Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Marc Sietzen, usager/résident de l’Asbl Tricentenaire, Tricentenaire, témoignages, situation de handicap, familles, organisation, adaptation, usager, autonomie, Covid-19, respect de la relation humaine, préconisations standards, secteur social au Luxembourg, économie sociale et solidaire, quotidien, confinement, déconfinement, monde du handicap
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

S’adapter au changement et espérer…

Économie sociale et solidaire

Publié le
mardi 26 mai 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Actuellement usager du centre d’activités de jour au centre Jean Heinisch à Bissen, Marc Sietzen a accepté de nous raconter sa vie depuis l’annonce de la pandémie de Covid-19. Immersion.

Marc Sietzen est né en 1994 est arrivé au Tricentenaire en 2006. Depuis 2011, il réside au Pavillon de Heisdorf. La Cour et la famille Grand-ducale du Luxembourg, les scouts Guiden an Scouten, l’inclusion et les droits des personnes en situation de handicap sont ses centres d’intérêt privilégiés. Représentant des usagers dans différents groupes de travail et plateformes, Marc se déplace en fauteuil électrique et s’exprime par des gestes ou encore avec des pictogrammes. Il utilise pour communiquer une synthèse vocale baptisée « Tellus », les emails et les réseaux sociaux.

M. Sietzen, comment avez-vous réagi à l’annonce de la pandémie de Covid19 et du confinement ?

Je vis au Pavillon Heisdorf depuis l’âge de mes 17 ans. J’habite au 1er étage, un des deux groupes de vie. Au total nous sommes 16 adultes en situation de handicap, moi personnellement, je préfère à mon âge être entouré d’adultes, donc cela m’arrange d’habiter au Pavillon. Au début, je pensais que les mesures de protection étaient exagérées, entre-temps j’ai pu accepter la situation, les circonstances qui y vont avec.

Par exemple aujourd’hui, je pense qu’il est bien et important que l’équipe d’accompagnement porte des masques, c’est pour notre protection.
J’étais et je suis toujours triste de ne plus pouvoir me rendre au Centre Jean Heinisch à Bissen. Les visites de ma mère me manquaient et continuent à me manquer. Il fallait s’y habituer à rester 24 heures sur 24 heures au Pavillon, les seules sorties possibles étaient dans le parc des Sœurs à Heisdorf.

On m’a rapidement dit que mes cours d’informatique à Dudelange étaient annulés jusqu’en septembre 2020, et que d’autres réunions intéressantes étaient également annulées. Cela m’a déçu et me rend encore triste. Après il y a eu en plus le fait que les vacances que j’avais prévues soient annulées… j’attendais ce moment avec beaucoup d’impatience… pas facile !

Comment vivez-vous ce confinement depuis lors ?

Aujourd’hui, je suis heureux que les mesures aient été un peu assouplies. Je suis heureux de pouvoir à nouveau recevoir la visite de ma mère. Je ressens une joie en pensant aux étapes du déconfinement entamées, pourtant je souhaite que « Bissen » rouvre rapidement.

Je m’ennuie souvent, je trouve les journées très monotones. La variété d’échanges et de rencontres me manque, ces moments vécus à « Bissen » ou en participant à d’autres évènements ou réunions. Toutefois j’ai cherché à trouver des alternatives, comme participer aux activités de « HomeScouting Guiden a Scouten » Luxembourg, faire encore plus d’activités au pavillon avec mon amie Elodie, me changer les idées en sortant faire un tour au Parc… Et je garde le contact avec ma mère, grâce au WLAN et à mon Tellus, ma synthèse vocale.

Comment voyez-vous l’avenir ?

J’espère que le Centre d’activités de jour ouvrira dès que possible. Même si je dois suivre des mesures de protection comme le port d’un masque, garder distance... J’aimerais y retourner le plus vite possible. Et personnellement, je pense qu’il y a assez d’espace pour assurer une distance physique entre nous. Oui, je réfléchis même déjà au transport en bus, je préférerais faire le trajet en minibus et non avec le grand bus, lequel fait aussi un arrêt à la Résidence Nico Kremer.

En en plus de tout ça, je serais heureux de pouvoir à nouveau faire du shopping ou assister à des événements. J’aimerais simplement que tout revienne à la normale.

Publié le
mardi 26 mai 2020


Article de notre partenaire

Ateliers du Tricentenaire - Société coopérative
Économie sociale et solidaire
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Économie sociale et solidaire


Nos partenaires Économie sociale et solidaire

Nos partenaires