La cohérence résiliente

La cohérence résiliente

Tout un écosystème a été déployé autour de l’IFSB depuis sa création il y a 20 ans. Il se base sur 4 piliers complémentaires (formation, stratégie/finance, ingénierie, innovation). Et s’appuie sur les visions “éconologiques” qui tirent le secteur de la construction vers le haut, durablement.

Il y a 20 ans, lorsque la fédération des entreprises de construction et de génie civil (sous la houlette de Roland Kuhn) et le groupement des entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics (sous celle de Christian Thiry) ont décidé d’établir un contrat collectif pour le secteur de la construction dont la 1re mesure concrète fut la création de l’IFSB, ils n’ont pas créé un simple centre de formation professionnelle dédié aux salariés manuels, mais une structure qui se veut un véritable acteur sociétal en basant toutes ses actions sur des valeurs claires avec un engagement sur la durabilité de chaque instant.

Afin de mettre en pratique cette vision au-delà de ses activités liées à la formation professionnelle, tout un écosystème a été déployé autour de l’IFSB depuis sa création. Il se base sur 4 piliers complémentaires que sont : formation (IFSB) - stratégie/finance (CDEC) - ingénierie (Cocert) et innovation (Neobuild), réunis au sein du groupe CDEC créé pour piloter une stratégie intégrée et faire que les entités travaillent les unes avec les autres et les unes au profit des autres.

Après le centre de formation en 2002, le groupe s’est donc doté en 2009 d’une structure destinée à répondre aux besoins des entreprises du secteur en matière de certification et de conseil en efficacité énergétique : Cocert, puis de Neobuild en 2011 dont l’objectif est de booster l’innovation technologique au sein des entreprises du secteur de la construction et enfin, du Luxembourg Smart construction Institut (LUSCI) qui regroupe les formations certifiantes et diplômantes destinées aux managers.

Sa vision s’articule aujourd’hui autour de trois thématiques clés que sont :

  • la réduction de l’empreinte carbone du secteur et des bâtiments en identifiant les concepts, structures, moyens et projets qui vont dans ce sens,
  • le management responsable de la durabilité en intégrant les principes de la RSE, de la GRI, de l’ISO 26 000, de reporting de critères extra-financiers et de nouveaux modèles « éconologiques »,
  • et la construction éco-circulaire en accompagnant la mise en place de concepts, structures, moyens et projets pour privilégier des processus plus économes en matériaux et en énergie et en favorisant l’émergence d’approches nouvelles en termes de construction 4.0 (industrialisation, robotisation et digitalisation) et d’utilisation de technologies « green and clean ».

    À côté de la durabilité, la sécurité est un fil conducteur des activités du groupe. Les efforts déployés sous forme de formations, de transfert de technologies, de développement d’outils innovants basés sur la simulation virtuelle et l’immersion 3D entre autres, ou encore d’implication dans des programmes comme la Vison Zero font de l’IFSB un contributeur clairement identifié à la baisse du taux d’accidents.

Enfin, cette vision s’incarne également dans de nombreux projets, financés par des fonds publics (FSE, Interreg, Leader, Erasmus +, etc.) ou privés, et réalisés avec des partenaires luxembourgeois (comme l’ADEM notamment) ou internationaux. Des projets qui permettent d’anticiper ou d’accélérer les tendances qui se dessinent dans le secteur de la construction, en lien avec les générations futures, la réinsertion professionnelle et le soutien à l’emploi, les outils pédagogiques innovants, les bâtiments multifonctionnels et intelligents de demain, ou encore la sécurité et la santé au travail.

Mélanie Trélat

Le groupe CDEC en chiffres

Capital humain

  • IFSB : 28 employés, dont 23 hommes et 5 femmes
  • CDEC : 8 employés, dont 5 hommes et 3 femmes
  • Neobuild : 4 employés, dont 3 hommes et 1 femme
  • Cocert : 3 employés, dont 2 hommes et 1 femme

Formations pratiques

  • 850 programmes
  • 4 domaines de formation
  • 1 250 000 heures de formations dispensées depuis 2002
  • 70 000 stagiaires formés
  • 5 projets de recherche, développement et innovation sur le développement responsable du secteur de la construction menés

Infrastructures

  • 5 000 m2 d’ateliers de formation
  • 3 ha de chantier école
  • 1 500 m2 de terrain d’entraînement
  • 1 station solaire
  • 1 bâtiment passif didactique
  • 1 serre expérimentale-innovante-urbaine

Extrait du dossier du mois « Bâtir d’autres modèles »

Article
Article
Publié le jeudi 27 octobre 2022
Partager sur
Avec nos partenaires
Institut de Formation sectoriel du Bâtiment (IFSB)
NEOMAG
Nos partenaires