Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Quand thermographie rime avec économie !
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Quand thermographie rime avec économie !

Énergie

Publié le
vendredi 28 juillet 2017 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La consommation d’énergie est devenue une préoccupation planétaire, dont les enjeux environnementaux, sociaux et financiers sont majeurs.

Reportage Imagerie thermique, Cocert

Notre secteur est un des plus grands consommateurs d’énergie, mais il est également celui dont le potentiel de progrès en termes d’efficacité énergétique pourrait être le plus significatif. Si l’écoconstruction s’impose comme une nécessité, une bonne connaissance du bâtiment reste indispensable. Pour comprendre son fonctionnement, identifier les points d’amélioration et réduire sa consommation énergétique, l’analyse thermographique infrarouge constitue une technique incontournable pour réaliser une évaluation efficace du bâtiment.

L’analyse thermographique permet de réaliser un diagnostic complet du bâtiment. Il s’agit de la méthode la plus précise et la plus directe pour identifier et mettre en évidence les éventuels défauts de l’enveloppe du bâtiment et de visualiser ainsi ses défaillances énergétiques. Cette technique permet d’obtenir l’image d’une scène ou d’un objet par rapport à la chaleur dégagée. Elle est utilisée pour mesurer, à distance et sans contact, la température d’un corps. Cette technique est basée sur le principe physique que tout corps diffuse un rayonnement électromagnétique – proportionnel au pouvoir « émissif ». Au lieu de visualiser les couleurs que l’œil perçoit, c’est le spectre infrarouge qui va être traité par la caméra thermique. Celle-ci permet de fournir des informations précieuses, notamment de voir les zones de déperdition de chaleur et d’humidité, mais aussi les défaillances du chauffage au sol. Les relevés de thermographie, les thermogrammes, ainsi établis donnent des indications sur l’état du bâti et sur les problèmes éventuels à investiguer. Il s’agit donc surtout de contrôler pour mieux réagir.

Appliqués à notre secteur, deux types de thermographies sont fréquemment réalisés. La thermographie de la façade, d’une part, permet de mettre en évidence les ponts thermiques et les défauts d’isolation, ou encore les défauts liés à l’humidité ou les faiblesses d’étanchéité à l’air. La thermographie aérienne, quant à elle, représente à un instant T les températures de toiture, et donc ses déperditions, car plus la température sera élevée, plus cela induira des pertes de chaleur.

Pour avoir des résultats satisfaisants, certaines règles de bon usage sont à respecter dans l’utilisation du matériel. En particulier, la caméra doit être bien réglée par rapport à la température apparente réfléchie (TAR), l’humidité relative et l’émissivité du matériau sur lequel l’inspection est en cours. L’émissivité variant avec la distance, les distances de prises de vues sont importantes. Par ailleurs, l’écart des températures entre l’intérieur et l’extérieur doit atteindre 15°C. Le non-respect de cette condition risque d’engendrer des prises de vues infrarouges inexploitables, voire incohérentes. De même, la réalisation des mesures infrarouges requiert également des conditions ambiantes stables. Concernant les mesures à l’extérieur, la météo doit également être stable et l’idéal serait de réaliser l’analyse avant le lever du soleil.

L’analyse thermographique est principalement nécessaire pour éviter les dépenses d’énergie excessives et inutiles. Qu’il s’agisse de fuites d’air, de zones d’humidité ou même de moisissures, rien n’échappe à la caméra thermique ! Grâce à la thermographie, il est possible de visualiser les défauts de construction, comme une absence ou la mauvaise pose d’isolant, ainsi que les ponts thermiques et les éventuelles fuites d’eau. COCERT propose d’ailleurs un service entièrement dédié à la détection des fuites d’eau. Pour cela, nous utilisons des procédés non-invasifs, afin d’identifier rapidement la fuite, sans détérioration.

La thermographie est nécessaire donc, mais ce n’est pas une obligation…

En effet, la réalisation d’une analyse thermographique n’est plus obligatoire, contrairement à son équivalent en matière d’étude de l’étanchéité à l’air le Blower-Door Test. Il s’agit plutôt d’un geste éco-responsable. On peut dire que l’analyse thermographique d’un bâtiment est « moralement obligatoire », car il est de notre devoir, en tant qu’acteur engagé de la construction durable, de montrer l’exemple et de proposer des bâtiments les plus énergétiquement efficients possible.

COCERT est l’agence sectorielle luxembourgeoise de l’efficacité énergétique des bâtiments. Nous pensons qu’investir dans l’efficacité énergétique est une opportunité, mais surtout une nécessité ! Nous avons donc développé une large offre de services à destination des particuliers, des entreprises mais également des administrations communales. Les ingénieurs en efficacité énergétique de COCERT réalisent toute une série d’études énergétiques des bâtiments, dont la thermographie infrarouge. Cette technique est très utile, mais nécessite une bonne maîtrise de la part du professionnel. En effet, l’utilisation de l’appareil mais surtout l’interprétation des données, sont relativement complexes. Dans ce domaine, COCERT se positionne d’ailleurs comme de réels experts, dans la mesure où les membres de l’équipe sont certifiés Infrared Training Center (ITC) niveau 2.

Mélanie De Lima

Pour plus d’informations : Anass Haddaji, ingénieur en efficacité énergétique
a.haddaji@cocert.lu - Tél. : +352 26 59 56 97

Source : NEOMAG

Consultez en ligne NEOMAG #06

© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

Publié le
vendredi 28 juillet 2017


Article de notre partenaire

NEOMAG
Énergie
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Énergie


Nos partenaires Énergie

Nos partenaires