Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !

lundi 16 octobre 2017

« Polygone est un réel partenaire »
facebook twitter linkedin scoopit

« Polygone est un réel partenaire »
Architecture & construction

Publié le mardi 14 mai 2013 à 14:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

** 

**Polygone propose une large palette d’activités allant de la location et vente de bâtiment modulaires et de clôtures, à la conception d’aménagements et l’entretien d’espaces verts, en passant par la collecte et le tri de déchets de chantiers ou encore la démolition et le déblayage.

** 

Le déchet a pris beaucoup d’importance et les entreprises y portent désormais une très grande attention

Deux des activités principales de Polygone sont la démolition et le déblayage. Pouvez-vous nous expliquer en quoi ça consiste ?

Pascal Jacquet, directeur général adjoint de la société : La démolition et le déblayage sont les deux premières activités historiques de Polygone. Depuis maintenant plus de 30 ans, Polygone est reconnu comme acteur clé dans ce domaine. En effet, si la location de matériel, les collectes et tri de déchets ou encore l’aménagement d’espaces verts sont venus se greffer par la suite, 45% de notre chiffre d’affaires reste quand même la démolition et le déblayage.

Par démolition, nous entendons le démantèlement d’un faux-plafond, d’une salle de bain voir d’une cuisine équipée, l’enlèvement de carrelage et chapes jusqu’à la mise à nu intérieure totale d’un bâtiment.
Généralement, derrière ce travail de démolition, débute une autre activité, celle de la construction ou de la rénovation. On prépare, en quelque sorte, le terrain pour les autres corps de métiers. En ce sens, nous travaillons également en très étroite collaboration avec le secteur de l’artisanat : nous répondons régulièrement aux demandes des entreprises de carrelage et de marbrerie pour mettre à nu un espace qu’ils doivent par la suite rénover.

En ce qui concerne le déblayage, deux axes principaux se cachent derrière ce terme.
Le premier est celui de la gestion du déblayage des déchets de chantiers du bâtiment. Nous assurons la propreté au quotidien des chantiers par la mise à disposition de main-d’œuvre et par la collecte et le transport des déchets produits vers nos centres de tri situés à Merl et à Sanem.
Le second axe se tourne davantage vers des travaux de plus petites envergures, limités dans le temps. Citons, par exemple, le déblayage intégral d’une maison privée suite à un décès ou un sinistre, le déblayage d’un hall pour le compte d’une société. Nous intervenons, bien entendu, très régulièrement pour le compte des communes et des entreprises privées. Là encore, nous assurons un transport adéquat des déchets.

 

Qu’appelez-vous gestion des déchets ?

PJ : Qui dit démolition et déblayage dit gestion des déchets, les deux services sont très liés.
Plusieurs types d’interventions sont possibles : soit un déblayage “one shot“, lors d’une demande précise du client pour le nettoyage du chantier quand ce dernier se trouve en phase finale, soit l’installation, sur toute la durée, du chantier d’un centre de tri.
Le centre de tri est un concept porté par la société Polygone : il est géré par un aiguilleur et on y retrouve divers containers dans lesquels les autres entreprises occupées sur le chantier doivent venir déposer les déchets selon leur nature. Pour cela, elles sont aidées par la présence de cet aiguilleur formé à la gestion du déchet et qui les guide vers le bon geste.

L’intérêt de ces centres de tri sur site est évident : outre l’amélioration sensible de la propreté du chantier, le triage des déchets évite l’accumulation de containers remplis de déchets mélangés, déchets les plus onéreux.
Trier en amont sur le chantier est donc bien plus économique pour un maître d’ouvrage et Polygone est précurseur dans ce genre de service qui tend, aujourd’hui, à fortement se développer.

 

Pourquoi, selon vous, cette tendance se développe-t-elle alors que, après tout, que ce soit pour le centre de tri ou pour payer l’aiguilleur, le maître d’ouvrage sera quand même facturé ?

PJ : Comme je vous l’ai dit, le coût des déchets est de plus en plus élevé, notamment ceux qui ne sont pas triés. Ainsi, au final, il apparaît nettement plus économique pour un maître d’ouvrage de s’attacher les services d’un aiguilleur et de mettre en place un centre de tri.
L’augmentation du traitement du coût des déchets fait que les maîtres d’ouvrages sont de plus en plus enclins à trouver une solution alternative qui réduira leurs factures.

Il faut aussi se dire que de plus en plus de sociétés possèdent ou souhaitent posséder des certifications ISO diverses. Dans ce cas, toute la problématique du traitement des déchets les interpelle et elles tendent donc à développer des solutions de tri plus en phase avec leurs préoccupations environnementales.
Le déchet a pris beaucoup d’importance et elles y portent une très grande attention, notamment en ce qui concerne la traçabilité : l’origine du déchet jusqu’à son traitement final.

 

Vous dites être précurseur de ce genre de service. Est-ce là la seule force de Polygone par rapport à ses concurrents ?

PJ : Absolument pas, la grande force de Polygone réside dans sa gamme de produits qui se complètent.

Au niveau de la réalisation d’un chantier, la diversité de nos produits permet aux maîtres d’ouvrages de se concentrer uniquement sur leurs activités propres tandis que nous prenons en charge les activités connexes mais cependant essentielles au bon fonctionnement du chantier : le déblayage, la gestion des déchets, l’installation de bases vies (ndlr : bureaux, vestiaires, sanitaires, cantines, etc.), la pose de clôtures, la sécurisation de chantiers ainsi que la conception et développement d’espaces verts.

Bien plus qu’une entreprise qui propose des services, Polygone est un réel partenaire. Plus que de la simple sous-traitance, ce sont de vrais partenariats qui s’installent sur la durée. Notre fierté est d’avoir obtenu la confiance de nos clients et, surtout, de la garder depuis de nombreuses années. 
Notre slogan, “Polygone, votre partenaire“, reflète exactement cette dynamique.

 

Photo : Pascal Jacquet, directeur général adjoint de Polygone. Crédit : Marlene Soares pour LG Magazine

Publié le mardi 14 mai 2013


Article de notre partenaire
Architecture & construction
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires