Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
SOS Faim Luxembourg, droits humains, solidarité, objectifs de développement durable, UBTEC, Burkina Faso, insécurité alimentaire, ’agriculture familiale, financement, services financiers, moyens de production, réchauffement climatique, crise, événements météorologiques intenses
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Burkina Faso : des services financiers pour faire face aux crises

Droits humains & solidarité

Publié le
jeudi 2 décembre 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Pauvreté persistante, insécurité croissante, réchauffement climatique… La vie n’est pas facile au Burkina Faso où trois millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire, soit près d’un habitant sur six. Pourtant, 80% de la population travaillent dans l’agriculture et l’élevage, principalement au sein de petites exploitations familiales.

Le contexte burkinabè

Chiffres clés :

Population : 21.400.000 habitants
Âge moyen : 18 ans
Espérance de vie à la naissance : 63 ans
Enfants de moins de 5 ans en insuffisance pondérale : 16.4%
Population rurale : 68,8 %
Population sous le seuil de pauvreté : 41,4 %

Ces données chiffrées proviennent de « The World Factbook – Burkina Faso », publié par la CIA en novembre 2021.

Isolés et éloignés, les paysans sont de plus en plus vulnérables en raison du changement climatique et de de la dégradation de la situation sécuritaire dans la région. L’agriculture familiale souffre d’un manque de soutien et d’un manque d’accès au financement.

Sans accès à des services financiers (épargne et crédit) adaptés et sécurisés, ces agriculteurs ne peuvent développer ni maintenir leurs activités agricoles et faire face aux crises (climatiques, sécuritaires) de plus en plus récurrentes. Depuis 2008, SOS Faim soutient une institution de microfinance, l’UBTEC, qui facilite l’accès, pour les producteurs agricoles notamment, à des services d’épargne et de crédit adaptés à leurs besoins.

À travers ses services, l’UBTEC contribue à donner un avenir aux villageois sur leurs terres.

L’UBTEC – « La banque des paysans aux conditions des paysans »

/L’UBTEC, l’Union des Baoré Tradition d’Epargne et de Crédit, est une institution de microfinance burkinabè, implantée dans cinq régions administratives du pays (le Nord, la Boucle du Mouhoun, l’Est, le Plateau Central et le Centre). Créée en 1990 par les paysans eux-mêmes, l’IMF connait bien les réalités et les besoins du monde agricole ce qui en fait un acteur clé dans la région.

Sa mission : Offrir des services financiers adaptés pour lutter contre la pauvreté et la vulnérabilité dans le monde rural.

Les services de l’UBTEC permettent aux paysans d’obtenir des crédits à des conditions plus avantageuses que dans les banques commerciales et d’épargner une partie de leur revenu dans un lieu sécurisé et proche de leur lieu de vie.

- Presque 40.000 emprunts actifs en 2020
- Plus que la moitié des bénéficiaires sont des femmes

Un contexte sécuritaire difficile

Le Burkina Faso est confronté à une crise sécuritaire depuis plusieurs années. Victimes de nombreux incidents violents, les populations rurales sont face à un dilemme : fuir leur terre, sans ressource, ou rester au risque de leur vie. La situation dégrade les conditions de vie des familles et accentue la récession économique. Les services de l’UBTEC permettent de maintenir un minimum d’activités économiques dans ces régions. Ils permettent aux populations rurales de mettre en lieu sûr leur épargne et d’avoir accès à des crédits pour continuer de faire vivre leur région malgré les difficultés. /

L’urgence aide humanitaire en 2021

Depuis le début de l’année, les habitants de la commune de Koumbri, dans la région Nord, ont été touchés, à plusieurs reprises, par des attaques terroristes dans leurs villages. Ils ont fui et se sont réfugiés dans la ville de Ouahigouya. L’UBTEC a sollicité SOS Faim pour une aide d’urgence de 12.000€. Cette aide servira surtout à fournir des biens de première nécessité (couverture, savon, station de lavage de mains, …) aux personnes déplacées.

Les pratiques agroécologiques pour lutter contre le réchauffement climatique

Le Burkina Faso subit dès à présent les effets du réchauffement climatique bien qu’il ne contribue que modestement aux émissions mondiales de gaz à effet de serre. Cela se manifeste entre autres par l’augmentation des températures déjà très élevées et des événements météorologiques intenses.

Pour lutter contre le réchauffement climatique, l’UBTEC soutient à travers ses services les pratiques agroécologiques pour encourager les agriculteurs à adopter des pratiques agricoles durables. L’institution a mis en place une politique de bonus-malus écologique : un paysan qui souhaite mettre en place des pratiques agricoles durables pourra profiter d’un taux plus favorable. Ainsi, l’UBTEC joue un rôle clé dans la transition agroécologique du pays.

/

Témoignage de Mahamoudou OUEDRAOGO : La victoire sur l’insécurité alimentaire

Mahamoudou OUEDRAOGO (36 ans) est marié et père de 3 enfants. Il est agriculteur-maraicher à Watinoma à l’Ouest du Burkina Faso. Grâce aux conseils d’un ami, il a ouvert un compte à l’UBTEC afin d’y déposer ses économies à chaque fois qu’il gagne un peu d’argent. Grâce à son épargne, il a pu avoir accès à un crédit qui lui a permis de développer son activité.

« Par manque de moyens financiers, je n’arrivais pas à exploiter toute ma superficie agricole et la vie était dure. Grâce au crédit, j’ai pu me fournir plus de moyens de production (engrais, semences, irrigation, matériel agricole) et augmenter ma production ».

/

Grâce au crédit octroyé par l’UBTEC, Mahamadou a pu augmenter sa production et ses revenus et ainsi améliorer les conditions de vie de sa famille. Il continue également d’alimenter son compte épargne et espère pouvoir obtenir prochainement un autre crédit.

« Je faisais de l’élevage mais j’ai perdu tous mes animaux suite à une maladie. Je compte repasser à l’UBTEC pour prendre un nouveau crédit et acheter deux bœufs pour m’aider au champ (labour) et fournir un revenu supplémentaire (élevage) ».

SOS Faim et l’UBTEC

Inclure les paysans dans les circuits de la microfinance, comme le fait notre partenaire l’UBTEC, est une clé pour que l’agriculture devienne le moteur du développement rural.

EN 2021, SOS Faim doit mobiliser 8.200€ de dons pour aider l’UBTEC à concrétiser ses ambitions. Ce montant est ensuite multiplié par quatre par le cofinancement du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (Direction de la Coopération).

/

Ensemble, donnons une perspective d’avenir aux habitants du monde rural burkinabè !

Participez au changement, faites un don !
Télécharger notre bulletin d’information
Pour plus d’informations : www.sosfaim.lu

Publié le
jeudi 2 décembre 2021


Avec notre partenaire

SOS Faim
Droits humains & solidarité
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Droits humains & solidarité


Nos partenaires Droits humains & solidarité

Nos partenaires