Traitement du calcaire efficace et écologique

Traitement du calcaire efficace et écologique

Rencontre avec Cyrille Gerhardt, directeur général d’Aquabion Luxembourg, France et Belgique.

L’appareil breveté développé, fabriqué et commercialisé par Aquabion traite le calcaire et la corrosion dans les canalisations de tous gabarits, et ce de manière écologique, économique et sans contraintes. Une alternative durable aux solutions chimiques qui répond aussi à des problématiques d’espace et de budget, et permet de réduire l’empreinte carbone des bâtiments et des infrastructures.

Comment Aquabion se situe-t-il par rapport aux autres technologies ?

On ne peut pas comparer les différents procédés ; chacun a ses spécificités. Il est primordial de comprendre les besoins du client pour déterminer celui qui est le plus adapté à sa situation.

Aquabion traite le calcaire et le rend non incrustant. Il ne sera donc pas préconisé dans certains cas, par exemple, pour un client qui utilise un lave-vaisselle professionnel et qui souhaite que les traces de calcaire soient supprimées (cf. tableau comparatif).

Dans quels cas de figure votre procédé est-il recommandé et quel est son « plus » ?

Aquabion est fait pour les clients qui veulent une solution durable, sans entretien et sans maintenance. C’est le seul procédé breveté totalement autonome : il fonctionne sans électricité, est autonettoyant et ne nécessite aucune intervention humaine, ce qui représente un gain d’argent, de temps, de déplacements, de matériel (cartouches, préfiltres et autres), et une empreinte carbone amoindrie. Les frais récurrents sont nuls pendant la durée de fonctionnement (7 à 8 ans en moyenne, avec une garantie de 5 ans) ; ce n’est pas négligeable car ils constituent la part la plus importante du budget lié à ce type d’appareil.

Quel retour avez-vous sur les installations existantes ?

Nous avons un recul sur plus de 550 000 installations depuis 2002, et les témoignages de nos clients lors de la mise en service, pendant le traitement et après un certain nombre d’années, nous garantissent leur satisfaction. Nous venons, par exemple, de changer un parc entier d’Aquabion installés sur un réseau de châteaux d’eau dans le centre de la France, après 9 ans d’utilisation. Le fait que le client ait renouvelé sa commande démontre que le résultat est au rendez-vous.

Quelle est la clé d’un résultat durable et efficace ?

Aquabion n’est pas un procédé compliqué, mais un minimum de critères techniques doit être respecté lors de sa mise en place. Pour ce faire, nous formons les techniciens qui interviennent sur site et nous effectuons une vérification finale avant d’émettre le certificat de garantie, ce qui donne une assurance aussi bien au client et à l’installateur qu’à nous.

En 2022, vous vous êtes associés aux Compagnons du Devoir en France. Quelle est la portée de cette démarche ?

Les Compagnons du Devoir incarnent la qualité et l’excellence dans la mise en œuvre des solutions auprès des clients finaux. C’est une consécration pour nous de devenir leur partenaire après une quinzaine d’années de collaboration. C’est aussi et surtout une confirmation de la réceptivité du marché à des alternatives écologiques qui permettent de réduire l’empreinte carbone des projets.

Où en est Aquabion au Luxembourg ?

Au Luxembourg, les acteurs ont compris l’intérêt du procédé galvanique, qui a fait ses preuves dans la protection contre la corrosion, dans le résidentiel et le tertiaire. Le pays œuvre pour être précurseur dans les solutions écologiques et durables, pour favoriser la longévité des installations sanitaires et des réseaux hydrauliques. Régulièrement, des formations sont proposées et suivies de cas concrets sous forme de projets pilotes pour démontrer le résultat à court, moyen et long termes.

Mélanie Trélat
Extrait du NEOMAG#60

Plus d’informations sur neobuild.lu

© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

À propos d’Aquabion

Aquabion a été conçu pour l’industrie (diamètres de DN 50 à DN 250, voire plus) puis adapté à une utilisation domestique, du studio à l’immeuble résidentiel (DN >15). Son but est d’éviter que les ions de calcium, magnésium et carbonate, naturellement présents dans l’eau, ne forment des dépôts dans les conduites et appareils, les endommagent et réduisent leur rendement et leur durée de vie. Cette méthode galvanique fonctionne comme suit. Quand l’eau traverse les chambres à tourbillon de l’appareil, un très faible courant électrique est généré par frottement. Ceci provoque une microélectrolyse qui libère des ions de l’anode de zinc ultra-pure centrale. Ces ions se placent ensuite autour des molécules de calcite ce qui transforme le calcaire en aragonite poudreuse qui n’adhère pas. Ce traitement n’a d’incidence ni sur les propriétés physicochimiques de l’eau, ni sur son pH, ni sur sa dureté. Le procédé est efficace à des températures jusqu’à 85 degrés et avec une dureté d’eau jusqu’à 5,5 degrés. La transformation du calcaire reste constante dans la durée (72 heures en tuyauterie).

Article
Article
Publié le mercredi 13 mars 2024
Partager sur
Avec notre partenaire
Nos partenaires