Valérie Marx, gestionnaire de projet en économie circulaire, ex BENU Village à Esch sur Alzette

BENU Village en liquidation judiciaire : le personnel s’organise autour d’une reprise

Valérie Marx, employée de l’éco-village eschois, livre la voix empreinte d’émotion un plaidoyer pour sauvegarder le travail accompli et le savoir-faire de la quarantaine de collaborateurs. Plus convaincus que jamais de son bien-fondé, ils ont décidé de proposer un redémarrage du projet en y apportant des gages de viabilité.

Devant le parterre de partenaires du réseau in4green réunis dans le Grund, au Luxembourg Center for Architecture (luca), Valérie Marx, représentante informelle du personnel rappelle en préambule l’ampleur des réalisations du projet BENU et donc, l’ampleur des dégâts : « l’éco-village BENU basé à Esch-sur-Alzette recense un atelier de menuiserie, un atelier de confection textile, des ateliers du SNJ (Service National de la Jeunesse), un espace évènementiel important, des bureaux, un restaurant zéro déchet. Cela fait quand même beaucoup pour une petite association. »

Des collaborateurs pas comptables d’une gestion unilatérale

Valérie Marx confie ensuite que les employés se désolidarisent d’une direction qui ne les a jamais inclus dans la gestion financière qui les a menés dans cette situation.

Ces problèmes de gestion pointés par un expert indépendant mandaté par le Ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement Durable ont conduit celui-ci comme la Ville d’Esch-sur-Alzette à ne pas renouveler des subventions salvatrices.

« BENU est en train de mourir et se retrouve en liquidation judiciaire. On sait qu’il y a de moins en moins de ressources et on continue pourtant de surconsommer. C’est vraiment important de montrer qu’il existe des alternatives et le village déborde de ces alternatives », poursuit celle qui est venue chez BENU Village par « passion pour les valeurs de l’économie circulaire qu’il véhiculait ».

L'atelier textile du BENU Village désormais en liquiditation judiciare
L’atelier textile du BENU Village désormais en liquiditation judiciare - Fanny Krackenberger

Agitateur d’idées, acteur de sensibilisation

« Nous parlons de construction durable, je ne vous cite que quelques-uns de nos exemples : le village utilise un maximum de matériaux d’occasion et de matériaux naturels tels la paille, l’argile ou le miscanthus, etc. » Le projet pilote a toujours privilégié la réutilisation et tous ces matériaux « ont créé un village à l’architecture singulière mais joyeuse ».

La gestionnaire de projet en économie circulaire décrit la philosophie qui entoure cette conception audacieuse : « le but de l’éco-village est d’inspirer les gens, non de les culpabiliser, ce que les médias font trop souvent » mais déplore dans le même temps que « l’association soit restée centrée sur le milieu associatif car la sensibilisation doit se faire à une échelle plus large ».

C’est pourquoi, le personnel de BENU vise dans sa relance, « autant les écoles, les entreprises, les associations que les institutions au travers de ses différentes activités et toujours dans l’exemple concret de ce qui a été réalisé. »

Attirer l’attention des pouvoirs publics et des investisseurs privés

Où en sommes-nous aujourd’hui ? « Nous cherchons à rencontrer les institutions publiques, la commune d’Esch-sur-Alzette et le nouveau ministère de l’Environnement, du Climat et de la Biodiversité puisque ce sont eux qui nous ont soutenus financièrement jusqu’à présent. Pour ce faire, ils ont besoin d’un véritable interlocuteur.

Dans ce but, le personnel est en train de constituer une nouvelle petite association pour être ce partenaire interlocuteur. »

Mais la porte-parole n’est pas dupe : « c’est encore insuffisant pour faire grandir un projet. »

Elle précise alors les perspectives qui crédibilisent la proposition.

S’appuyer sur l’expérience et le réseau des employés pour redémarrer l’activité

« En s’appuyant sur les relations que nous avons développées avec les fournisseurs, certaines associations, un écosystème que nous avons autour de nous et une gestion scrupuleuse, nous voyons beaucoup de débouchés dans différents domaines, de nombreuses manières de faire croître le chiffre d’affaires et rendre le projet viable.

Nous avons des locaux, un personnel qui sait déjà travailler ensemble dont la qualité des prestations est reconnue et pour lesquelles il n’y a que d’excellents retours. Nous croyons à la pérennité de ce projet.

Nous voyons aussi que les entreprises de façon générale recherchent à investir, à organiser des événements et développer des partenariats. Ce que nous pouvons vous offrir aujourd’hui, c’est l’opportunité de travailler sur le futur. »

L'architecture colorée et les matériaux recyclés du BENU Village
L’architecture colorée et les matériaux recyclés du BENU Village - Fanny Krackenberger

Suivez et soutenez le projet de relance de BENU Village

Une page dédiée a été créée par l’équipe autogérée pour suivre les avancées du plan de redémarrage dans la capitale des Terres Rouges.

Rendez-vous dès maintenant sur la page du personnel 👉 We are BENU Village Esch

Elle rappelle les valeurs prônées par BENU : responsabilité sociale, excellence écologique et production locale.

Il serait désastreux de voir une vision globale d’économie circulaire disparaître alors que les fondations, l’expérience et les compétences des équipes ne sont plus à démontrer.

Ce serait un coup d’arrêt porté à un laboratoire quotidien de la transition circulaire, au moment même où celle-ci doit s’accélérer. Répondre aux défis des ressources et du climat en se passant d’atouts actifs et chevronnés apparaîtrait plus que jamais contreproductif. Une perte de temps alors que nous en manquons cruellement.

Par Sébastien MICHEL
Photos : Fanny Krackenberger

Légende photo d’illustration : Valérie Marx, gestionnaire de projet en économie circulaire, ex BENU Village à Esch-sur-Alzette

Article
Article
Publié le vendredi 24 novembre 2023
Partager sur
Avec notre partenaire
Nos partenaires