Le Luxembourg reste un pays fortement carboné mais de moins en moins gourmand

Le Luxembourg reste un pays fortement carboné mais de moins en moins gourmand

Le Statec a mené une étude complète sur l’évolution de la consommation d’énergie. L’électrification des besoins énergétiques se fait attendre.

Les produits pétroliers et le gaz naturel sont les deux principales sources d’énergies fossiles consommées en 2022. Les énergies renouvelables (regroupant les déchets, les biogaz, les biocarburants et les produits dérivés du bois) couvrent 5 % des besoins en énergie du pays. La consommation énergétique finale la plus basse de ces 20 dernières années.

Graphique 1 : une société luxembourgeoise encore fortement carbonée

L’électrification des besoins énergétiques se fait attendre

En 2022, l’électricité couvre 48 % des besoins énergétiques des industries. Par contre, l’électricité ne représente que 17 % des besoins des ménages. Dans le secteur tertiaire, l’électricité couvre 35 % de leurs besoins.

L’utilisation de l’électricité pour le transport est encore modeste. Le rail ne constitue que 2 % de la consommation électrique du pays et la route approche le 1 %. Les principaux utilisateurs d’électricité sont, par ordre d’importance : les industries, le secteur tertiaire et les ménages.

Les produits pétroliers sont majoritairement utilisés pour le transport et le chauffage résidentiel. Le gaz naturel est principalement consommé par les industries et les ménages. Le charbon est presque exclusivement employé par le secteur industriel.

Graphique 2 : Produits pétroliers dans le transport, charbon dans l’industrie

Le secteur de l’énergie mise sur les énergies renouvelables

La production d’électricité renouvelable, issue du solaire photovoltaïque, de l’éolien, de l’hydroélectrique (hors centrale de pompage) et de la cogénération d’origine renouvelable, représente 16 % de la consommation finale d’électricité du pays en 2022. Il y a 20 ans, elle n’était que de 3 %.

La guerre en Ukraine a bouleversé le bilan énergétique luxembourgeois

Le Luxembourg étant dépendant à 88 % de l’étranger pour son approvisionnement énergétique, les hausses des prix sur les marchés internationaux ont conduit les entreprises et les ménages à limiter leurs consommations en gaz naturel et en mazout de chauffage. Les industries et le secteur tertiaire ont réduit respectivement de 29 % et de 26 % leur consommation de gaz naturel. Les ménages ont également diminué leur consommation de gaz naturel de 11 %.

Les ménages qui en avaient la possibilité ont également changé de sources d’énergie. La consommation de bois de chauffage et de pellets a augmenté de 53 %.

La guerre en Ukraine a également redessiné le paysage des pays exportateurs de gaz naturel vers l’Europe et le Luxembourg. En 2022, le Luxembourg n’a plus importé de gaz naturel russe alors que celui-ci représentait 19 % des importations en 2021. Il a été remplacé par des importations de gaz naturel du Royaume-Uni et des livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance du Qatar (regazéifié en Belgique et en France).

Graphique 3 : Fin des importations de gaz russe

Étude réalisée par l’Unité MAC5 du Statec, sous la direction d’Olivier Thunus

Article
Communiqué
Publié le mercredi 20 décembre 2023
Partager sur
Nos partenaires