Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
agriculture, utilisation de pesticides, sensibilisation, producteurs locaux, qualité, sécurité alimentaire, lutte contre le gaspillage alimentaire
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

L’agriculture luxembourgeoise bénéficie d’une bonne image auprès de la population

Alimentation & Restauration

Publié le
lundi 25 juin 2018 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs, Fernand Etgen, a présenté, lors de la conférence de presse du 21 juin 2018, les résultats d’une étude (TNS-Ilres) sur l’image de l’agriculture auprès de la population résidente.

Aux yeux de Fernand Etgen, cela montre bien que tous les efforts fournis par les producteurs portent leurs fruits.

D’après le sondage, les consommateurs sont d’avis que le secteur de l’agriculture joue un rôle important dans l’entretien du paysage et de l’environnement naturel. Il garantit à la population une indépendance alimentaire et une transmission des valeurs traditionnelles.

Seul bémol, deux tiers (66%) de la population est d’avis que l’utilisation de pesticides est excessive. Le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs a tenu à rappeler, dans ce contexte, qu’un plan d’action national (PAN) pour la réduction des pesticides est en vigueur, ce plan étant un des plus ambitieux en Europe. En effet, le PAN (présenté le 15 décembre 2017) a pour but de réduire l’utilisation des produits phytopharmaceutiques de 50% jusqu’en 2030.

95% des consommateurs apprécient la qualité des produits luxembourgeois

Le sondage montre que les consommateurs, en achetant leurs produits alimentaires font principalement attention à la provenance (76%), à la date de péremption (66%) et au prix (62%). 71% des personnes interrogées ont indiqué qu’elles sont disposées à payer plus cher pour un produit local.

Pour Fernand Etgen ces indications confirment la politique nationale qui consiste à promouvoir les produits locaux tout en renforçant la position des agriculteurs luxembourgeois dans la chaîne de l’alimentation.

Manger local et de saison

Manger des fraises au beau milieu de l’hiver, des asperges à Noël en provenance d’outre-mer ou encore des tomates ayant parcouru un tour du monde peut paraître attrayant, mais n’a rien d’une production durable.

En respectant les saisons et en mangeant des fruits et légumes de notre région, on privilégie :

-  La qualité
Le respect du cycle saisonnier permet de cueillir les fruits et légumes à maturité, qui ont donc beaucoup plus de goût. Les produits de saison ont par ailleurs une meilleure valeur nutritionnelle, sachant que les transports longs dégradent les propriétés des aliments.
- La transparence et la sécurité alimentaire
Des petites structures garantissent une meilleure traçabilité des produits aux consommateurs qui revendiquent de plus en plus d’informations sur l’origine et le mode production de leurs aliments ; les petites structures renforcentle lien entre le producteur et le consommateur.
- Renforcement de la position des producteurs locaux
Acheter des fruits et légumes de saison aide les producteurs locaux, crée des emplois et fait tourner l’économie régionale ! En effet, les prix des produits locaux de saison sont beaucoup plus stables que ceux des produits importés et dépendants des aléas des marchés mondiaux.
- La lutte contre le gaspillage alimentaire
En consommant des produits locaux, on favorise les circuits courts qui évitent les transports longs (avions, bateaux)et limitent donc les émissions de CO2 ; Ia production locale encourage également les pratiques de production durables.
Il existe donc, aux yeux de Fernand Etgen, que de bonnes raisons pour manger local et de saison.

Production locale : Évolution et défis

La demande pour des fruits et légumes locaux dépasse de loin la production nationale.
Si les surfaces de production continuent à augmenter d’année en année, la production locale en fruits et légumes au Luxembourg ne couvre malheureusement que 5% de la consommation nationale.

Les fruits et légumes peuvent néanmoins être très intéressants pour les exploitations agricoles qui sont limitées en surfaces agricoles. Au niveau économique, la valeur ajoutée produite sur un hectare de légumes est en général bien supérieure à celle produite par les grandes cultures comme les céréales par exemple.

On ne peut cependant nier que de nombreux facteurs tels que les conditions climatiques et pédologiques moins favorables, le coût élevé de la main-d’œuvre ou encore l’accès à l’eau rendent cette tâche extrêmement difficile.

Pour cette raison le ministère de l’Agriculture est en train d’élaborer un catalogue de mesures pour contrer les difficultés.

D’une part, les agriculteurs sont épaulés par des modules de conseils adaptés aux besoins spécifiques de chaque agriculteur, d’autre part, le ministère prend en charge une partie de la couverture d’assurance contre les caprices de la nature.

Pour inciter l’achat de produits locaux, le ministère est également en train d’élaborer une plateforme d’échange encourageant une collaboration étroite entre acteurs publics et privés actifs dans le domaine de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la restauration collective.

L’importance de la sensibilisation

En effet, l’étude (TNS-Ilres) montre que seulement 23% des personnes interrogées se disent bien informées en ce qui concerne le secteur de l’agriculture.

Pour cette raison, Fernand Etgen estime que la sensibilisation des consommateurs constitue un élément clé. Il est primordial d’informer et de sensibiliser les élèves dès leur plus jeune âge quant à la valeur de leurs aliments ainsi qu’à l’effort et au savoir-faire impliqués.
Bien que le ministère a déjà fait beaucoup d’efforts ces derniers mois dans le domaine de l’information avec notamment la parution du magazine GUDD, le support financier des campagnes Fro de Bauer et Bauerenhaff an der Stad ou encore la réforme du programme Schoulmëllech an Schouluebst, pour Fernand Etgen il est clair qu’il faut absolument poursuivre ces efforts.

Un nouveau portail agriculture a été créé qui offre tous les mois de nouveaux dossiers s’adressant aussi bien aux agriculteurs qu’aux consommateurs, avec ce mois-ci bien évidement un dossier sur la consommation locale au Luxembourg https://agriculture.public.lu/de.html
Dans ce contexte s’inscrit également l’initiative de la Chambre d’agriculture qui, avec le soutien du ministère, a mis en place un site Internet www.sou-schmaacht-letzebuerg.lu/fr qui vient d’être complètement relooké afin de mieux promouvoir les produits alimentaires issus de l’agriculture, de la viticulture et de l’horticulture luxembourgeoise. L’objectif de cette campagne, qui s’adresse aux consommateurs et aux restaurateurs, est de donner plus de visibilité aux produits issus du terroir luxembourgeois et d’informer le consommateur sur la diversité de nos produits agricoles qui ont de quoi satisfaire les plus exigeants des gourmets.

Enfin, le ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs organisera, en collaboration avec la Chambre d’agriculture, un marché local sur la place de la Constitution le 22 septembre 2018. Ce sera l’occasion pour les producteurs luxembourgeois de fournir un aperçu de la grande variété des aliments produits sur notre territoire.

Communiqué par le ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs

Publié le
lundi 25 juin 2018


Alimentation & Restauration
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Alimentation & Restauration


Nos partenaires Alimentation & Restauration

Nos partenaires