Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
La mobilité de demain : « Natierlech. Elektresch. » (2/2)
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La mobilité de demain : « Natierlech. Elektresch. » (2/2)

Mobilité

Publié le
mercredi 10 mars 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Bilan et perspectives de la politique de mobilité électrique menée par Sales-Lentz : partie 2.

(Re)découvrez la première partie de l’article en cliquant ici.

Recharge rapide, et autres solutions plus flexibles

Lorsque l’on parle de bus électriques, il ne s’agit pas seulement de l’achat du bus, mais de nombreux éléments du puzzle qui doivent également s’assembler. Le bus électrique ne peut fonctionner que s’il est chargé. Il existe des solutions pour recharger les bus la nuit au dépôt. Mais quand un bus a parcouru 180, 200 ou 250 km en ligne, il est nécessaire de le recharger au cours de la journée pour pouvoir assurer des rotations jusque tard dans la soirée. Nous avons théoriquement calculé et optimisé cette solution de recharge rapide pendant la journée avec nos dépôts et d’autres endroits où nous pouvons recharger, afin d’avoir suffisamment de bus pour desservir les trajets, mais pas trop. Après tout, un bus électrique de 12 mètres coûte entre 550.000 et 600.000 euros. C’est un gros investissement.

/

Tower 24

Lorsque ces bus circulent, ils sont reliés à notre centre de surveillance « Tower 24. » Les données opérationnelles, c’est-à-dire tout ce que le conducteur voit dans le cockpit, sont également vues par les collaborateurs de la Tower 24.

Les données techniques du véhicule, en cas de défaut, sont immédiatement communiquées à l’équipe de l’atelier, afin que des préparatifs préventifs puissent y être effectués pour l’entretien ultérieur du bus.

Ressources humaines

Les ressources humaines constituent un autre élément important. Nous avons besoin d’ingénieurs mécatroniques, de techniciens de bus formés et habilités aux composants haute tension, pour assurer la maintenance de nos véhicules dans nos ateliers. Nous avons actuellement 5 ateliers au Luxembourg, au centre, au nord et 2 au sud. Nous effectuons nous-mêmes 95% des travaux de maintenance.

Seule une petite partie est externalisée. Notre équipe technique pour l’entretien et la maintenance des véhicules est composée de 70 employés. Nous recrutons actuellement, et nous continuerons à le faire à l’avenir, afin de pouvoir entretenir les bus électriques. Nous créons donc des emplois pour lesquels nous recherchons du personnel qualifié. Nos ateliers sont également en cours de structuration afin de pouvoir assurer la maintenance des différentes marques de bus.

Entre autres, un équipement pour être également en mesure de travailler sur le toit des véhicules, où les batteries, le pantographe et les composants haute tension sont situés.

En ce qui concerne les conducteurs, nous en employons actuellement 700 et nous continuerons à recruter. Nous avons également lancé un programme avec l’ADEM pour former les demandeurs d’emploi afin qu’ils puissent obtenir un permis de conduire professionnel.

/

Digitalisation et automatisation

La digitalisation et l’automatisation sont également des sujets importants pour nous. Nous avons fait un grand pas dans ce domaine, car nos chauffeurs de bus sont pour ainsi dire « numériques », c’est-à-dire qu’ils reçoivent leurs horaires, messages et instructions, ainsi que le matériel de formation, sous forme numérique, le tout depuis une tablette. Ils ont accès à tous ces éléments et nous n’avons plus besoin de distribuer du papier, nous pouvons donc économiser une grande partie de cette précieuse ressource et la qualité du service a été améliorée. Les erreurs ne peuvent plus se produire et les conducteurs ont constamment accès aux données les plus récentes.

Article de notre partenaire Sales-Lentz
Photos : Sales-Lentz

Publié le
mercredi 10 mars 2021


Avec notre partenaire

Sales-Lentz
Mobilité
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Mobilité


Nos partenaires Mobilité

Nos partenaires