Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Le Tricentenaire, Ateliers du Tricentenaire, projet Heisdorf, Christophe Lesuisse, ministère de la Famille, appel aux dons, personnes en situation de handicap, activités de jour pour jeunes en situation de polyhandicap, appel à la générosité, mécénat, atelier protégé
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Heisdorf II - Le Tricentenaire : un projet de vie à soutenir

Économie sociale et solidaire

Publié le
vendredi 11 septembre 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Et si l’on pouvait aider, en quelques clics, au financement d’un centre d’hébergement pour personnes en situation de handicap ? C’est le nouveau défi du Tricentenaire, qui lance un appel aux dons, sous forme de briques valant 5 euros chacune, pour qu’émerge Heisdorf II.

Heisdorf II, c’est le projet résidentiel que l’asbl Le Tricentenaire attend depuis un bout de temps. La deuxième partie du projet, indispensable à la mission de l’association qui accompagne des personnes en situation de handicap, enfants, ados, adultes, et qui, par le biais des Ateliers du Tricentenaire - la société coopérative - met à la disposition de travailleurs en situation de handicap un emploi rémunéré, en ateliers protégés, au sein d’une unité économique de production, en adéquation avec les aspirations professionnelles ainsi que les compétences de chacun, et ce dans le respect des valeurs du groupe Tricentenaire.

Mais il faut aussi prendre en charge ces personnes, les héberger, les encadrer dans un lieu de vie, dans la quête d’une autonomie la plus accomplie possible, selon le handicap de chacun. Un lieu de vie indispensable et où la plupart des résidents demeurent longtemps, ce qui fait que le besoin en hébergements va croissant. Les candidatures à la résidence sont nombreuses et les places disponibles pas assez : 93 lits pour adultes en situation de handicap, alors que la liste d’attente s’allonge, dépassant la centaine de demandes, émanant de personnes que l’on doit, faute de place en institution spécialisée, loger ailleurs, dans des centres hospitaliers ou de revalidation par exemple.

Le besoin ne cesse donc de grandir.

Le temps suspendu

L’occupation provisoire des pavillons des Sœurs de la Doctrine Chrétienne à Heisdorf avait permis de répondre aux besoins de 16 personnes (2 groupes de vie de 8 résidents) depuis 2010. Et, dans le cadre des 150 ans du Diocèse au Luxembourg, l’Église a soutenuun appel aux dons pour la construction d’un foyer d’hébergement dans le parc.

/

« Le projet Heisdorf II ne s’est jamais arrêté, même si on en parle depuis plus de 10 ans », témoigne Christophe Lesuisse, directeur général du Groupe Tricentenaire. « La démarche de co-construction avait enfanté un avant-projet, puis un projet ficelé, au gré d’un parcours administratif et des contraintes diverses qui encadrent un tel dossier. On ne construit pas une résidence pour des personnes en situation de handicap en quelques coups de crayon ».

On notera le travail d’ingénierie, de conseil et d’architecture réalisé par les entreprises Betic et Coeba

/

Le vrai jalon survenait le 13 mars, avec la signature apposée par le ministère de la Famille sur l’indispensable convention d’agrément et de co-financement.

Quelques jours plus tard, tombait le confinement, suspendant le temps… et les possibilités d’avancer.

40 unités de logement

Parmi les avatars de ce « temps mort » - durant lequel le Tricentenaire a bien entendu maintenu le service à l’égard de ses résidents et pensionnaires, dans des conditions pas toujours évidentes -, l’impossibilité d’organiser la kermesse annuelle, prévue en juin, et dont les bénéfices auraient été affectés au projet. Un apport bien utile, en renfort des legs, dons, soutiens ou mécénats sur lesquels le Tricentenaire peut compter.

Financièrement, le projet est lourd. Le coût frise les 18,3 millions, les coûts admissibles en tout cas, qui ne comprennent pas, par exemple, les abords extérieurs ou les panneaux photovoltaïques prévus sur les toitures. Le ministère de tutelle garantit un financement à hauteur de 70%, soit 12,8 millions d’euros. Les besoins en fonds propres restent criants pour l’asbl, dont le projet retenu prévoit 40 unités de logement pour adultes (5 groupes de vie de 8 personnes en situation de handicap physique de grande dépendance, soit 40 lits), ainsi qu’un service d’accueil et d’activités de jour, pour 20 enfants et jeunes en situation de polyhandicap.

La générosité de tous

« Nous sommes continuellement à la recherche de solutions mais seule une extension des possibilités d’hébergement peut apporter des perspectives à long terme. Seule la générosité de tous permettra de concrétiser ce projet crucial pour les personnes en situation de handicap et leurs familles », précise Elisabete Nobrega, directrice de l’hébergement.

Alors l’appel aux dons, sous formes de briques représentant 5 euros, est réactivé. On peut se rendre sur la page Facebook du Tricentenairehttps://www.facebook.com/tricentenaire où un bouton permet d’effectuer le don sur un système de paiement sécurisé.

On peut aussi – et c’est sans doute mieux pour des dons plus conséquents – virer la somme voulue sur le CCPL : IBAN LU42 1111 0011 8016 0000 (Bic : CPPLLULL) avec la mention « Projet résidence Heisdorf », ce qui donnera lieu à l’envoi d’une attestation de don, déductible fiscalement.

Alain Ducat

Publié le
vendredi 11 septembre 2020


Article de notre partenaire

Ateliers du Tricentenaire - Société coopérative
Économie sociale et solidaire
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Économie sociale et solidaire


Nos partenaires Économie sociale et solidaire

Nos partenaires