels, mais il absorbera également la croissance des ventes du e-commerce. Cette évolution et la rapidité exigée sur un marché concurrentiel mondial en évolution permanente ont conduit la société à se doter des équipements permettant une manipulation automatique de 80 % de toutes les commandes tout en restant ouvert aux défis de demain.

Engagement énergétique

Comme Boydens Engineering, Van Marcke est l’un des 120 membres belges à s’être engagés lors de la COP 21 à Paris en 2015. Les efforts collaboratifs entre Van Marcke et Boydens Engineering ont permis de certifier le projet en BREEAM « Very Good » pour la section logistique et « Excellent » pour la section des bureaux. L’ambition de Van Marcke n’est pas uniquement de créer une vitrine d’éco-technologies dans un centre de distribution dans un but commercial, mais également d’engagement personnel.

Le concept énergétique repose sur la mixité de systèmes comme le stockage saisonnier géothermique qui comprend 512 forages de 59 mètres de profondeur couplés à des pompes à chaleur couvrant majeure partie des besoins en chauffage et en refroidissement. Pendant les mois d’hiver, les pompes à chaleur extraient la chaleur du sol qui, par son refroidissement consécutif à l’énergie extraite, permet pour la période estivale de disposer d’un refroidissement dit passif (geocooling) qui a son tour mis à profit permet de régénérer la température nécessaire à la production de chauffage lors de la prochaine saison hivernale.

Afin d’assurer le confort des utilisateurs, pour couvrir les pics des besoins en refroidissement, trois des neuf groupes de ventilation sont équipés d’un système de refroidissement adiabatique alimenté en eau de pluie et pourvu d’une pompe à chaleur intégrée. Des chaudières à condensation au gaz complètent le concept pour couvrir les pics en besoin de chauffage des surfaces de stockage soumises à des flux continus occasionnant des demandes à couvrir rapidement. En fonction de l’utilisation des surfaces des dalles ou planchers actifs réversibles ou bien des plafonds climatiques pour les bureaux, les technologies s’allient parfaitement avec les régimes de température de la géothermie.

Stockage et optimisation de la consommation

L’utilisation de l’eau a également fait l’objet d’une attention particulière et raisonnée. Le toit du centre est conçu pour recueillir une quantité considérable d’eau de pluie qui à son tour est stockée dans des réservoirs d’eau totalisant 500 000 litres. L’eau de pluie et les eaux usées (eaux grises) sont purifiées en eau potable, selon la demande. À cette fin, une nouvelle installation de traitement d’eau (mobile) peut être utilisée si nécessaire en combinaison avec un traitement individuel des eaux usées.

L’alimentation électrique du centre de distribution est assurée par un poste de bouclage d’alimentation électrique depuis le réseau public alimentant une boucle interne reliant 3 postes de moyenne tension totalisant une puissance de 3,25 MVA. En cas de panne sur le réseau, des groupes électrogènes assurent la continuité de service et garantissent les processus de distribution. Sur la toiture, 16 000 m2 de panneaux photovoltaïques d’une puissance de 2 MWp assurent une production d’énergie neutre en émissions. Une partie de ce courant électrique vert est stockée dans les piles à combustible. Van Marcke fait son premier pas vers le stockage saisonnier de l’électricité verte, tout en prenant des mesures pour minimiser la consommation électrique. 95 % des surfaces sont équipées d’un éclairage LED. Les pièces qui ont un taux d’occupation très variable ont un système de détection de présence pour minimiser la consommation.

Tous les flux d’énergie et d’eau sont soigneusement surveillés afin d’évaluer et, si nécessaire, d’ajuster les performances. La conception du système de gestion du bâtiment facilite et permet à Van Marcke de faire les ajustements pour optimiser ces flux.

Cette démarche, particulièrement de cette ampleur dans le domaine logistique ou industriel, reste encore trop limitée. Elle est le fruit de convictions communes qui démontrent par cet exemple de manière concrète, qu’il est possible de conjuguer rentabilité, performance et durabilité. Chez Boydens, on ne peut qu’espérer que cela éveillera un élan qui nous permettra à nouveau de partager nos ambitions comme nous avons pu les partager et les concrétiser avec le groupe Van Marcke.

/
/

Leif Chiotis

Publié le
jeudi 20 septembre 2018


Article de notre partenaire

boydens engineering
Architecture & construction
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires