« Nous pouvons compter sur des modèles inspirants à travers le monde »

« Nous pouvons compter sur des modèles inspirants à travers le monde »

L’ONG Fairtrade Lëtzebuerg s’engage pour le développement d’un commerce équitable plus juste et plus durable avec les producteurs, productrices, travailleurs et travailleuses d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes. Les femmes y occupent une place importante. Rencontre avec Geneviève Krol, la directrice.

« Je rentre d’un magnifique voyage en Inde où l’égalité homme-femme est encore très compliquée. Nous avons cependant rencontré des partenaires engagés sur cette thématique. Ils nous ont expliqué que même si les organisations Fairtrade poussent à la diversité, grâce notamment aux comités de représentation des femmes, il existe encore des barrières culturelles extrêmement difficiles à surmonter en Inde. Néanmoins, j’ai rencontré des femmes très inspirantes. L’une est responsable dans l’atelier de confection de la découpe alors que c’est un poste traditionnellement masculin. L’autre développe actuellement sa propre activité pour promouvoir le compostage ménager.

 Jean-Louis Zeien, Divine Fulutuni et Geneviève Krol
Jean-Louis Zeien, Divine Fulutuni et Geneviève Krol - ©Fairtrade

Du côté de la Côte d’Ivoire, au niveau des coopératives de cacao Fairtrade, l’évolution des mentalités est plus présente grâce notamment à la mise en place par Fairtrade Africa de l’école de Leadership des femmes. « Les femmes constituent 25 % des producteurs de cacao, alors qu’elles représentent 68 % de la main-d’œuvre. Par contre, elles ne reçoivent que 15 % du revenu du cacao. Il y a donc une énorme inégalité. C’est pour cette raison que dans l’ADN du commerce équitable, nous avons des critères spécifiques pour l’égalité des femmes. Une des clés au niveau des producteurs, c’est l’accès des femmes à la propriété terrienne. Sans cet accès, elles vont avoir énormément de mal pour obtenir des revenus. Il faut donc les encourager. »

Le commerce équitable, un levier pour les droits des femmes

Les femmes sont vraiment omniprésentes dans le système Fairtrade. « Actuellement, la gouvernance du mouvement Fairtrade est menée par des femmes. Ça a beaucoup changé au cours des dernières années. Leurs arrivées ont renforcé notre volonté d’émanciper les femmes et de leur donner beaucoup plus de poids dans toutes les discussions au niveau international. » Effectivement, les femmes représentent 80 % de la main-d’œuvre agricole dans les pays en développement alors qu’elles sont privées de leurs droits. Elles sont beaucoup plus exposées à la pauvreté. C’est pour cela que Fairtrade lutte contre ces discriminations en prônant l’égalité entre hommes et femmes dans les organisations.

Les productrices et responsables de coopératives Fairtrade sont vraiment des sources d’inspiration. Bien qu’elles soient confrontées à cette non-parité d’un point de vue culturel, elles mènent un combat quotidien pour avoir leur place. Que cela soit en Amérique Latine, en Afrique ou en Asie, elles participent vraiment à la construction de la place de la femme dans la société. En tant qu’équipe majoritairement féminine au Luxembourg, elles nous motivent à sensibiliser et à parler du commerce équitable. Nous savons que sur d’autres continents, il y a des femmes qui sont extrêmement fortes et qui ont besoin de notre travail de sensibilisation ici. »

Geneviève Krol
Geneviève Krol - @Fanny Krackenberger

Justement, revenons au Luxembourg. Avez-vous déjà dû faire face à certains comportements déplacés ? « Dans l’ensemble, tout se passe très bien. Par contre, en 2023, une de mes collègues a vécu un événement assez triste, en face d’un CEO d’une grande société. Ce dernier lui a fait remarquer que la place des femmes était pour réaliser des « petites tâches ». Ma collaboratrice était extrêmement choquée. Comme elle était jeune et respectueuse pour les autres personnes autour de la table, elle n’a pas osé mettre fin à la discussion. Mais selon moi, elle aurait dû le faire, histoire de mettre en lumière ce manque de respect. Cette mésaventure a été beaucoup thématisée en interne. Il faut imposer le respect mutuel. Sans ça, nous ne pouvons pas créer de partenariats. C’est dommage de faire face à ce genre de comportement ou de remarque à notre époque. »

Chez Fairtrade Lëtzebuerg, l’équipe est majoritairement féminine. Que pensez-vous des quotas ? « J’ai toujours eu un regard critique sur les quotas. D’autant plus que quand nous parlons de quotas, il faut que ça soit aussi équitable dans les deux sens ! Je préfère recruter la personne, l’être humain, que ce soit un homme ou une femme, qui corresponde vraiment aux attentes de l’ONG et qui apporte un plus au niveau de l’équipe. À cause de certains quotas, nous pouvons passer à côté de très bons profils. Il faut cependant souligner et valoriser le fait que plusieurs obligations ont fait progresser la place de la femme à certains postes de gouvernance, ce qui est naturellement très positif. Le tout est de ne pas être extrémiste. À partir du moment où tu le deviens, tu es contre-productif. Et notre idée, en fin de compte, en tant qu’être humain, en tant que femme, c’est vraiment d’avoir une mixité qui nous permette de progresser tous ensemble et de représenter toutes les personnes pour que l’on puisse bien comprendre les besoins et les désirs de chacun. C’est cette mixité qui nous fera grandir. »

Propos recueillis par Sébastien Yernaux
Photos : ©Fairtrade
Article tiré du dossier du mois « Regards de femmes »

Article
Article
Publié le vendredi 26 janvier 2024
Partager sur
Avec notre partenaire
Nos partenaires