Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Une croissance accélérée mais des résultats en berne
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Une croissance accélérée mais des résultats en berne

Mobilité

Publié le
mardi 19 novembre 2013 à 13:45

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

De la Pologne au Maghreb en passant par la Slovaquie et l’Italie, JostGroup assure l’acheminement de la marchandise fraîche, sèche, de l’électroménager, des produits pharmaceutiques, médicaux et de matières premières, notamment, grâce à une flotte personnelle de 2.500 véhicules tractés de tous types adaptés à des besoins multiples.

En tant que transporteurs, nous avons une responsabilité déterminante en matière environnementale, et le coût du carburant ne justifie pas à lui seul ce choix.

Monsieur Jost, votre groupe figure parmi les grands acteurs du marché du transport, de la logistique et de la gestion des flux maritimes sur le continent. Quelle est l’évolution de la société depuis la crise ?

Nous avons connu une croissance raisonnable au niveau interne, c’est-à-dire de notre clientèle, et une croissance accélérée au niveau externe, soit en matière de rachat de sociétés. Nous employons 1.750 personnes contre 1.000 il y a moins de quatre ans, et notre chiffre d’affaires s’établit aujourd’hui à 272 millions d’euros.

Nous avons repris le groupe anversois MAES, qui était actif dans le même domaine d’activité au Maghreb, ce qui nous a permis d’augmenter notre présence dans cette région. Nous pouvons donc nous targuer d’être désormais le premier opérateur de transport routier Benelux dans les pays nord africains.

Nous avons également acquis la société de Bock, opérateur important dans le transport par containers, et il y a deux mois la société belge CPL Trans spécialisée dans le fret aérien et dans le transport express.

Ce n’est pas pour autant que l’environnement économique est propice ; 2013 est une année difficile. Paradoxalement, alors que la reprise économique s’amorce, nos résultats sont moins bons que les années précédentes. Car si nous avons constaté une érosion de nos marges à la suite de l’éclatement de la crise, nous avons, par la suite, su stabiliser notre chiffre d’affaires de 2009 jusqu’à l’année dernière.

Vous couvrez donc désormais l’ensemble des services de transport…

Effectivement. Ces acquisitions nous permettent de proposer à nos clients le panel de services de transport le plus complet qui soit afin de répondre aux besoins très diversifiés de nos clients. Nous sommes ainsi désormais présents sur le marché du général cargo, de la benne – essentiellement dans les céréales-, du container maritime, et, dans une moindre mesure, du silo. Le fret aérien, la dernière activité qui nous manquait, très spécialisée, fait maintenant également partie intégrante de notre business. Cette diversification a un point commun majeur, le fait que le transport se fait par route.

Ces dernières années ont été marquées par l’augmentation des prix du carburant, des normes écologiques et du congestionnement des routes. Votre activité est-elle en danger ?

Le congestionnement des routes devient effectivement préoccupant. Malgré le développement du transport multimodal, celui-ci n’est pas en mesure d’absorber l’augmentation de la circulation de marchandises due à l’augmentation du volume de transport. Il ressort par exemple de statistiques publiées récemment que la circulation de marchandises en Allemagne est amenée à augmenter de 25% dans les six années à venir, et il est donc essentiel de développer le rail encore bien davantage tout comme les capacités dans les ports. En effet, le transport aérien n’est pas une solution puisqu’il ne permet pas le transport d’objets lourds et que le transport fluvial a des limites, les voies navigables n’étant pas toujours optimales d’un point de vue géographique. Il faut toujours garder à l’esprit que le critère le plus important pour nous est le just in time, condition sine qua non à la satisfaction du client.

Qu’en est-il du prix des carburants qui ne cesseront, en toute logique, d’augmenter ?

Le poids du poste de dépense carburants est à ce point énorme dans la variabilité de nos prix de revient que nous avons dans quasiment tous nos contrats une clause gazoil, qui nous permet d’adapter les prix selon les hausses ou les baisses du carburant. Aussi, c’est le consommateur final qui paie l’addition. Nous n’avons pas d’autre choix pour assurer la pérennité de notre activité. Il faut savoir que le carburant compte pour 25% de notre prix de revient et constitue le deuxième poste de dépense voire même le premier dans certains pays à l’international.

Ceci vous conduit-il à changer régulièrement votre flotte de camions ?

Dans ce domaine, nous sommes incontestablement up to date, dans la mesure où nous renouvelons régulièrement notre flotte de véhicules afin de répondre au mieux aux exigences environnementales mais aussi sécuritaires. Notre flotte, qui comprend 1.100 véhicules moteurs, est composée à plus de 90% de véhicules répondant aux normes euro 5 et le reste est constitué essentiellement de véhicules de norme euro 6, cette dernière n’étant d’ailleurs pas encore obligatoire.

En tant que transporteurs, nous avons une responsabilité déterminante en matière environnementale, et le coût du carburant ne justifie pas à lui seul ce choix. En cela, nous avons une dizaine de collaborateurs qui ne s’occupent que de la formation des chauffeurs, qui leur inculque tant l’éco-conduite que la conduite préventive afin de réduire l’impact environnemental et assurer la sécurité des usagers de la route. Aucun chauffeur de poids lourd chez JostGroup – même aguerri - ne prend le volant avant d’avoir suivi entre 15h et 20h de formation en arrivant chez nous.

On aurait tendance à oublier votre activité de logisticien…

JostGroup fournit une logistique intégrée et sur mesure, qui englobe un nombre et une variété de tâches significatives et complexes à mettre en œuvre selon les attentes des clients et les situations qui se présentent : évaluation des flux d’informations, planification, préparation des commandes, gestion des flux matières et flux immatériels en temps réel, mise en relation entreprise/fournisseurs/sous-traitants, marketing, travail administratif, tout cela implique une organisation sans faille et une grande capacité d’adaptabilité et de réactivité. En cela, le travail de logisticien va bien au-delà de l’acheminement de marchandises ou de son stockage, mais s’inscrit dans le management au sens large du terme. De fait, la logistique cherche à améliorer les synergies et la flexibilité par l’organisation des ressources, l’objectif final étant de mettre à disposition la bonne quantité de produits à moindre coût au bon moment et au bon endroit.

www.jostgroup.com

Publié le
mardi 19 novembre 2013


Mobilité
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Mobilité


Nos partenaires Mobilité

Nos partenaires