Traitement des déchets non-recyclables, non-inertes et non-dangereux en les transformant en granulats à intégrer dans le béton non-structurel ou la grave-bitume.

La fossilisation accélérée, une solution de traitement des déchets ultimes

L’entreprise française Néolithe a développé un procédé de traitement des déchets non-recyclables, non-inertes et non-dangereux en les transformant en granulats à intégrer dans le béton non-structurel ou la grave-bitume.

6 % des émissions de gaz à effet de serre sont dues au traitement des déchets, 30 millions de tonnes de déchets sont enfouies ou incinérées et 450 millions de tonnes de granulats sont consommées chaque année. Partant de ce triple constat, Néolithe a inventé une technologie innovante qui se pose comme une alternative durable à l’enfouissement et à l’incinération, en ce sens qu’elle permet de réduire de près de 200 % l’empreinte carbone de la gestion des déchets.

La fossilisation accélérée – c’est le nom de ce procédé – se déroule en plusieurs étapes. La première consiste à réaliser un tri soigneux des déchets pour en extraire ceux qui sont non-recyclables, non-inertes et non-dangereux (type déchets issus des activités économiques, encombrants et tout-venant de déchetterie, entre autres). Cette matière première est ensuite broyée pour obtenir des particules très fines (entre 0 et 500 microns), appelées Fossilisat®, qui seront mélangées à des liants mis au point et produits par Néolithe. Ce procédé permet de minéraliser la matière et d’obtenir une « pâte à modeler » qui sera façonnée pour devenir des granulats d’Anthropocite® de la forme et de la densité souhaitée.

Les granulats constituent à la fois une ressource pour le secteur du bâtiment et des travaux publics et des puits de carbone séquestrant la partie biogénique contenue dans le déchet. Ils ont une empreinte négative : pour une tonne de granulats produite, 337 kg de CO2 équivalent y sont stockés. Ils peuvent se substituer à des granulats naturels issus des carrières pour une utilisation en béton non-structurel ou en grave-bitume, sans risque technique ou environnemental.

Les Fossilisateurs® dans lesquels ils sont produits peuvent traiter jusqu’à 100 000 tonnes de déchets par an. Le processus, entièrement mécanique, ne nécessite aucune chauffe et n’émet aucune émission, que ce soit en termes d’odeurs, de fumées ou d’eaux usées.

Par Mélanie Trélat
Photo : Néolithe / ©RadioFrance

Article
Article
Publié le mercredi 20 décembre 2023
Partager sur
Nos partenaires