Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
construction durable, compteurs individuels, compteurs énergétiques, consommation intelligente, mesure, décompte de la consommation en chauffage, eau chaude, eau froide, Neomag, IFSB
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Des compteurs individuels lisibles à distance pour plus d’efficacité

Architecture & construction

Publié le
mercredi 20 mars 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

ista Luxembourg accompagne les projets immobiliers en installant des compteurs énergétiques lisibles à distance, pour une facturation équitable et une consommation intelligente.

Interview de Joachim Colles, Country Manager et Adelaide Wampach, Operations Manager d’ista Luxembourg Sarl

Qui est ista Luxembourg et quels sont les services proposés par l’entreprise ?

Joachim Colles : ista est un fournisseur de services dans le secteur immobilier pour la mesure et le décompte de la consommation en chauffage, eau chaude, eau froide ainsi que l’installation des détecteurs de fumée. En bref, tout ce qui touche à la gestion énergétique des bâtiments, dans le but d’une plus grande efficacité énergétique et d’une utilisation responsable des ressources. La maison mère est basée en Allemagne et compte globalement près de 5 500 collaborateurs dans 24 pays.

Adelaide Wampach : La filiale luxembourgeoise a été établie en 1969 et depuis 2006 sous l’appellation ista Luxemburg GmbH, et plus récemment ista Luxembourg Sàrl. Nous fêtons donc cette année les 50 ans de la filiale luxembourgeoise ! Notre équipe compte actuellement 40 personnes. Malgré l’aspect très technique de notre travail, nous avons la chance d’avoir une équipe mixte. Au Luxembourg, notre marché représente 45 % du marché des appartements et plus de 300 000 compteurs installés sur le territoire. Nous effectuons aussi la lecture et le décompte.

Comment vos services s’adaptent-ils à la digitalisation du secteur ?

J.C. : Nous travaillons, depuis plusieurs décennies déjà, avec des systèmes de lecture à distance. Il y a une vingtaine d’années, les données passaient par radiofréquence du compteur au receveur, lui-même connecté par l’Ethernet. Nous travaillons actuellement en communication bidirectionnelle via Internet, ce qui est unique sur le marché. Un compteur est ainsi capable de communiquer avec plusieurs autres compteurs. Notre serveur transfère les données de consommation toutes les semaines.

A.W. : C’est le seul système bidirectionnel sous cette forme qui existe au Luxembourg.

J.C. : ista est également la seule société de décompte qui dispose de ses propres équipes de développement et qui produit directement tous ses produits. Notre équipe travaille actuellement sur une nouvelle gamme d’objets connectés (IoT) avec une nouvelle forme de communication via le réseau 5G. Le produit est connecté directement, sans passage par un receveur (SGW).

Quelles sont les exigences légales en matière de compteurs individuels dans les appartements au Luxembourg ?

J.C. : Il n’y a actuellement pas de loi. Les décisions sont prises directement par les propriétaires. Nous conseillons toujours d’individualiser les compteurs afin que chaque occupant paye sa propre consommation.
C’est important non seulement pour éviter qu’une personne paye plus que ce qu’elle ne consomme, mais également pour pouvoir mesurer et améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments.

A.W. : Actuellement, une grande partie des résidences au Luxembourg dispose de ces instruments de mesure, mais tant qu’il n’y a pas de législation, il n’y a pas d’obligation, et donc certains propriétaires ne font pas la démarche.

J.C. : Il y a une volonté dans le pays de pousser à l’efficacité énergétique avec l’obligation depuis 2017 de construire des bâtiments passifs et, dès 2020, des bâtiments zéro énergie. Mais ma crainte est que dans ces bâtiments, les propriétaires ne prévoient plus aucun décompte. Or, il est très important de mesurer précisément les flux d’énergie dans ces constructions – qu’elle soit solaire, photovoltaïque ou autre – d’une part pour que chaque propriétaire ou locataire comprenne comment le bâtiment fonctionne et l’utilise correctement, et d’autre part pour savoir où le pays se situe par rapport aux buts nationaux de diminution de la consommation énergétique. Un bâtiment passif est conçu pour une température de vie de 20 °C, alors que de nombreuses personnes ont l’habitude de vivre avec 24-25 °C, ce qui n’est bon ni pour le bâtiment ni pour l’environnement.
Notre priorité, notre motivation, c’est l’efficacité énergétique. Je vois ista comme un grand partenaire dans la protection climatique. En Allemagne, par exemple, nous avons permis d’économiser 350 millions de tonnes de CO2 avec une facturation sur base de la consommation. Au Luxembourg, dans les bâtiments anciens et neufs, il y a encore beaucoup de possibilités d’améliorer l’efficacité énergétique. Notre travail apporte une plus-value à l’immeuble.

Les normes européennes favorisent-elles l’emploi de compteurs connectés dans les habitations ?

J.C. : Des changements à la directive européenne relative à l’efficacité énergétique (EED), datant de 2012, ont été validés fin décembre à Bruxelles.
La nouvelle EED a été publiée au Journal officiel de l’UE le 21 décembre 2018 et entre en vigueur en janvier 2019. Tout État membre veillera à mettre en place des lois nationales.
Cette présente directive établit un cadre commun de mesures pour la promotion de l’efficacité énergétique dans l’UE en vue d’assurer la réalisation des objectifs principaux consistant à améliorer l’efficacité énergétique de 20 % d’ici à 2020 et d’au moins 32,5 % d’ici à 2030.
Le 25 octobre 2020 au plus tard, les compteurs de chaleur et les répartiteurs de frais de chauffage récemment installés devront être lisibles à distance afin de garantir que les consommateurs disposent fréquemment des données relatives à leur consommation. Tous les compteurs ista sont déjà capables d´enregistrer ces données. Les dispositifs lisibles à distance ne nécessitent donc pas d’accéder aux unités ou appartements individuels pour être lus.

A.W. : Tout cela est important car, à l’avenir, si les émissions de CO2 du consommateur sont trop élevées, il devra payer pour ce surplus. Nous entrons véritablement dans une logique de pollueur-payeur.

J.C. : Nous sommes actuellement en contact avec les institutions responsables afin de partager nos connaissances du métier. Nous souhaitons travailler avec tous les autres corps de métier impliqués, pour implémenter une législation nationale. Actuellement, l’installation des compteurs intervient uniquement en toute fin de chantier, nous aimerions que la réflexion se fasse tout en amont du projet, afin d’éviter des manques de compteurs ou à l’inverse, l’installation de compteurs inutiles.
/
Marie-Astrid Heyde
NEOMAG#20
© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

Publié le
mercredi 20 mars 2019


Article de nos partenaires

NEOMAG
Institut de Formation sectoriel du Bâtiment (IFSB)
Architecture & construction
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires