Une coopérative pour partager l'énergie qu'on produit

Une coopérative pour partager l’énergie qu’on produit

Rencontre avec Paul Zens, président d’Eurosolar Lëtzebuerg.

Afin de faire avancer concrètement la transition énergétique au Luxembourg, Eurosolar Lëtzebuerg et ses partenaires (Biogas Vereenegung, EnerCoop Syrdall, Energiepark Réiden, Energy Revolt, Greenpeace, Gringgo et le Mouvement Écologique) se sont associés pour mettre en place une plateforme, baptisée e-community. Son but : optimiser la production, la consommation et l’échange d’électricité renouvelable locale.

Les énergies renouvelables dès la planification

Chez Eurosolar Lëtzebuerg, association fondée en 2002 pour promouvoir la production et la consommation d’énergie provenant de sources renouvelables qui fait partie du réseau d’Eurosolar e.V., on pense qu’il faut réfléchir à la production d’énergie renouvelable dès les premiers coups de crayon d’un projet, considérer les panneaux photovoltaïques comme des éléments de construction à part entière et, de manière plus générale, intégrer dès la planification tout ce qui est bon pour réduire l’utilisation de ressources qui sont limitées.

Une ressource qui ne l’est pas est le soleil, ou encore le vent.

Le cadre

De nombreux systèmes, qu’ils soient éoliens, hydrauliques, biogaz ou solaires, seront bientôt exclus du tarif de rachat garanti et devront alors commercialiser eux-mêmes l’électricité qu’ils produisent.

La directive européenne 201/2018 qui fixe le cadre pour booster la production d’énergies renouvelables en mettant la priorité sur l’autoconsommation et sur le partage au sein de communautés énergétiques a été transposée en droit national dans la loi du 3 février 2021.

Par ailleurs, la loi du 9 juin 2023 modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l’organisation du marché de l’électricité permet le partage de l’électricité renouvelable que l’on a produite soi-même, en local.

Il faut savoir que 90 % des demandes d’installation photovoltaïques sont prévues pour l’autoconsommation et que l’aide étatique à l’investissement pour ces installations s’élève à 62,5 % de l’investissement total, montant auquel s’ajoutent des subsides communaux.

Une plateforme pour partager l’énergie

La nouvelle plateforme e-community est une coopérative qui a pour vocation de gérer l’échange d’électricité et les démarches qui y sont relatives. « Les utilisateurs veulent que l’électricité coule dans les lignes et alimente leur bâtiment. Les différentes parties se mettent d’accord sur un tarif et la plateforme s’occupe de tout le reste », indique Paul Zens, président d’Eurosolar Lëtzebuerg.

Peuvent s’y inscrire non seulement les particuliers, mais aussi les entreprises artisanales ou industrielles qui disposent de halls ou d’ateliers aptes à recevoir des panneaux photovoltaïques, mais aussi des communes qui ont des panneaux sur un de leur bâtiment à partir desquels ils peuvent alimenter leurs autres infrastructures. « Il faut savoir qu’en 2021, 60 % des halls n’étaient pas encore prêts pour recevoir des panneaux photovoltaïques, pour des raisons de stabilité, de résistance des toitures, mais les choses s’améliorent. Il y a une prise de conscience des acteurs économiques qu’il faut avoir ses propres panneaux photovoltaïques pour autoconsommer leur énergie, voire vendre le surplus à la e-community », précise-t-il.

Pour devenir membre de la plateforme, il faut acquérir au moins une part, qui coûte 50 euros, et qui donne droit à une voix lorsque des décisions doivent être prises.

« La e-community fait le lien entre les producteurs et consommateurs, entre les vendeurs et les acheteurs, car l’autarcie n’est pas une fin en soi de la transition énergétique, qui se base plutôt sur la notion de complémentarité. Le but est de promouvoir la production d’énergie renouvelable locale et de réduire autant que possible notre dépendance aux marchés internationaux et aux mouvements boursiers, ceci au prix le plus juste », souligne-t-il.

La plateforme, qui s’aligne sur les principes de l’économie du bien commun et s’inscrit dans le développement d’un approvisionnement énergétique décentralisé et durable entre les mains des citoyens, vise le statut de SIS (société d’impact sociétal).

Mélanie Trélat
Extrait du NEOMAG#57
Plus d’informations sur neobuild.lu

© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

Article
Article
Publié le jeudi 16 novembre 2023
Partager sur
Avec notre partenaire
Nos partenaires