Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
construction durable, architecture, construction, Cocert, Ifsb, Neomag, Cedec, efficacité énergétique des bâtiments, certification LENOZ, évaluation environnementale, impact des matériaux de construction, économie nationale sobre en carbone, étude Rifkin, 3e révolution industrielle
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Vers une performance énergétique sobre en carbone

Architecture & construction

Publié le
mardi 27 novembre 2018 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Depuis près de 10 ans, le groupe CDEC, asbl pilotant la stratégie intégrée du secteur de la construction au Luxembourg, s’est doté d’un bras armé pour l’efficacité énergétique des bâtiments : l’agence COCERT.

Bureau d’expertise en énergie spécialisé dans l’efficacité énergétique des bâtiments, elle bénéficie d’une expérience établie dans des domaines variés, que ce soit au niveau des communes, du secteur tertiaire comme du secteur résidentiel, ce dernier occupant une place prépondérante dans ses activités. Développant des solutions innovantes et sur-mesure, COCERT met l’accent sur l’écoute et la compréhension des besoins du client, tout en proposant une grande flexibilité quant à la formulation énergétique de leurs requis. Cette approche insiste notamment sur l’intégration de facteurs d’efficacité énergétique et de préceptes environnementaux dès les premiers stades du développement d’un projet.

Depuis le début de l’aventure, l’agence met à profit son « retour-terrain » au bénéfice de la transversalité des compétences du groupe CDEC, audacieux mélange entre expérience, innovation et formation. Cette dernière est d’ailleurs considérée par COCERT comme « un axe d’amélioration », lui permettant de conserver toujours une « technique » d’avance sur ses confrères, par son approche métier, issue du terrain même.

Le secteur de la construction précisément a un rôle déterminant à jouer dans la chaîne de valeur énergétique : s’il est un émetteur majeur de CO2, gaz à effet de serre nocif pour le climat, il est aussi et surtout le secteur qui présente le plus de forces d’amélioration et d’innovation. En effet, 30 % de ces émissions au Luxembourg résultent du chauffage des bâtiments et de la mise à disposition d’eau chaude sanitaire. Ce secteur présente néanmoins le plus grand levier d’économie de CO2 et donc d’opportunités.

La Commission européenne étudie ainsi des moyens rentables pour rendre l’économie européenne plus respectueuse du climat et moins consommatrice d’énergie.

Selon la feuille de route de la Commission vers une économie à faible intensité de carbone, les pays de l’Union européenne devraient notamment réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 80 % d’ici à 2050 par rapport aux niveaux de 1990. Cela passera nécessairement par un remplacement des énergies fossiles par de l’électricité verte, ainsi que par le déploiement des énergies renouvelables, notamment décentralisées. L’énergie photovoltaïque organique, process imitant par analogie la photosynthèse naturelle pour produire de l’électricité - plus connue sous le nom de « cellules de Grätzel » du nom du professeur Michael Grätzel qui les a développées – est l’une des alternatives à soutenir et promouvoir dans les années à venir en particulier pour leur très faible impact carbone à produire.

Une approche plus holistique de la problématique carbone est nécessaire, celle-ci doit être intersectorielle. Prenons l’exemple de l’urban farming : ce domaine s’inscrit dans les nouvelles fonctions que les bâtiments peuvent offrir, désormais perçus comme véritables plateformes technologiques multifonctionnelles. À ce titre, COCERT participera à deux projets phares : le projet de construction de la plus grande serre urbaine au Grand-Duché de Luxembourg, dénommée « SOTA », qui se situera sur la toiture du bâtiment de l’Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment à Bettembourg où elle sera en charge de la modélisation des flux d’énergies, notamment de la valorisation des énergies résiduelles à récupérer du bâtiment existant. Également le projet d’élaboration de la stratégie nationale en matière d’urban farming commandée par le ministère du Développement durable et des Infrastructures, dans laquelle elle intégrera, auprès du Géoportail, un outil d’aide à la décision recensant les toitures exploitables pour l’implémentation d’une serre urbaine.

COCERT a par ailleurs participé depuis près de 3 ans pour le compte du secteur de la construction, à l’évaluation des forces et faiblesses du nouveau système de certification LENOZ, (Lëtzebuerger Nohaltegkeets Zertifizéierung fir Wunngebaier), première méthode d’évaluation environnementale intégrant l’impact des matériaux de construction. Ces nouvelles compétences sont et seront des composantes indissociables de tout nouveau projet de construction.

L’agence fêtera ses 10 ans le 30 mars prochain, avec en tête toujours plus de défis à relever. Elle entend poursuivre ses missions actuelles de démocratiser les constructions à hautes performances énergétiques, notamment les rénovations durables. Ces 10 ans seront le kick-off de « vision 2050 », nouvel axe stratégique, par le développement de nouvelles compétences d’engineering. COCERT entend ainsi s’imposer comme un acteur incontournable de la construction, en participant à une économie nationale sobre en carbone, thématique phare de l’étude Rifkin sur la 3e révolution industrielle.

Benoit Martin,
Responsable opérationnel COCERT
Mélanie De Lima

NEOMAG#17
© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

Publié le
mardi 27 novembre 2018


Article de nos partenaires

NEOMAG
Institut de Formation sectoriel du Bâtiment (IFSB)
Architecture & construction
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires