Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
surveillance du CAMS, sensibilisation aux impacts, feux de forêt, émissions de fumée, effets de la pollution atmosphérique, pollution de fumée, santé, environnement, évènements météorologiques, incendies de forêt, Indonésie, biosphère, CO2, brouillard toxique
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Gigantesques feux de forêt en Indonésie

Santé-Environnement

Publié le
vendredi 27 septembre 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le Service de surveillance de l’atmosphère de Copernicus observe l’étendue des feux de forêt dans toute l’Indonésie ainsi que la pollution engendrée.

Alors que de nombreux feux de forêt font rage en Indonésie et que des milliers de kilomètres carrés de terres écologiquement importantes sont brûlés, causant un brouillard toxique, le Service de surveillance de l’atmosphère de Copernicus (CAMS) révèle comment il a surveillé ses effets.

Le CAMS, mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme pour le compte de l’Union européenne, révèle ses prévisions de valeurs très élevées et persistantes d’une série de polluants en Indonésie et sur le continent maritime.

En utilisant le CAMS Global Fire Assimilation System, les données du service montrent que les émissions quotidiennes estimées d’équivalent CO2 atteignent un niveau similaire à celui des incendies dévastateurs de la même période en 2015. Jusqu’à présent, le total pour la région cette année (du 1er août au 18 septembre) est d’environ 360 mégatonnes de CO2, à comparer aux 400 mégatonnes pour la même période en 2015. Les données montrent également que ces derniers jours, l’activité en Indonésie, en particulier à Kalimantan, a été nettement supérieure à la moyenne 2003-2018. La qualité de l’air est jugée aussi mauvaise que lors des incendies de 2015.

/

La fumée des feux de forêt pollue l’air en Malaisie et dans les États voisins, menaçant la santé de la population locale ainsi que les forêts naturelles et la faune sauvage. On pense que les incendies ont été allumés délibérément afin de défricher des terres pour l’agriculture, en particulier pour le papier et l’huile de palme.

Mark Parrington, responsable scientifique du CEPMMT au Service de surveillance atmosphérique de Copernicus (CAMS), commente : « Nous surveillons de près l’intensité des feux de forêt et la fumée qu’ils dégagent. Environ la moitié de la saison des incendies locaux étant passée, il est clair que ces incendies sont inhabituels et qu’ils sont très préoccupants. En Indonésie, la combustion de la tourbe, qui peut couver à basse température et sous terre, est la préoccupation la plus importante car elle libère du carbone qui est stocké depuis des dizaines ou des milliers d’années. Une partie de ce carbone sera à nouveau absorbée par la biosphère, mais cela est difficile à estimer en temps réel. Les niveaux de pollution très élevés et persistants en Indonésie et sur le continent maritime observés et prévus par le CAMS constituent sans aucun doute une menace pour la santé humaine, la flore et la faune ».

/

En plus de la destruction et des risques d’incendie de forêt, la pollution de fumée pose un risque grave pour la santé non seulement à proximité, mais aussi loin de la source, en raison de son transport par le vent sur des centaines voire des milliers de kilomètres. La fréquence des incendies de forêt de haute intensité a augmenté dans certaines parties du monde, en partie en raison des évènements météorologiques extrêmes comme la sécheresse prolongée, les conditions chaudes et sèches représentant l’un des facteurs de risque les plus importants. De plus, les feux de forêt sont responsables d’une pollution atmosphérique beaucoup plus importante que les émissions industrielles, car ils produisent une combinaison de particules, de monoxyde de carbone et d’autres polluants.

Le CAMS surveille les incendies dans le monde et fournit des estimations des émissions qu’ils provoquent à l’aide d’instruments installés sur des satellites et de données in situ. Les émissions estimées sont combinées avec le système de prévisions météorologiques du CEPMMT, qui modélise le transport et la composition chimique des polluants atmosphériques, pour prévoir comment la qualité globale de l’air sera affectée jusqu’à cinq jours à l’avance.

La surveillance du CAMS joue un rôle important dans la sensibilisation aux impacts à plus grande échelle des feux de forêt et des émissions de fumée, ce qui peut aider les organisations, les entreprises et les particuliers à planifier en prévision des effets de la pollution atmosphérique.

Pour plus d’informations : https://atmosphere.copernicus.eu/ch...
Crédit photo : iStock Émissions de fumée provenant de feux de forêt.

Publié le
vendredi 27 septembre 2019


Santé-Environnement
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Santé-Environnement


Nos partenaires Santé-Environnement

Nos partenaires