Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
robotisation, construction durable, automatisation, programmation,, opérations, Digitalisation, Neobuild, IFSB, Neomag, travail, manutention, construction, agriculture urbaine, panneaux solaires, robot « Farmbot », performance énegétique des bâtiments, Université du Luxembourg
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Ingénieurs et étudiants unis pour développer l’agriculture urbaine

Architecture & construction

Publié le
mardi 10 septembre 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un projet mené en partenariat par Neobuild et l’Université du Luxembourg va donner jour à un robot pour venir en aide aux futurs agriculteurs urbains.

Reportage projet Farmbot, collaboration entre l’Université du Luxembourg et Neobuild

Depuis de nombreuses années, les entreprises constituant le groupe CDEC ont la volonté de dynamiser le secteur de la construction. L’une des opportunités identifiées est la valorisation des toitures plates aujourd’hui sous-exploitées. Ces espaces sont généralement utilisés pour la mise en place de techniques spéciales comme des groupes de ventilation et des panneaux solaires. Prochainement, ils vont aussi permettre d’implanter des serres urbaines. Ces serres vont contribuer à réduire les consommations des bâtiments car elles vont améliorer l’isolation thermique en toiture. Elles vont aussi permettre de réduire les émissions CO² de ces derniers grâce aux plantes.

Mais pour qu’elles soient adoptées, elles se doivent aussi d’être rentables du point de vue de leur production agricole. Les rendements et les investissements dans une serre urbaine ne sont pas les mêmes que dans une serre au sol, principalement en raison des contraintes de poids liées à la structure même du bâtiment.
L’initiative est donc née du désir de nouer des liens étroits de partenariat avec plusieurs universités de la Grande Région, et plus particulièrement avec l’Université du Luxembourg, pour trouver une solution qui améliore la productivité des serres urbaines. C’est ainsi que Neobuild, le pôle d’innovation pour la construction durable, a offert la possibilité à quatre étudiants de l’Université du Luxembourg de développer un véritable robot, conçu comme un nouvel outil pour les agriculteurs urbains. Aujourd’hui en cours de finalisation, il permettra de réaliser des tâches répétitives à faible valeur ajoutée comme la plantation des graines ou encore l’arrosage, tout en offrant des fonctionnalités de contrôle : savoir si des insectes néfastes ont infecté les plantes, connaître le niveau de maturité de celles-ci, etc.

L’objectif des étudiants était donc multiple :

1/ Assembler le robot « Farmbot » fourni en pièces détachées et le configurer pour qu’il soit fonctionnel quelles que soient les contraintes de son environnement (humidité, poussière, etc.).
2/ Le robot étant initialement conçu par le fabricant pour une culture en pleine terre, il a fallu adapter le développement de son logiciel interne afin qu’il puisse être utilisé pour une culture hydroponique, culture préconisée pour des fermes urbaines situées en toiture. Il s’agissait de l’étape la plus complexe du projet. En adoptant la technique du reverse engineering, il a fallu s’adapter au système existant tout en tenant compte de ses contraintes.
3/ Développé pour être utilisé par des personnes non initiées à l’informatique, ce nouvel outil de l’agriculteur urbain se doit d’être facile d’utilisation. Les étudiants ont donc échangé avec un agriculteur qui n’est pas familier avec l’informatique mais à qui on va demander d’utiliser ce nouvel outil. Des interfaces utilisateurs simples ont ainsi été conçues pour permettre à l’agriculteur de planifier ses semis tout en ayant une vue globale de la maturité des plantes de son nouveau jardin.
Ce type de projet, mené avec les universités, permet à l’entreprise d’avancer plus rapidement tout en valorisant des étudiants dans des missions innovantes et concrètes. Suite à ces diverses expériences concluantes, Neobuild a la volonté de poursuivre la collaboration avec ses partenaires universitaires tels que l’Université du Luxembourg.

Par ce projet, Neobuild souhaite prouver aux promoteurs, gestionnaires de parcs ou tout entreprise que les toitures plates vont pouvoir être valorisées autrement afin d’améliorer les performances de leurs bâtiments et de générer une nouvelle source de revenu tout en ayant un impact social et sociétal positif.

Mélanie De Lima
NEOMAG#24
Plus d’informations : http://neobuild.lu/ressources/neomag
© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

Publié le
mardi 10 septembre 2019


Article de nos partenaires

Institut de Formation sectoriel du Bâtiment (IFSB)
NEOMAG
Architecture & construction
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires