Alcool : une consommation sans risque n'existe pas

Alcool : une consommation sans risque n’existe pas

À l’occasion des fêtes de fin d’année, le ministère de la Santé et de la Sécurité sociale organise une campagne pour sensibiliser la population aux risques de l’alcool et encourage à modérer sa consommation, et trouver des alternatives moins nocives pour la santé pour célébrer les fêtes de fin d’année.

Pendant cette période de l’année, une partie de la population a tendance à augmenter sa consommation d’alcool. Que ce soit au travail, entre amis ou pendant les repas de famille, l’alcool fait souvent partie intégrante de ces moments conviviaux. Il est donc important de rappeler les effets nocifs de l’alcool et particulièrement les conséquences que peuvent avoir des consommations excessives.

Impact de l’alcool sur la santé : une consommation sans risque n’existe pas

Identifié comme agent pathogène majeur, l’alcool a non seulement un impact considérable sur la santé des individus, mais également sur la société dans son ensemble. En effet, l’alcool est à l’origine de 60 affections médicales dont certains cancers et sa consommation s’accompagne d’un risque accru de blessures, de violences ou d’accidents. Son usage est par ailleurs corrélé à une diminution de l’efficacité économique et à l’émergence de désordres urbains et sociaux tels que l’absentéisme, la baisse de la productivité, la baisse de la performance ou encore l’augmentation de la criminalité.

L’alcool en chiffres au niveau européen et au Luxembourg

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 2019, la région européenne est la région du monde qui représente le plus haut niveau de consommation d’alcool par habitant ainsi que la plus forte proportion de consommateurs d’alcool. 8,4% de la population dans l’Union européenne boivent de l’alcool tous les jours.

Dans la région européenne, la consommation d’alcool cause environ 1 million de décès tous les ans. Nombre de ces décès survient à un jeune âge (âge moyen : 21,2 ans pour les femmes et 27,5 ans pour les hommes) qui sont dus principalement aux accidents.

Selon Eurostat, en 2019, le Luxembourg est en 3e position parmi les pays qui ont un taux de consommation excessive d’alcool en Europe. 34,3% des habitants indiquent boire excessivement au moins une fois par mois.

Par ailleurs, une étude European Health Interview Survey (EHIS) de 2019 publiée par la Direction de la santé et le Luxembourg Institute of Health (LIH), indique qu’au Luxembourg environ 43% de la population de plus de 15 ans consomme de manière hebdomadaire de l’alcool, et presque 9% en consomme au quotidien. Enfin, selon une étude HBSC de 2022 (Health Behaviour in School-Aged Children) presque la moitié des jeunes âgés entre 11 et 18 ans (42,7%) ont déjà consommé de l’alcool au cours de leur existence.

Au Luxembourg, l’alcool au volant est la deuxième cause des accidents de la route. En 2022, le bilan en matière de circulation routière a compté 15 décès et 36 blessés graves liés à l’alcool au volant.

Dites non aux verres de trop

La campagne a comme objectif d’inciter une consommation modérée en disant non aux verres de trop. Pour réduire les risques pour la santé, le ministère de la Santé et de la Sécurité sociale recommande de ne pas dépasser les 2 verres.

Quelques idées pratiques aident à diminuer la consommation d’alcool lors des fêtes de fin d’année :

  1. Limitez - Lorsque vous arrivez à une soirée, fixez-vous déjà une limite avant même de commencer à boire, afin de mieux garder le contrôle. Et tenez-vous à cette limite.
  2. Savourez - Prenez le temps de savourer. Faites durer le plaisir, gardez chaque gorgée suffisamment longtemps dans la bouche pour profiter de la saveur de votre boisson.
  3. Variez - Il existe des centaines de produits sans alcool que vous pouvez vous procurer. Amusez-vous à les découvrir ! Par exemple, connaissez-vous les mocktails ?
  4. Alternez - Alternez les boissons alcoolisées et non alcoolisées. Les secondes sont beaucoup plus désaltérantes.
  5. Régulez - Optez pour des périodes sans alcool plus souvent afin de diminuer tout risque de dépendance.
  6. Mangez - Avant et pendant votre consommation d’alcool, n’oubliez pas de manger régulièrement.
  7. Parlez - Parlez à vos proches de votre démarche low drinking. Une fois au courant, ils sauront vous aider et peut-être même vous accompagner dans votre démarche.

Un volet de la campagne comprend aussi des pistes d’actions pour les employeurs afin de les aider à trouver des alternatives lors des fêtes de personnels.

Pour plus d’informations sur la campagne, consulter le lien suivant sur sante.lu.

Communiqué par le ministère de la Santé et de la Sécurité sociale
Visuel : Direction de la santé / Binsfeld

Article
Communiqué
Publié le mardi 12 décembre 2023
Partager sur
Nos partenaires