Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
mobilité douce, Al Bréck, pont-viaduc à Luxembourg, Commission pour la coopération avec l’UNESCO, Ville de Luxembourg, Administration des Ponts et chaussées, Mobilité et Travaux publics, investissements dans les infrastructures, passerelle de liaison ville-gare, passerelle pour la mobilité douce, voie réservée au bus, chantier du tram, piste cyclable, aménagement pour les piétons, circulation des usagers faibles, fluidité du trafic
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le « Vieux Pont » tout neuf pour la mobilité douce

Mobilité

Publié le
vendredi 18 septembre 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Liée au patrimoine et, notamment, aux chantiers du tram en Ville, la passerelle pour mobilité douce « Al Bréck » a été inaugurée. Nouvelle voie de bus en service, trottoir élargi, garde-corps, passage piétons : le coût total des travaux dépasse les 11 millions d’euros.

On l’appelle « Al Bréck » - le vieux pont - ou le pont viaduc, ou simplement la passerelle, malgré son gabarit et sa stature patrimoniale. Au cœur de Luxembourg, cette passerelle emblématique relie la Ville Haute au quartier de la Gare. Un axe de mobilité central ! En première ligne, notamment dans le cadre de la réalisation du tram, il avait besoin d’aménagements, orientés sur la mobilité douce.
/

La passerelle est à nouveau accessible, aux vélos, aux piétons. L’inauguration officielle des nouveaux aménagements a eu lieu, en présence de François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Mobilité et des Travaux publics, de représentants de la Ville de Luxembourg ainsi que de l’Administration des ponts et chaussées et des entreprises.

Des défis relevés

Pour un concept global, l’aménagement d’une voie de bus supplémentaire sur le Al Bréck s’avérait indispensable. Il fallait maintenir la circulation des bus dans le sens du centre-ville vers la gare, tout en gardant les 2 voies de circulation actuelles dans le sens gare-ville. Cette modernisation incluait également l’amélioration de la mobilité et de la fluidité, en toute sécurité, pour les cyclistes et les piétons sur le long de l’ouvrage, côté amont, ainsi que le maintien de la circulation des piétons sur le trottoir aval.

François Bausch a tenu à rappeler que ce chantier présentait « plusieurs défis au vu de sa situation au cœur de la Ville de Luxembourg et du fait que le tronçon concerné est un des plus utilisés par les cyclistes au centre-ville. La nouvelle piste cyclable séparée est un grand atout pour tous les usagers ».

Et ce n’est pas fini

Il faut aussi respecter le patrimoine dans ces quartiers où des pans entiers sont labellisés par l’Unesco. Ainsi, il a fallu se concerter avec la commission ad hoc pour incorporer au garde-corps de la passerelle un système anti-suicide, encore provisoire.

Les travaux avaient débuté en octobre 2018. Dès novembre 2019, la nouvelle voie de bus était mise en service.
/
La mise à disposition du trottoir élargi est à présent chose accomplie. Sans doute pour le plus grand bonheur des usagers, tous véhicules confondus, et en particulier des cyclistes dont les chiffres montrent qu’ils sont de plus en plus nombreux dans la capitale.

On peut noter que les travaux concernant le passage pour piétons de l’autre côté du pont doivent commencer sous peu. Le bout du chantier - et du calvaire, penseront les moins patients - est annoncée pour décembre 2021.

Au total, le coût des travaux se monte à 11,2 millions d’euros.

Alain Ducat

Photo (Points et Chaussées) : L’inauguration de la passerelle pour mobilité douce « Al Bréck », le 16 septembre - David Lutty (Jan de Nul) ; Frédéric de Oliveira (Ponts et chaussées) ; Gilles Didier (Ponts et chaussées) ; Simone Beissel (Ville de Luxembourg) ; François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Mobilité et des Travaux publics ; Carlo Back (Chambre des députés), Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg ; Maurice Bauer (Ville de Luxembourg) ; Patrick Goldschmidt (Ville de Luxembourg) ; Tom Krieps (Ville de Luxembourg) ; Colette Mart (Ville de Luxembourg) ; Robert Philippart (Commission pour la coopération avec l’UNESCO)

Publié le
vendredi 18 septembre 2020


Mobilité
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Mobilité


Nos partenaires Mobilité

Nos partenaires