Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Greenpeace, place financière, gouvernement, fonds d’investissement luxembourgeois , investissements verts, changement climatique
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Il n’y a pas de planète B : Mobiliser la place financière du Luxembourg pour la protection du climat

Green Planet

Publié le
mercredi 19 septembre 2018 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Luxembourg, le 18 septembre 2018 - Greenpeace Luxembourg a inauguré ce jour son bureau pour l’action climatique à Luxembourg-Kirchberg (1), au cœur du centre financier luxembourgeois. Sur la place du Funiculaire se dresse une réplique de la Tour Eiffel de 15 mètres de haut, symbole de l’Accord de Paris sur la protection du climat. À proximité, un bureau éphémère sert de point d’information et de discussion où les citoyens, les politiciens et les parties prenantes du secteur financier peuvent rencontrer les représentants de Greenpeace afin de discuter du rôle du secteur financier dans la lutte contre le changement climatique. La Tour Eiffel et le bureau éphémère seront présents sur la place du Funiculaire du 19 septembre à la fin de la conférence internationale sur le climat COP24 à la mi-décembre.

« Les impacts du changement climatique affectent la planète entière, y compris le Luxembourg, et nous devons agir de toute urgence avant qu’il ne devienne incontrôlable. Le message de l’Accord de Paris est clair : il ne s’agit pas de savoir si nous allons cesser d’investir dans des actifs à forte teneur en carbone et des industries de combustibles fossiles, mais à quelle vitesse », explique Martina Holbach, chargée de campagne chez Greenpeace Luxembourg. « Notre mission au Kirchberg, qui commence aujourd’hui, consiste à tirer parti des forces du secteur financier pour soutenir la transition vers une économie à faibles émissions de carbone et un avenir durable et résilient au changement climatique. »

« La transition vers une économie durable nécessitera un effort mondial concerté et une réallocation majeure du capital des investisseurs. Les choix d’infrastructure réalisés au cours de la prochaine décennie détermineront si la stabilité climatique peut être atteinte. », ajoute-t-elle.

Greenpeace est convaincue que le secteur financier luxembourgeois peut jouer un rôle de premier plan dans la protection du climat mondial. Pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur la protection du climat, il faut mobiliser des milliards d’euros provenant du secteur privé. L’argent actuellement investi dans les combustibles fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz doivent être consacrés aux énergies renouvelables et aux projets d’infrastructures durables.

« Malgré les efforts considérables déployés par le gouvernement luxembourgeois et le secteur financier, dont l’objectif est de promouvoir des investissements verts et durables, Greenpeace estime qu’une partie trop importante des 4 200 milliards d’euros actuellement gérés par le secteur des fonds d’investissement luxembourgeois est investie dans le secteur des combustibles fossiles et dans des entreprises fortement exposées au carbone. » précise Diogo Guia, également chargé de campagne chez Greenpeace Luxembourg. « Cependant, afin de limiter l’augmentation de la température superficielle moyenne mondiale à 1,5 °C, et ainsi éviter un changement climatique catastrophique, les combustibles fossiles doivent rester dans le sol. Cela signifie que de nombreux investissements dans des actifs à forte teneur en carbone devront être bloqués mais aussi qu’ils constituent un risque macroéconomique systémique pour le Luxembourg, qui dépend fortement du secteur financier (2).

Pour Greenpeace, une des principales responsabilités du nouveau gouvernement doit être de cesser d’investir l‘argent public dans les combustibles fossiles et d’évaluer les risques financiers potentiels auxquels le Luxembourg est confronté à cause des investissements du secteur financier dans des combustibles fossiles et d’autres industries à forte teneur en carbone. En conséquence, le prochain gouvernement doit prendre les mesures appropriées pour orienter non plus seulement une partie marginale, mais l’ensemble du secteur financier vers la transition à monde à faible intensité de carbone (3).

« Rediriger les billions d’euros vers des investissements respectueux du climat et durables est à la fois une nécessité et une opportunité pour le secteur financier luxembourgeois. Cela pourrait en effet devenir la plus grande contribution du Luxembourg à la lutte mondiale contre le changement climatique et à un avenir durable pour tous. » conclut Raymond Aendekerk, directeur de Greenpeace Luxembourg.

(1) Visitez le bureau pour l’action climatique de Greenpeace et la tour Eiffel sur la place du Funiculaire à Luxembourg-Kirchberg. Nos heures d’ouverture et notre programme d’événements seront disponibles sur le site internet de Greenpeace www.greenpeace.lu.

(2) Le briefing de Greenpeace “Il n’y a pas de planète B : Mobiliser le financement pour la protection du climat. L’industrie financière luxembourgeoise au carrefour de la transition mondiale vers un avenir à faibles émissions de carbone” est disponible sur demande.

(3) Soutenir notre appel au gouvernement : https://act.greenpeace.org/page/286...

/

Communiqué par Greenpeace Luxembourg

Publié le
mercredi 19 septembre 2018


Green Planet
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires