Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
mobilité gratuite, gratuité des transports publics, premier bilan après un an, François Bausch, ministère de la Mobilité et des Travaux publics, LuxTram, CFL, Ville de Luxembourg, gouvernement Bettel, transport public durable, œuvrer pour une mobilité plus fluide et plus douce, coller aux besoins de la population résidente et frontalière, premier pays à offrir la gratuité des transports publics, fréquentation des trains, voyager en tram, usagers des transports publics
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un an de gratuité

Mobilité

Publié le
lundi 1er mars 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Ce lundi 1er mars, cela fait un an que le Luxembourg est entré dans l’ère des transports publics gratuits partout. Malgré la situation de pandémie et les confinements, les premiers bilans sont encourageants. Les garants de la mobilité, comme le tram et les CFL, assurent sur le terrain. La stratégie est sans doute la bonne. Aux usagers de renforcer le constat !

Le principe est simple, et particulièrement stratégique : investir dans le transport public durable, offrir la gratuité qui plus est, c’est œuvrer pour une mobilité plus fluide et plus douce, plus accessible et mieux coordonnée aussi, pour coller aux besoins de la population, résidente et frontalière, tout en donnant une impulsion claire et un signal fort.

Le Luxembourg le fait et, depuis le 1er mars 2020 (l’inauguration s’est faite le 29 février mais ça n’arrive pas chaque année), il est devenu rien de moins que le premier pays à offrir la gratuité des transports publics. Le premier au monde même, a-t-on pu lire un peu partout, et force est de constater qu’aucun autre État ne s’est inscrit en faux contre cette affirmation…

Monsieur Mobilité au rapport

En parallèle, le Grand-Duché a poursuivi, voire accentué, les gros efforts d’investissement dans les infrastructures et l’offre multimodale, pour améliorer la mobilité, question récurrente et lancinante dans une région-aimant sur le plan économique, notamment. Car tout est lié : mobilité, travaux publics, volonté politique, moyens investis… et suivi par les usagers !

De manière officielle, le ministère de la Mobilité et des Travaux publics célèbre, dans un communiqué, ce premier anniversaire de l’introduction de la gratuité des transports publics au Luxembourg. « Depuis le 29 février 2020, l’intégralité des transports publics est gratuite sur le territoire national et pour tous les modes de transport, qu’il s’agisse du tramway, des trains ou des bus. Cette mesure s’applique à tous les usagers, qu’ils soient résidents, travailleurs transfrontaliers ou touristes », rappelle opportunément le ministère, aux mains de François Bausch (déi Gréng).

Cet agent des CFL et militant écologiste est devenu le « Monsieur Mobilité » officiel, pour tenir ces rênes depuis des années au niveau de l’État (depuis fin 2018 au sein du gouvernement Bettel II, depuis 2013 même, dans le premier gouvernement Bettel, bleu-rouge-vert, puisqu’il avait auparavant le ministère du Développement durable et des Infrastructures, intimement mêlé à la mobilité), et avant cela au niveau local - conseiller communal de la Ville de Luxembourg de 1994 à 2005, puis premier échevin de 2005 à 2013.

Reste à voir comment cette gratuité se vit sur le terrain. Car il y a eu, en mars 2020, en guise de joyeux débuts pour la gratuité du transport public, un confinement généralisé ! « Nous vivons une situation particulière, également au niveau de la mobilité, avec le confinement et le télétravail… Il s’avère dès lors très difficile de faire un constat fiable », note le ministère.

Pour le tram, ça roule !

Il y a quand même des indicateurs significatifs. Le nombre d’usagers du tram, élément-phare de la stratégie d’interconnexion, est comptabilisé électroniquement, sur base mensuelle et en moyenne journalière. En février 2020, le tram a compté 31.000 passagers/jour en moyenne. En mars 2020, on est tombé à 1.400 usagers/jour. La brutalité du confinement ! Ensuite, la moyenne a repris une belle courbe ascendante, graduellement, sur le deuxième semestre 2020 et le début 2021, pour atteindre 38.000 voyageurs/jour en semaine.

Février 2021 a connu des pics de 42.000 personnes, « alors que la situation n’est pas encore rétablie en raison du recours au télétravail dans différents secteurs », note le ministère, analysant les chiffres.

Et du côté des CFL ? Pendant le premier confinement et les mois qui ont suivi, les services ont été assurés, « garants de la mobilité du Grand-Duché ». Il y a eu des adaptations temporaires du plan de circulation, puis un rétablissement total en juin 2020. Les trains et bus CFL n’ont pas cessé de circuler mais, en fin d’année 2020, le taux d’usagers à bord des trains avait baissé de près de 39%, comparé à fin 2019.

Les clés du système

Le ministère ne manque pas de remercier « tous les agents œuvrant sans arrêt dans les transports publics en cette période difficile, ainsi que les usagers qui nous font confiance tous les jours ! »

La confiance est une des clés. L’usage aussi, car si l’offre existe et que l’usager ne suit pas, ou pas assez, c’est tout le système qui en pâtit. Il faudra observer l’évolution des chiffres en 2021, et suivre aussi la multiplicité des améliorations apportées à la mobilité ainsi que la multiplication des initiatives par tous les acteurs concernés.

Alain Ducat

Plus d’informations sur le site « mobilité gratuite »

Revivre ici les grands moments de la journée, festive et musicale, du 29 février 2020

Photo : le 13 décembre 2020, en présence du grand-duc Henri (ici avec le ministre François Bausch et la députée-bourgmestre de Luxembourg Lydie Polfer), était inaugurée la liaison prolongée de Luxexpo et Pfaffenthal-Kirchberg vers la place de l’Étoile, jusqu’à la gare centrale. (Photo : Cour grand-ducale / Sophie Margue)

Publié le
lundi 1er mars 2021


Mobilité
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Mobilité


Nos partenaires Mobilité

Nos partenaires