Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
M. Galantucci, usager/résident de l’Asbl Tricentenaire, Tricentenaire, témoignages, situation de handicap, familles, organisation, adaptation, usager, autonomie, Covid-19, respect de la relation humaine, préconisations standards, secteur social au Luxembourg, économie sociale et solidaire, quotidien, confinement, déconfinement, monde du handicap
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Quotidien bouleversé, famille soudée (4/7)

Économie sociale et solidaire

Publié le
jeudi 14 mai 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Après avoir rencontré un jeune homme, puis un couple, tous hébergés en résidence au Tricentenaire, Infogreen a voulu aller plus loin dans ses rencontres et expériences « usager » en poursuivant la série « Covid-19 et handicap » aujourd’hui avec M. Marco Galantucci. Rencontre.

M. Galantucci est un homme de 24 ans en situation de handicap qui fréquente les services d’activités de jour de l’asbl Tricentenaire à Bissen, il est suivi par l’asbl depuis 2005. En raison de la fermeture des services, il est depuis le 13 mars confiné au domicile familial avec ses proches. Comment cette famille a-t-elle vécu l’annonce du Covid-19 et du confinement ? Quel a été l’impact de la pandémie sur leur vie quotidienne et quelle est leur vision de l’avenir ? Éléments de réponse.

/ /

Comment avez-vous vécu l’annonce du Covid et du confinement ?

La vie d’une famille avec une personne handicapée est très compliquée surtout quand il y a d’autres enfants. On essaie de mener une vie assez normale en tenant compte des restrictions sanitaires imposées. Et dans notre cas nous sommes toujours plus vigilants. Nous étions au courant des dangers de la pandémie COVID-19 avant l’annonce du confinement. Les mesures de confinement au Luxembourg et les restrictions dans les pays européens ont eu un lourd impact sur notre vie familiale.

Nous nous sommes tout de suite isolés et nous avons limité tous les contacts avec le monde extérieur.

Pour mieux protéger Marco, nous avons interdit à ses frères de nous rejoindre.

En plus de cela, Il s’ajoute l’inquiétude pour ses deux frères et le reste de la famille qui réside en Italie.

Le COVID-19 a influencé et influence lourdement les relations sociales.

Depuis lors, comment vivez-vous le confinement ?

Nous avons essayé d’organiser notre vie familiale pour réduire au minimum le risque de contagion du virus et assurer à Marco les thérapies et la mobilité dont il a besoin.

Dans la mesure du possible, nous utilisons pour nos achats les plateformes on line qui livrent à domicile et donc nous évitent les déplacements en grandes surfaces.

Marco reçoit trois fois par semaine la visite des kinésithérapeutes pour la mobilité et la respiration et chaque jour nous faisons une promenade ou un tour à vélo avec lui.

Notre vie quotidienne est dédiée à la satisfaction de ses besoins. Nous avons le sentiment d’être abandonnés et seuls pour faire face à la situation.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Nous aimerions dire que dans quelques semaines, quelques mois, le virus ne sera qu’un mauvais souvenir mais nous dirions un mensonge. Le virus a provoqué une plaie en nous-mêmes. Notre désir d’embrasser nos enfants et la famille est très fort mais le ferons-nous sans peur d’attraper cette maladie pour ensuite la transmettre ?

Cette expérience a créé une angoisse et dans l’avenir il subsistera toujours cette peur de reprendre une vie « normale ».

Nous espérons seulement une reprise du quotidien et une stabilité de la situation qui nous redonnent confiance et nous fassent oublier ces moments tristes.

Publié le
jeudi 14 mai 2020


Article de notre partenaire

Ateliers du Tricentenaire - Société coopérative
Économie sociale et solidaire
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Économie sociale et solidaire


Nos partenaires Économie sociale et solidaire

Nos partenaires