Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
coronavirus, COVID-19, énergies renouvelables, combustibles fossiles, électricité, énergie, éolienne, solaire, énergie éolienne, solaire, hydraulique et la biomasse, Europe, CORDIS, élimination progressive du charbon, politiques climatiques fortes
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Europe et énergie : plus de renouvelable que de fossile

Énergie

Publié le
mardi 9 février 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Selon un nouveau rapport, l’UE a produit en 2020 plus d’énergie à partir de sources renouvelables qu’à partir de combustibles fossiles.

L’Europe a pour ambition de devenir le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici 2050. Cet objectif très ambitieux semble plus près de se concrétiser maintenant que les énergies renouvelables ont supplanté les combustibles fossiles pour devenir la principale source d’électricité de l’UE.

Selon un rapport publié récemment, l’énergie éolienne, solaire, hydraulique et la biomasse ont permis de répondre à 38 % des besoins en électricité de l’UE en 2020, contre 34,6 % en 2019. Les combustibles fossiles sont tombés à 37 %. Co-publié par les groupes de réflexion Agora Energiewende et Ember, le document « compile et analyse la production d’électricité de chaque pays de l’UE pour l’année 2020, suivant la transition de l’Europe en matière d’électricité. »

Une étape importante dans la transition vers une énergie propre

« L’éolien et le solaire commencent véritablement à transformer le système électrique européen » a déclaré Dave Jones, auteur principal et analyste principal de l’électricité chez Ember, à « Forbes ». « Ils ont fourni en moyenne un cinquième de l’électricité européenne l’année dernière, mais dans certains pays et à certaines heures, la pénétration est encore plus élevée. »

Se pourrait-il que 2020 ait été une simple anomalie imputable au coronavirus ? « Nous saurons bientôt s’il y aura un petit rebond des combustibles fossiles en 2021 en Europe », a expliqué Dave Jones. « Je suis prêt à parier que nous assisterons à une nouvelle baisse, et que de nouvelles énergies éoliennes et solaires compenseront la reprise de la demande d’électricité à des niveaux pré-COVID. S’il y a une petite reprise en 2021, elle sera faible et temporaire. »

« Il est significatif que l’Europe ait atteint ce moment historique au début d’une décennie d’action mondiale en faveur du climat », a souligné David Jones dans un communiqué de presse d’Agora Energiewende. « La croissance rapide de l’éolien et du solaire a entraîné le déclin du charbon, mais ce n’est que le début. L’Europe repose sur l’éolien et le solaire pour garantir non seulement l’élimination progressive du charbon d’ici 2030, mais aussi pour éliminer progressivement la production de gaz, remplacer les centrales nucléaires qui ferment, et répondre à la demande croissante d’électricité des voitures électriques, des pompes à chaleur et des électrolyseurs. »

Pratiquement tous les pays de l’UE ont connu une baisse de production du charbon. L’électricité européenne est ainsi devenue 29 % plus propre qu’en 2015. En 2020, les centrales éoliennes et solaires représentaient 20 % de la production d’électricité de l’UE. Le Danemark (61 %), l’Irlande (35 %), l’Allemagne (33 %) et l’Espagne (29 %) venaient en tête. La demande d’électricité a diminué de 4 % en 2020.

Un long chemin à parcourir pour atteindre les objectifs verts

« La reprise économique après la pandémie ne doit pas ralentir la protection du climat », déclare le Dr Patrick Graichen, directeur d’Agora Energiewende. « Nous avons par conséquent besoin de politiques climatiques fortes – telles que le Pacte vert – pour assurer des progrès constants. »

2020 a été une année charnière grâce à la croissance rapide de l’éolien et du solaire, qui a presque doublé depuis 2015. L’UE ne doit néanmoins pas encore se reposer sur ses lauriers. « La transition du charbon vers une énergie propre est cependant encore trop lente pour atteindre une réduction de 55 % des gaz à effet de serre d’ici 2030 et la neutralité climatique d’ici 2050 », indique le rapport. « Il est encourageant de constater que l’énergie éolienne et solaire a augmenté de 51 térawattheures en 2020, soit bien plus que la moyenne de 2010-2020, malgré l’impact de la COVID-19. L’AIE [Agence internationale de l’énergie] prévoit une croissance record de la capacité éolienne et solaire en 2021. Les pays de l’UE doivent néanmoins renforcer considérablement leurs engagements pour 2030. »

Source : CORDIS
Photo : © petrmalinak, Shutterstock

Publié le
mardi 9 février 2021


Énergie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Énergie


Nos partenaires Énergie

Nos partenaires