Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
La méthanisation comme alternative au pétrole ?
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La méthanisation comme alternative au pétrole ?

Mobilité

Publié le
jeudi 17 avril 2014 à 05:45

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La toute première usine de méthanisation pour produire du carburant "vert" BioGNV en France va être construite à Locminé en Bretagne par Armorgreen. Inaugurée à la fin de l’année 2014, cette usine produira à terme l’équivalent de 300 000 litres de diesel. Vraie solution ou gadget écolo ?

La méthanisation permet de produire localement (avec des emplois à la clé) soit de l’électricité non nucléaire et/ou du carburant non fossile

La méthanisation est un procédé de digestion des matières organiques par des organismes anaérobies (sans oxygène). Cette dégradation produit du « digestat » (qui peut ensuite être transformé en compost) et du bio-gaz avec une proportion variable de 50 à 70% de méthane et 20 à 50% de CO2 plus quelques autres gaz. Le GNV est composé à 97% de méthane. En enlevant le CO2 du gaz de méthanisation on obtient donc de quoi rouler avec un véhicule adapté.

Une station service pour les bus, les camions ou les voitures

La ville de Locminé (56) anticipe l’obligation légale de transition énergétique (en 2020 les collectivités devront rouler à 25% de carburants non fossiles) et pourrait être la première d’une longue série d’unités globales de méthanisation. Les déchets organiques de 20 km à la ronde issus de l’agroalimentaire, les fermes, les déchets verts, les boues industrielles, etc.) seront collectés et valorisés.

La chaleur dégagée lors de la digestion des matières organiques est également utilisée pour chauffer le centre aquatique, le lycée, le collège, la salle de sport ou encore la nouvelle salle culturelle. L’usine de Locminé développe plusieurs valorisations de déchets ainsi que du photovoltaïque.

Une production en cycle court

Actuellement la méthanisation est quasi exclusivement utilisée pour produire de l’électricité verte. L’intérêt de ce procédé est que des déchets organiques il y en a en quantité, partout en France et à proximité de n’importe quel site choisi. Cela permet de produire localement (avec des emplois à la clé) soit de l’électricité non nucléaire et/ou comme ici du carburant. Ce carburant non fossile n’est pas non plus issu de produits alimentaires et ne déséquilibre pas la balance commerciale de la France.

Largement à la traîne par rapport à ses voisins européens ou d’autres pays du monde, la France ne devrait-elle pas favoriser plus ces productions en cycle court, bénéfiques de multiples manières pour le pays ? Et vous, êtes-vous prêts à rouler au gaz issu de déchets organiques ?

Communiqué par www.promobility.lu / Photo ©Armorgreen

Publié le
jeudi 17 avril 2014


Mobilité
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Mobilité


Nos partenaires Mobilité

Nos partenaires