Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
LIST, environnements bâtis, processus urbains, planification urbaine, MUST, innovation sociale, système technologique, développement durable des villes, espaces urbains, plateforme MUST (Managing Urban Spaces Together), planification d’un projet urbain, évolutions sociologiques, impact environnemental
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

MUST, une plateforme pour outiller le processus de planification urbaine avec une approche participative

Architecture & construction

Publié le
mercredi 8 janvier 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Au cours de ces 20 dernières années, la population a fortement augmenté, plus de 50 % de la population mondiale vit dans les villes. Il est essentiel de maîtriser le développement de celles-ci et de planifier les projets urbains.

La planification d’un projet urbain est un exercice complexe qui nécessite l’intégration de différents aspects, tels que la géographie, les évolutions sociologiques, les pouvoirs politiques, le contexte économique, les réglementations urbanistiques, l’impact environnemental, etc. Aujourd’hui, il existe peu d’outils qui sont dédiés à la planification urbaine et aucun d’eux ne permet d’outiller l’entièreté du processus de conception et de faire face à cette complexité. Les pratiques professionnelles reposent sur une approche « manuelle », basée sur l’expertise de professionnels. Il s’agit d’une démarche linéaire relativement rigide et qui peut s’avérer coûteuse en temps et financièrement lorsque des modifications sont apportées à un stade avancé du projet.

Par rapport à cette situation, l’usage de l’informatique offre des opportunités intéressantes aux concepteurs urbains. Tout d’abord, il est possible de simuler rapidement différentes propositions de développement urbain et simultanément d’évaluer leurs impacts sur des indicateurs (occupation du sol, mobilité, environnement, …) qui ont été définis préalablement et ce, à chaque étape du développement du projet. Ensuite, le développement de certaines applications mobiles ou d’outils de réalité virtuelle va permettre de communiquer sur le projet urbain.

Dans une société à la recherche constante d’efficacité mais aussi de transparence dans les prises de décision, cette démarche paraît insuffisante. En effet, pour aboutir à des projets qui s’intègrent dans le tissu des villes existantes et qui satisfont les attentes des différentes parties, il est essentiel qu’il y ait une concertation avec les habitants et un dialogue entre les pouvoirs publics, les riverains, les experts et les maîtres d’ouvrage.

La plateforme MUST (Managing Urban Spaces Together), en cours de développement au LIST vise à répondre à cette double problématique d’outillage du processus de planification urbaine dans une réelle approche participative.

Cette plateforme propose un ensemble d’outils complémentaires qui pourront être utilisés à différents stades de la conception comme, par exemple, la répartition d’un ensemble de fonctions sur un site donné, l’élaboration d’un organigramme qui intègre des contraintes liées aux relations entre fonctions et, pour finir, un outil qui permet de construire des solutions formelles chacune associées à un tableau de bord qui permet de visualiser comment elle répond aux exigences fixées initialement. La plateforme est un réel outil d’aide à la décision et permet d’objectiver l’évaluation des solutions envisagées.

L’originalité de la technologie réside dans l’intérêt d’une intervention informatique intelligente qui permettra une collaboration fluide entre les experts et les pouvoirs publics d’une part et les citoyens d’autre part, ainsi qu’un aperçu des solutions possibles de conception urbaine du site.

De plus, pour un développement durable des villes et des espaces urbains, des critères liés à l’énergie, à l’environnement et aux facteurs humains doivent être pris en compte dans les phases de conception. Les études analytiques et simulations environnementales seront implémentées dans la plateforme. Ces indicateurs sont liés au confort visuel, la mobilité, et le bien-être.

Trois profils d’utilisateurs sont ciblés par la plateforme :

1. Le secteur privé (urbanistes, architectes, experts, promoteurs…) bénéficiera d’un accès à la connaissance locale des citoyens et de leurs besoins pour les implémenter dans les projets, ainsi que de moyens innovants aidant dans l’optimisation et la création d’un concept inspiré par la société.
2. Les communautés (habitants et citoyens) auront un accès facile aux données, décisions prises et principales directives ; ils seront aussi capables de communiquer avec les autres intervenants, et d’interagir avec la conception. MUST est également un moyen de visualiser les résultats dans un environnement immersif et de mieux les comprendre.
3. Les pouvoirs publics (administrations) seront en mesure d’engager les citoyens, d’évaluer les différentes propositions des projets, et de déclencher des méthodes pour améliorer la conception urbaine et suivre ces projets urbains et les modifications dans le temps.

MUST favorise une innovation sociale par le biais d’un système technologique, encourageant ainsi une approche ascendante de conception.

Les équipes du LIST ont rencontré les experts et concepteurs mais aussi les pouvoirs publics, et ont pu également appréhender l’intérêt des citoyens au Luxembourg et au-delà pour ces nouvelles approches.

/Résultant de nombreuses expérimentations menées dans le cadre du projet doctoral d’Elie Daher (LIST/KU Leuven), MUST entre aujourd’hui dans une nouvelle phase de développement et d’expérimentation, avec le support du Fonds National de la Recherche (programme Pathfinder), qui permettra en outre d’entamer l’étude de marché visant à offrir cette technologie de manière généralisée.

Par ailleurs, la planification urbaine n’est pas une question de développement ponctuel d’infrastructures urbaines. Le LIST l’appréhende également comme l’évolution naturelle et progressive de nos environnements bâtis, qui requiert toujours plus de données d’usage pour assurer sa pérennité (efficacité énergétique, conditions de mobilité etc.). Le jumeau numérique doit permettre la collecte de ces données et leur traitement pour, in fine, maîtriser et optimiser les processus urbains, et améliorer leur utilisation par la société tout entière.

((Sylvain Kubicki, Senior Research and Technology Associate))
Article tiré du NEOMAG#27
Plus d’informations : http://neobuild.lu/ressources/neomag
© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

Publié le
mercredi 8 janvier 2020


Article de notre partenaire

Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST)
Architecture & construction
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires