Transformation du Lycée Michel Lucius : la durabilité au cœur du campus

Transformation du Lycée Michel Lucius : la durabilité au cœur du campus

La transformation du Lycée Michel Lucius, soutenue par le LIST et ses partenaires, a été sélectionnée comme finaliste des « New European Bauhaus Prizes ».

L’industrie de la construction est un important émetteur de gaz à effet de serre et un tiers des déchets produits dans l’Union européenne provient des activités de construction et de démolition. A l’échelle du Grand-Duché, la situation est tout aussi préoccupante et a donc incité l’Administration des Bâtiments Publics (ABP) à initier de multiples actions basées sur une déconstruction réfléchie, favorisant notamment la réutilisation des matériaux de construction.

Mené de 2018 à 2021, le projet pilote de transformation du Lycée Michel Lucius a donné l’exemple en améliorant la qualité de vie des étudiants tout en mettant l’accent sur les principes de l’économie circulaire et l’impact environnemental minimal. Sélectionné comme l’un des 50 finalistes parmi les 500 candidatures déposées pour le New European Bauhaus Prizes, le projet a obtenu des résultats remarquables en termes de réduction des émissions de CO2 et de production de déchets.

Bruno Domange, Senior Environmental Engineer au LIST et membre du projet, nous explique cet effort national qui a revitalisé le Lycée Michel Lucius.

COMMENT CETTE TRANSFORMATION DURABLE DU CAMPUS A-T-ELLE ÉTÉ RÉALISÉE ?

Avec plusieurs ailes de salles de classe de différentes époques de construction, le Lycée Michel Lucius était un complexe dépourvu de stratégie cohérente, ce qui se traduisait par l’absence d’un espace commun central. Ainsi, l’opportunité de créer un espace central attractif au sein du campus scolaire est apparue avec la proposition de construction d’une nouvelle bibliothèque, la démolition d’une aile de classe et la nécessité de réaménager la cour centrale de l’école.

Sous l’impulsion de l’ABP, de nombreux acteurs ont travaillé main dans la main sur ce projet pilote axé sur la durabilité et la circularité. Pour n’en citer que quelques-uns, le projet incluait l’Agence de l’Environnement, le ministère de la Mobilité et des Travaux Publics, le ministère de l’Environnement, du Climat et de la Biodiversité, le Laboratoire de l’Administration des Ponts et Chaussées ainsi que les étudiants du Lycée, qui ont participé à un questionnaire et même aux travaux de rénovation.

POURQUOI RÉNOVER UN ENVIRONNEMENT BÂTI PLUTÔT QUE CONSTRUIRE UN NOUVEAU BÂTIMENT ?

Cela peut varier d’un cas à l’autre, et c’est précisément pourquoi il est primordial de considérer attentivement la phase préparatoire des travaux. En envisageant la transformation d’une aile de classe existante en bibliothèque, notre objectif était de minimiser l’intervention structurelle et de privilégier la conservation des éléments existants.

Pour ce faire, un inventaire détaillé des matériaux a été réalisé par un bureau d’études et plusieurs scénarios ont été envisagés, notamment grâce à une analyse du cycle de vie (ACV) exhaustive réalisée par une équipe du LIST. Ensuite, l’équipe Environmental Policies de l’Institut a comparé l’inventaire réalisé avant le début des travaux avec les résultats sur site et a veillé à ce que les matériaux utilisés dans le projet soient correctement tracés et documentés.

Malgré les changements majeurs de la structure du bâtiment, les coûts environnementaux étaient jusqu’à 84% inférieurs au coût de construction d’un nouveau bâtiment de même volume. Les émissions de CO2 ont été réduites jusqu’à 90% et la production de déchets de 79% par rapport à un nouveau bâtiment.

EN QUOI LES RÉSULTATS DU PROJET DÉPASSENT-ILS LE CADRE DU LYCÉE MICHEL LUCIUS ?

Le projet améliore non seulement significativement la qualité de vie des étudiants, mais sert également de modèle et d’exemple de préservation des bâtiments existants et de la praticité de la réutilisation de structures qui ne sont plus opérationnelles. Ce projet pionnier au Luxembourg fait progresser le domaine de la construction durable et soutient l’industrie de la construction et les décideurs de plusieurs manières : des nouveaux cadres réglementaires, des meilleures pratiques ainsi qu’un processus de démontage détaillé disponible pour tous.

À titre d’exemple, le « Centre des Ressources des Technologies et de l’Innovation pour le Bâtiment » (CRTI-B) au Luxembourg, qui établit des termes contractuels standard pour l’industrie de la construction, a adopté et publié l’approche du projet comme ligne directrice générale pour les futures déconstructions.

Dans l’ensemble, la documentation détaillée du projet, ainsi que les résultats sur site, permettront à un public plus large de comprendre et d’apprécier cette approche. Dans un livre accompagnant le projet, les principes de maintenance, de rénovation, de réutilisation et de démolition sont en effet vulgarisés.

Vous pouvez voter pour ce projet sur la page web des prix European Bauhaus jusqu’au 27 Mars, 18h

  • Inscrivez-vous avec votre adresse email dans l’encart « Participez au vote du public »
  • Montrez ensuite votre soutien au projet « A Sustainable Campus Transformation ». Il se situe dans la section A de la catégorie « Shaping a circular industrial ecosystem and supporting life cycle thinking »

Communiqué par le List, Luxembourg Institute of Science and Technology

Sur le même sujet : interview de Sophie Maurer, responsable du projet Michel Lucius pour l’Administration des bâtiments publics : « Lycée Michel Lucius : un projet pilote de reconversion, déconstruction & réemploi »

Article
Communiqué
Publié le lundi 25 mars 2024
Partager sur
Avec notre partenaire
Nos partenaires