Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Vers des constructions à énergie intrinsèque nulle
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Vers des constructions à énergie intrinsèque nulle

Architecture & construction

Publié le
mardi 1er mars 2016 à 03:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Des scientifiques financés par l’UE mettent au point de nouveaux matériaux polymères inorganiques, convenant à l’isolation des immeubles, nouveaux ou rénovés.

Ces produits seront en outre inertes et non toxiques, assurant ainsi la sécurité de l’intérieur. Ils sont recyclables, ce qui minimise leur impact sur l’environnement.

Actuellement, les matériaux isolants les plus utilisés dans la construction ont une énergie intrinsèque très élevée. En outre, ils peuvent être très combustibles, se tassent aisément et peuvent contaminer l’intérieur de l’immeuble.

Le projet LEEMA (Low Embodied Energy Advanced (Novel) Insulation Materials and Insulating Masonry Components for Energy Efficient Buildings), financé par l’UE, étudie une nouvelle génération de composants de maçonnerie et de matériaux isolants, inorganiques et incombustibles. Il s’agit de matériaux de remplissage, de plaques de mousse et de plaques de perlite expansée, de briques en polymères et de liants polymériques. Ces produits seront en outre inertes et non toxiques, assurant ainsi la sécurité de l’intérieur. Ils sont recyclables, ce qui minimise leur impact sur l’environnement.

Pour atteindre leurs objectifs, les scientifiques utilisent comme matières premières des aluminosilicates naturels et inertes, venant de déchets à énergie intrinsèque nulle de l’exploitation minière et d’autres sous-produits ou déchets industriels. La composition chimique et minéralogique unique de ces matériaux permet d’utiliser de nouveaux processus de synthèse économiques en énergie, basés sur la polymérisation inorganique et l’expansion thermique. En ajoutant à ces déchets d’autres sous-produits minéraux, qui réagissent aisément ensemble, on peut former les structures appropriées, inertes et stables.

L’utilisation de ces processus de fabrication et des déchets comme matières premières réduira d’au moins 50 % l’énergie intrinsèque au niveau du composant. En outre, le coût total devrait diminuer de 15 % par rapport aux solutions actuelles.

À ce jour, les scientifiques ont identifié et caractérisé les déchets aluminosilicates convenables. Ils ont conduit une étude détaillée de la chimie de la réaction de polymérisation inorganique, et déterminé pour chaque matériau les conditions optimales de traitement. En outre, ils ont conçu diverses formulations pour les matériaux de remplissage, les liants polymériques et les plaques de mousse.

L’installation de production pilote des matériaux de remplissage est en cours de construction. Ces matériaux de remplissage servent à l’isolation de base dans les murs creux, remplacent la perlite expansée dans les produits formés et les briques, et ont une faible conductivité thermique. Les activités du projet sont conformes à la directive de l’UE relative à la performance énergétique des bâtiments. Le projet LEEMA ouvre donc la voie pour construire davantage d’immeubles qui respecteront les exigences en termes d’énergie, mais aussi qui l’économiseront davantage.

Résumé de rapport : Periodic Report Summary 1 - LEEMA (Low Embodied Energy Advanced (Novel) Insulation Materials and Insulating Masonry Components for Energy Efficient Buildings.)

Source : CORDIS

Publié le
mardi 1er mars 2016


Architecture & construction
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires