Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
digitalisation, construction, numérique, technologies, Building Information Modeling, déconstruction, industrialisation des procédés et des pièces, futur, Betic, ingénieurs, conseils
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Construction 4.0, la révolution est en marche !

Architecture & construction

Publié le
mercredi 20 février 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Pas un jour sans qu’on en parle… La digitalisation du secteur de la construction s’impose comme une priorité stratégique, avec pour finalité l’effacement des frontières entre monde physique et monde numérique.

Big data, modélisation 3D, 4D, 5D… le secteur de la construction se digitalise avec à la clé de véritables opportunités, à condition d’exploiter ces mutations rapidement pour éviter une ubérisation trop importante par de nouveaux acteurs. Les frontières entre le monde physique (main-d’œuvre, machines et matériaux…) et le monde numérique (solutions informatiques, dématérialisation des données et processus) commencent à s’effacer. Pour autant, l’humain doit rester au cœur de l’activité en parvenant à un univers hybride dans lequel il communiquera harmonieusement avec « la machine » grâce à l’intégration de technologies, d’applications terrain adaptées aux terminaux mobiles, d’environnements de travail basés sur le cloud… Pour réussir cette transformation digitale, plusieurs principes, mis en exergue dans de nombreuses études, comme celle du cabinet de conseil en stratégie Oliver Wyman, doivent être appliqués.

Recenser les enjeux de la digitalisation et évaluer leur niveau de maturité actuel. Il s’agit ici de définir les évolutions des attentes clients, de dresser un état des lieux des technologies actuelles et à venir, des acteurs et concurrents, d’évaluer le niveau de compétences des collaborateurs, d’analyser les processus clés, les besoins en termes de sophistication des outils et moyens technologiques…

Considérer le Building Information Modeling comme l’épine dorsale de la stratégie digitale, en particulier ses nouvelles dimensions, intégrant la planification et le budget, qui, à moyen terme, généreront un grand potentiel d’amélioration (coûts directs, qualité, délais, sécurité…) sur l’ensemble du processus, de la conception à la déconstruction.

Travailler sur les leviers digitaux d’efficacité opérationnelle, à savoir les processus de travail inter­actifs ; les machines, équipements et ouvriers connectés ; mais aussi l’industrialisation des procédés et des pièces.

Approfondir les opportunités digitales ayant un impact sur le chiffre d’affaires. Il est primordial d’améliorer l’expérience des clients en les impliquant davantage (visualisation du projet, participation à la conception…) mais aussi de leur proposer des offres innovantes répondant à l’évolution de leurs besoins.

Réinventer les méthodes de travail, en faisant évoluer la culture d’entreprise : implication forte de l’équipe dirigeante, création de fonctions digitales transversales, positionnement des collaborateurs au cœur du changement…

Très clairement, l’avenir passe par la digitalisation. Il est donc impératif que les entreprises prennent conscience des enjeux et des avantages de la digitalisation et se donnent les moyens de faire face aux défis actuels du secteur de la construction.

NEOMAG#20
© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

Photo : Marie-De-Decker

Publié le
mercredi 20 février 2019


Article de notre partenaire

Betic
Architecture & construction
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires